Mieux dit : Les épreuves de Job, et nous…

(Je vous présente mes excuses pour le retard de cette étude.)

Job dans l'adversité

Pourquoi ces dures épreuves ? C’est la question de Job, question qui indique un désir ardent à comprendre. Quand nous comprenons la source, la cause ou la raison de nos épreuves, nous sommes quelque peu soulagés. Mais quand nous ne comprenons pas, l’épreuve est encore plus dure. Un des aspects les plus difficiles des épreuves, c’est que très souvent nous ne savons pourquoi nous les subissons.

L’incompréhension exacerbe la souffrance

Le problème majeur pour Job, c’est qu’il ne comprend pas pourquoi il souffre tandis que ses trois “amis” croient savoir. Pour eux, c’est simple : Job a péché. Si nous apprenons quoi que ce soit du livre de Job, c’est que souvent nous souffrons sans raison apparente, sans cause humaine.

Nous les hommes, qui cherchons toujours à comprendre la relation de cause à effet, le trouvons difficile d’accepter la souffrance sans explication. Des siècles après la rédaction de Job, les disciples de Christ, qui connaissaient sans doute le contenu du livre de Job, ne peuvent s’empêcher de proposer des causes pour la cécité de l’aveugle-né :

Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ?” (Jean 9:2 NEG).

La réponse de Jésus n’a peut-être pas satisfait à leur curiosité :

Jésus répondit : Ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché ; mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui (Jean 9:3 NEG).

Bien entendu, parfois le péché est une cause pour la souffrance (1 Corinthiens 11:30), mais Job est qualifié par Dieu lui-même comme un homme intègre et droit :

L’Éternel dit à Satan : As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal (Job 1:8 NEG).

Job cherche une explication. Ses “amis” croient connaître la cause et le traitent de coupable, ce qui exacerbe sa souffrance et le pousse à protester plus fort son innocence. Enfin, il court la risque de traiter Dieu d’injuste.

Pourtant, quelque chose s’était passé dont personne n’est au courant, ni Job, ni ses trois amis, ni Élihu qui se croit plus sage que les trois. Personne ne sait ce qui s’était passé à la cour du ciel. Les amis de Job ne savent pas que ses mobiles avaient été mis en question par “l’accusateur de nos frères” (Apocalypse 12:10 NEG).

Selon Satan, Job ne servait Dieu que pour ce qu’il pouvait gagner, pour des bénédictions matérielles :

Et Satan répondit à l’Éternel : Est-ce d’une manière désintéressée que Job craint Dieu ? Ne l’as-tu pas protégé, lui, sa maison, et tout ce qui est à lui ? Tu as béni l’œuvre de ses mains, et ses troupeaux couvrent le pays. Mais étends ta main, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu’il te maudit en face (Job 1:9-11 NEG).

Bien des gens “servent” Dieu de nos jours pour ce qu’ils peuvent gagner. “L’évangile” qu’ils ont embrassé est “l’évangile de la prospérité”. Ils suivent Dieu pour les sous, mais dès que la souffrance arrive, ils s’enfuient. L’évangile de la prospérité fait appel à l’homme dans son état de pécheur ; il n’est pas nécessaire de naître de nouveau pour l’accepter. Tout pécheur aime l’idée que Dieu existe pour nous enrichir financièrement. L’évangile de la prospérité enlève le scandale de la croix. Il faut une œuvre de l’Esprit de Dieu pour embrasser la croix de Christ.

Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L’Éternel a donné, et l’Éternel a ôté ; que le nom de l’Éternel soit béni !  En tout cela, Job ne pécha point et n’attribua rien d’injuste à Dieu (Job 1:21-22 NEG).

Il est facile de croire en Dieu quand Il nous comble de bénédictions, quand la vie est belle, quand notre confiance en Dieu n’est pas mis à l’épreuve. La tribulation et la persécution révèlent la profondeur ou le manque de profondeur des racines de cette confiance :

Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c’est celui qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie ; mais il n’a pas de racines en lui-même, il manque de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, il y trouve une occasion de chute (Matthew 13:20-21 NEG).

Notre confiance en Dieu n’est pas démontrée que quand nous ne comprenons pas ce qu’Il est en train de faire. Ce n’est qu’au moment – quelque soit sa durée – quand nous ne comprenons pas et que le ciel est silencieux que nous puissions manifester une confiance vraie en Dieu.

L’auteur aux Hébreux conclut son chapitre fameux des héros de la foi en disant, “Tous ceux-là, à la foi desquels il a été rendu témoignage, n’ont pas obtenu ce qui leur était promis…” (Hébreux 11:39 NEG). La foi, après tout, est “une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas” (Hébreux 11:1).

Pourquoi, donc, ces épreuves ?

Si les épreuves incompréhensibles nous donnent l’occasion de manifester une confiance vraie en Dieu, elles sont également un outil dont Dieu se sert pour accomplir son dessein chez nous.

Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l’affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance. Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné (Romains 5:3-5 NEG).

image

Encore dans Romains 8, l’intention de Dieu dans nos épreuves est clairement explicitée :

Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein (Romains 8:28).

Quel est le bien ? Quel est son dessein, son intention dans les épreuves qui nous arrivent ? Paul explique dans les versets suivants :

Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils soit le premier-né de plusieurs frères. 29 Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés (Romains 8:29-30 NEG).

L’intention de Dieu dans les épreuves, c’est de nous transformer dans l’image de son Fils. Il veut inculquer en nous le caractère de Christ. C’est au travers des épreuves que Dieu nous façonne pour produire en nous le fruit de l’Esprit, si nous nous confions à Lui.

La réponse de Dieu

À la fin du livre de Job, Dieu intervient. Il répond mais sa réponse n’est pas une explication de ce qui s’est passé ou pourquoi Job a dû vivre de telles épreuves. Même à la conclusion du livre, Job n’est au courant de ce qui s’était passé dans les lieux célestes. En plus, la réponse de Dieu ne contient pas de note de sympathie ou d’excuse. Plutôt, Dieu souligne sa souveraineté, sa sagesse et sa puissance pour faire ce qu’il veut avec sa création.

L’Éternel répondit à Job du milieu de la tempête et dit : Qui est celui qui obscurcit mes desseins Par des discours sans intelligence ? Ceins tes reins comme un vaillant homme ; Je t’interrogerai, et tu m’instruiras. Où étais-tu quand je fondais la terre ? Dis-le, si tu as de l’intelligence (Job 38:1-4 NEG).

L’Éternel, s’adressant à Job, dit : Celui qui dispute contre le Tout-Puissant est-il convaincu ? Celui qui conteste avec Dieu a-t-il une réplique à faire? (Job 40:1-2 NEG).

Job n’a pas de réplique :

Voici, je suis trop peu de chose ; que te répliquerais-je ? Je mets la main sur ma bouche. J’ai parlé une fois, je ne répondrai plus ; Deux fois, je n’ajouterai rien (Job 40:4-5 NEG).

Mais Dieu n’a pas terminé :

L’Éternel répondit à Job du milieu de la tempête et dit : Ceins tes reins comme un vaillant homme ; Je t’interrogerai, et tu m’instruiras. Anéantiras-tu jusqu’à ma justice ? Me condamneras-tu pour te donner droit ? (Job 40:6-8 ; cf. 38:3 NEG).

Encore Dieu souligne dans ces chapitres 38 au 41 sa puissance et son autorité absolues sur sa création. Job conclut :

Je sais que tu peux tout,
et que rien ne saurait t’empêcher d’accomplir les projets que tu as conçus…

Oui, j’ai parlé sans les comprendre
de choses merveilleuses qui me dépassent et que je ne connaissais pas…

Aussi je me condamne, je regrette mon attitude
en m’humiliant sur la poussière et sur la cendre (Job 42:2-6 BDS).

Quel est son projet pour nous ? Pourquoi ces dures épreuves ? Dieu forme Christ en nous, l’espérance de la gloire (Colossiens 1:27).

Que doit être notre réponse aux épreuves ?

Vous trouvez-vous dans la fournaise de l’épreuve ? Réjouissez-vous !

Mes bien-aimés, ne trouvez pas étrange d’être dans la fournaise de l’épreuve, comme s’il vous arrivait quelque chose d’extraordinaire.  13 Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra (1 Pierre 4:12-13 NEG).

Passez-vous par des épreuves que vous ne comprenez pas ? Armez-vous !

Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché, 2 afin de vivre, non plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu, pendant le temps qui lui reste à vivre dans la chair (1 Pierre 4:1-2 NEG).

Dieu n’exauce-t-il pas vos prières de délivrance de la fournaise ? Glorifiez-vous de vos faiblesses !

Trois fois l’Apôtre Paul a supplié le Seigneur d’éloigner de lui “une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empêcher de m’enorgueillir” (2 Corinthiens 12:7 NEG). La réponse du Seigneur ?

Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi  10 C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort (2 Corinthiens 12:9-10 NEG).

Pourquoi ces dures épreuves qui dépassent notre compréhension ? Dieu est en train d’accomplir son plan dans nos vies.

Voir aussi :

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail