Project1Pour Noël, mon épouse m’a offert un livre sur la prédiction par R. Albert Mohler, président du plus grand séminaire au monde, “The Southern Baptist Theological Seminary”. He Is Not Silent: Preaching in a Postmodern World (“Il n’est pas silencieux : La prédication dans un monde postmoderne”), est un appel à tout pasteur à être fidèle au texte biblique en prêchant uniquement des messages d’exposition, ce qui seul puisse sauver l’église.

Dans sa préface, il constate deux tendances : (1) une nouvelle génération de jeunes prédicateurs qui sont engagés à prêcher par exposition, et (2) une expérimentation délibérée par beaucoup de pasteurs qui abandonnent le texte biblique pour adopter des méthodes moins offensives.

Selon Mohler, la prédication contemporaine souffre de plusieurs causes :

  1. La prédication contemporaine souffre d’une perte de confiance dans la Parole de Dieu. Nous sommes bombardés chaque jour de mots en toute forme concevable (en chansons, transmis, imprimés, parlés). En plus, les images remplacent les paroles. Malgré tout cela, Mohler fait la déclaration audacieuse que la déclaration fidèle de la Parole de Dieu, prononcée au travers de la voix du prédicateur, est encore plus puissante que toute image ou tout morceau de musique.
     
  2. La prédication contemporaine souffre d’une infatuation avec la technologie. Bien des prédicateurs sont séduits par la technologie et cherchent à se servir des images graphiques et des filmes pour manipuler l’émotion. C’est exactement ce que nous ne devons pas faire. Dieu nous a fait savoir dans les Dix Commandements qu’il a choisi d’être entendu et non pas vu.
     
  3. La prédication contemporaine souffre de l’embarras devant le texte biblique. Trop de pasteurs sont embarrassés par le texte biblique. Au lieu de prêcher tout le plan de Dieu (Actes 20:27), ils mettent l’accent sur les passages qui sont plus agréables, moins provocateurs à l’esprit moderne en oubliant que “Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile” (2 Timothée 3:16). 
     La prédication devient une série d’exposés décousus sur des textes décousus.
  4. La prédication contemporaine souffre d’une absence de contenu biblique. Elle reflète trop l’esprit de l’âge qui sacrifie la “Grande histoire”  (“meta-narrative”) pour des tranches de vie. La prédication devient “une série d’exposés décousus sur des textes décousus”. 
     
  5. La prédication contemporaine souffre d’un accent sur les besoins ressentis. En cherchant à répondre aux besoins aperçus des auditeurs, bien des pasteurs évangéliques ont abandonné le texte biblique sans s’en rendre compte. Le pécheur lui-même ne connaît pas son besoin le plus urgent. Il a besoin d’entendre l’évangile pour apprendre ce dont il a besoin. 
     
  6. La prédication contemporaine souffre d’une absence de l’évangile. Les apôtres on toujours mis l’accent sur la mort, l’enterrement et la résurrection de Jésus-Christ. Une prédication qui évite de prêcher la croix n’est pas une prédication chrétienne.

En fin de compte, le prédicateur chrétien doit tout simplement confronter ses auditeurs avec la Parole de Dieu. Cette confrontation sera parfois gênée, provocatrice et difficile. Après tout, c’est la Parole qui nous transperce comme une épée. Le prédicateur évangélique doit toujours chercher à libérer l’épée, sans la cacher ni émousser sa lame.

Pour les autres articles (éventuels) sur ce livre “He Is Not Silent”, cliquer ici.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail