Cœur de berger

Quelques réflexions sur la vie de l'Église

L'église en Chine

« Le sang des chrétiens est la semence de l’église » dit Tertullien (c. 160-220 après J.-C.). L’évangile de Jésus-Christ est souvent répandu par les feux de persécution.

« Ceux qui avaient été dispersés à cause de la persécution survenue après (la mort d’) Étienne allèrent jusqu’en Phénicie, à Chypre et à Antioche; ils n’annonçaient la parole à personne d’autre qu’aux Juifs » (Actes 11:19).

Dans son livre Jesus in Beijing, How Christianity is Transforming China and Changing the Global Balance of Power (« Jésus à Beijing : comment le christianisme transforme la Chine et change l’équilibre de forces globales »), David Aikman, ancien chef de bureau à Beijing pour Time Magazine, trace l’expansion du christianisme dans le pays de Chine à part de l’arrivée des missionnaires nestoriens en 635 après J.-C., juste après le commencent de la dynastie Tang, jusqu’à présent. Il parle du prix payé par des missionnaires qui, à travers les siècles et surtout dans le 20e siècle, ont semé la semence de l’évangile pour que foi en Jésus-Christ s’enracine dans le cœur des Chinois. La partie majeure du livre met l’accent sur la croissance de l’église sous le régime des communistes, malgré leurs efforts draconiens de l’étouffer. Les leaders du mouvement ont persévéré en face d’une persécution intense. Le « patriarche » Allen Yuan (Yuan Xiangchen) a passé 22 ans en prison et dans les camps de travaux forcés. « Si vous osez prêche, dit-il, les gens croiront » (p. 58). D’autres pasteurs ont souffert terriblement pour le Seigneur, comme Simon Zhao qui a survécu 45 ans en prison et de torture en Xinjiang sans compromettre son témoignage pour Jésus-Christ (p. 200).

L’église en Chine connaît beaucoup de guérisons miraculeuses. Les chrétiens croient que Dieu exaucera leurs prières s’ils persévèrent. La majorité des églises maisons sont pentecôtistes en théologie : le parler en langues, la guérisons, la prophétie et d’autres dons spirituels caractérisent leurs réunions clandestines.

Des femmes comme Ding Hei ont aussi eu un grand impact sur l’église en Chine (p. 98-108). « Sœur Ding » a été sauvée et baptisée à l’âge de 13 ans. C’était une vieille femme qui l’avait poussée à se repentir en lui disant tout simplement : « Si tu crois en Jésus, tu iras au ciel. Si tu ne le fais pas, tu iras en enfer. » Puisque les Bibles étaient si rares, elle en faisait à la main sa propre copie. On lui demandait d’apporter des messages aux églises maisons dans son village et des les environs. Bientôt elle était connue comme une oratrice dynamique. Persécutée et battue par son père à cause de sa foi, elle a finalement fui sa maison à l’âge de 20 ans, mais elle est devenue une des femmes leaders du mouvement. Elle aussi a été interrogée 123 fois et a passé trois ans dans un camp de travaux forcés, mais 40 jours après son arrivée, elle était responsable de 189 autres prisonnières.  Elle continue à jouer un rôle important dans la croissance de l’église en Chine.

On estime qu’il y a plus de 200 séminaires clandestins pour la formation de pasteurs dans les quatre principaux réseaux d’églises maisons. À Shanghai seul, il y en a près de 100 (p. 128-132).

L’auteur fait des prédictions étonnantes. Il estime qu’il y a environ 80 millions de chrétiens en Chine et que 30 pour cent de la population sera chrétiens par l’année 2050. En plus, il parle de certains politiciens bien placés qui sont chrétiens et il imagine un président chrétien de la Chine d’ici quelques décennies. En plus, les chrétiens de la Chine veulent envoyer 100.000 missionnaires pour faire des disciples de toutes les nations. Bien des chrétiens chinois servent déjà dans plusieurs pays. Par exemple, en 2000, une soixantaine de missionnaires chinois travaillaient déjà au Myanmar. Encore plus merveilleux, c’est que les chrétiens chinois veulent évangéliser les musulmans et sont bien placés pour le faire : ils ne sont pas étrangers à la persécution et ils ne sont pas détestés comme les missionnaires venant de l’Ouest. Les chrétiens chinois ont l’intention de porter l’évangile vers le Moyen-Orient et d’évangéliser la fenêtre dite « 10-40 » dans laquelle se trouvent la plupart des pays musulmans ainsi que les hindous et les bouddhistes.

Les chrétiens de la Chine nous donnent un exemple à imiter : fidélité face à la persécution et zèle pour le Seigneur. Cette force de 80 millions de chrétiens chinois est seulement une partie du tableau que l’on ne voit pas dans son entièreté : si l’église est en déclin en Europe, en Australie, en Nouvelle Zélande, au Canada et aux États-Unis d’Amérique – c’est-à-dire dans l’Ouest – elle est en plein expansion dans l’Est et dans l’hémisphère austral (en Amérique du Sud et en Afrique).

Nous discernons que

  • Le christianisme n’est pas la religion des occidentaux. Le judéo-christianisme n’a pas été bercé l’Ouest mais dans le Moyen-Orient, et cela avec des intentions universelles. Dieu a dit à Abraham : « Toutes les familles de la terre seront bénies en toi » (Genèse 12:3). Jésus nous a ordonné de faire des disciples de toutes les nations (Matthieu 28:19-20). La croissance de l’église en Chine fait partie du plan de Dieu et de Christ qui a été immolé et a racheté pour Dieu, par son sang, « des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple et de toute nation » (Apocalypse 5:9).
  • La persécution contribue souvent à l’expansion de l’église comme cela s’est produit dans l’église naissante quand « ceux donc qui avaient été dispersés allaient de lieu en lieu, en annonçant la bonne nouvelle de la parole » (Actes 8:3-4 ; cf. 11:19).
  • Jésus-Christ bâtira son église et que les portes du séjour des morts ne prévaudront pas contre elle (Matthieu 16:18). Malgré les conditions les plus hostiles à l’église, la graine de l’évangile pousse, parfois d’une manière inaperçue comme elle l’a fait pendant des décennies en Chine, et le Seigneur bâtit son église.
  • Le danger le plus grave pour l’église n’est pas la persécution mais la nonchalance ou l’indifférence qui résultent parfois des conditions plus hospitalières à l’évangile. Il nous convient de part
    ager le fardeau de nos frères et de nos soeurs en Christ dans les régions du monde les plus hostiles, d’apprendre de leur exemple et de les soutenir dans la prière.
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Précédent

Qu'est-ce que Dieu attend de moi ?

Suivant

Requin préhistorique attaque la théorie de l'évolution

  1. bhen auguste

    j’aimerais avoir d’autres informations le christianisme en chine. Comment le christianisme a change la chine?

  2. L’église non officielle, qui comprend 90 pour cent des chrétiens de la Chine, est toujours très persécutée. Par exemple, Liu Fenggang, leader d’une église maison à Beijing, a été arrêté en octobre 2003 à cause de ses communications avec une agence chrétienne à l’étranger concernant la destruction d’une église maison. Ce n’est pas la première fois qu’il a souffert pour Christ ; il avait déjà passé deux ans dans un camp de travaux forcés. Grâce à Dieu, Liu a été relâché le 5 février 2007. Vous trouverez cette information sur le site anglais de http://www.persecution.com/news/index.cfm?action=fullstory&newsID=502 et http://www.persecution.com/members/countryMap/index.cfm?action=countryView&countryID=5.

    Dans son livre, Aikman parle de fonctionnaires du gouvernement qui deviennent chrétiens et prévoit une attitude plus clémente envers l’église. Cela reste à voir. Pour le moment, nous sommes loin de là. En 2004, plusieurs chrétiens ont été tués par la police. En 2005, 100 fonctionnaires ont raflé une conférence pour 140 pasteurs ; ils ont confisqué beaucoup de Bibles et de ressources, et ont arrêté beaucoup de pasteurs. Cette information vient de ce site anglais : http://www.persecution.com/members/countryMap/index.cfm?action=countryView&countryID=5. En français, vous pouvez vous informer encore plus sur ces deux sites catholiques suivants : http://www.chine-informations.com/mods/dossiers/les-chretiens-de-chine-eglise-en-chine_93.html et http://www.semeurs.org/Archives/Veillee_18_oct_2002/Georges_Colomb_Compte_rendu_(18-10-02).pdf.

  3. Encore une autre source sur ce qui se passe dans l’église en Chine : http://www.enseignemoi.com/enseignement.php?action=texte&id=2089.

  4. MARTIN NIANGORAN

    je suis heureux que le christianisme est pris de l’ampleur a ce point en Chine. cela démontre a quel point JESUS CHRIST notre seigneur et sauveur demeure notre lumière.
    MARTIN NIANGORAN
    Président de l’ONG LA MANNE DE DIEU

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :