Cœur de berger

Quelques réflexions sur la vie de l'Église

Sermon de Noël : Une place pour Jésus (Luc 2:1-7)

© 2007, J. Gary Ellison
placeSommaire : Sermon de Noël. Il n’y avait pas de place pour Jésus lors de sa naissance, ni pendant son ministère. On lui a trouvé une place suspendue entre la terre et le ciel sur la croix. Finalement, c’est lui qui nous prépare une place si nous lui donnons la première place dans nos vies.
Luc 2:1-7 (Semeur)

En ce temps-là, l’empereur Auguste publia un édit qui ordonnait le recensement de tous les habitants de l’Empire. 2 Ce recensement, le premier du genre, eut lieu à l’époque où Quirinius était gouverneur de la province de Syrie. 3 Tout le monde allait se faire recenser, chacun dans la localité dont il était originaire. 4 C’est ainsi que Joseph, lui aussi, partit de Nazareth et monta de la Galilée en Judée, à Bethléhem, la ville de David: il appartenait, en effet, à la famille de David. 5 Il s’y rendit pour se faire recenser avec Marie, sa fiancée, qui attendait un enfant. 6 Or, durant leur séjour à Bethléhem, arriva le moment où Marie devait accoucher. 7 Elle mit au monde un fils: son premier-né. Elle lui mit des langes et le coucha dans une mangeoire parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la pièce réservée aux hôtes.

Dans cette histoire du premier Noël, l’histoire de l’entrée de Jésus-Christ dans le monde, nous lisons quelque chose d’étonnant. Quand Joseph et Marie sont allés à Bethléhem pour le recensement, il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie.
I.     On n’a pas fait de place pour Jésus lors de sa naissance.
Cela n’est pas étonnant en soi. Mais c’est étonnant sur deux plans.
A.       C’est étonnant sur le plan humain.
D’abord, c’est étonnant sur le plan humain. Il n’est pas étonnant qu’il n’y ait plus de place dans la petite hôtellerie à Bethléhem. Bethléhem était un petit village sans importance à quelque 7 kilomètres de Jérusalem.
César Auguste, premier empereur de l’empire romain, avait décrété un recensement de l’empire. Israël était sous l’autorité romaine et tout Juif devait retourner dans sa ville natale ou la ville de son héritage. Joseph devait se faire inscrire à Bethléhem, lieu de la naissance de David mille ans auparavant, parce qu’il était de la lignée de David. Marie voyageait avec Joseph. Normalement, il n’était pas nécessaire pour les femmes de payer leurs taxes en personne, mais Joseph a peut-être pris Marie avec lui parce que le temps de son accouchement s’approchait et il ne voulait pas la laisser aux insultes de ceux qui savaient qu’elle était mariée depuis moins de neuf mois (cf. Luc 1:56). Matthieu nous dit que Joseph l’a prise comme épouse après une révélation par un ange du Seigneur, « mais il ne la connut pas jusqu’à ce qu’elle eût enfanté un fils » (Matthieu 1:24-25). Luc se sert du terme « fiancée » pour faire savoir que bien que mariés, Joseph et Marie ne vivaient pas comme des mariés et qu’elle était enceinte non par Joseph mais par l’ombre du Saint-Esprit.
Joseph et Marie ont marché de Nazareth en Galilée dans le Nord à Bethléhem de Judée dans le sud. C’était un voyage de 140 km, une marche à pied d’environ six jours. Je ne sais pas quand ils sont arrivés, ni combien de temps ils étaient à Bethléhem, mais Luc nous dit :
Pendant qu’ils étaient là, le temps où Maire devait accoucher arriva, et elle enfant son fils premier-né. Elle l’emmaillota et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie (v. 6-7).
Je peux vous dire par expérience que ce n’est pas intéressant ni agréable d’essayer de trouver un logement quand il n’y a pas de place. Plus d’une fois Lori et moi avons conduit pendant des heures à la recherche d’une place dans un hôtel. Une fois nous avons dû quitter l’état pour trouver une chambre. Une autre fois, nous avions une réservation qu’un pasteur avait faite pour nous, mais arrivés à l’hôtel, nous avons été informés qu’il y avait eu un changement, qu’il n’y avait plus de place que notre réservation avait été changée à un autre hôtel à une distance de quelque 30 kms. Arrivés à ce deuxième hôtel, nous avons été informés que notre réservation nous a été donnée à quelqu’un d’autre ! Comme nous avions conduit plus de quatre heures pour être dans cette église où je devrais prêcher tôt le lendemain, nous n’avions pas envie de passer la nuit sur le trottoir. Puisqu’il n’y avait rien d’autre à faire, malgré le fait qu’il était minuit, j’ai téléphoné au pasteur qui nous avait invités ; nous avons dormi chez lui.
Mais cette nuit à Bethléhem, il n’y avait pas de pasteur, pas de téléphone, pas de voiture, et pas de place à l’hôtellerie.
Il n’est pas étonnant que l’hôtellerie du petit village de Bethléhem n’ait pas de place, étant donné que le village était rempli à cause du recensement. Mais il est étonnant que personne n’ait pris pitié de ce couple, de cette jeune mère qui était sur le point d’accoucher son premier bébé. Personne n’a offert sa place. Personne n’a offert de dormir à leur place dans l’étable. Qu’est-ce que vous auriez fait si vous aviez été là ce soir-là ? Auriez-vous offert votre place ?
Il y avait de bonnes raisons pourquoi il n’y avait
pas de place. Le recensement avait amené beaucoup de monde et le petit village est rempli de visiteurs. Mais il y a toujours de bonnes raisons pourquoi on ne fait pas de place pour Jésus. Nous sommes trop occupés, trop chargés, trop stressés… Nous avons toujours nos raisons pour ne pas donner de la place à Jésus.
B.       C’est étonnant sur le plan divin
C’est étonnant que personne n’ait voulu céder sa place à cette femme, à cet enfant. Personne ne voulait lui faire de la place. Et c’est encore plus étonnant quand nous considérons de qui il s’agissait. L’enfant dans la crèche était le Fils de Dieu. C’est lui qui avait tout créé, tout ce qui existe, tout l’univers, toute la place qui soit, pour ainsi dire, mais il n’y avait pas de place pour lui.
Nous lisons dans Michée 5:2,
Et toi, Bethléhem Éphrata Toi qui es petite parmi les milliers de Juda, De toi sortira pour moi Celui qui dominera sur Israël Et dont l’origine remonte au lointain passé, Aux jours d’éternité :
Jean nous dit
Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. 2 Elle était au commencement avec Dieu. 3 Tout a été fait par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. 4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. 5 La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas accueillie. (Jean 1:1-5)
La Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père. (Jean 1:14)
Le Fils a tout fait. Il a tout créé : « Rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. » La terre, la mer ; les montagnes et les vallées ; les arbres et les oiseaux ; les fleurs et la faune ; la Terre, la lune, le soleil et les centaines de milliards d’astres – et toute la distance entre les astres, des milliards d’années-lumière, tout l’espace de l’univers. Si vous voulez, toute la place.
Philippiens 2:5-8 « Ayez en vous la pensée qui était en Christ-Jésus, 6 lui dont la condition était celle de Dieu, il n’a pas estimé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, 7 mais il s’est dépouillé lui-même, en prenant la condition d’esclave, en devenant semblable aux hommes ; après s’être trouvé dans la situation d’un homme, 8 il s’est humilié lui-même en devenant obéissant jusqu’à la mort, la mort sur la croix. »
2 Corinthiens 8:9« Car vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ qui pour vous s’est fait pauvre de riche qu’il était, afin que par sa pauvreté vous soyez enrichis. »
Il était à la droite du Père, couronné de richesse et de splendeur. Il avait créé tout ce qui existe. Il a créé le ciel. Il était l’objet de la louange des anges. Le plus beau coucher de soleil n’est rien en comparaison avec la beauté de la cité céleste. La plus belle musique que vous ayez jamais entendue ne peut être comparée avec la musique du ciel. La plus grande joie que vous ayez jamais connue n’est pas digne d’être comparée avec la joie qu’il connaissait dans la Présence de son Père. Il était riche sans limite.
Mais il s’est fait pauvre de riche qu’il était, afin que par sa pauvreté vous soyez enrichis.
Dans la ville de Manille aux Philippines (population 1,6 million), il y a un très grand dépôt d’ordures. Il y a des milliers et des milliers de gens qui habitent dans ce dépotoir. Ils vivent des ordures qui y sont déposées. Chaque jour, les enfants sont envoyés par leurs parents chercher des choses que d’autres personnes ont rejetées. Ils ont construit leurs cabanes dans le dépotoir des déchets des autres. Ils mangent la nourriture que d’autres personnes ont jetée dans la poubelle. Il y a des gens qui sont nés dans le dépotoir de Manille. Ils ont cherché des ordures pour leur famille quand ils étaient enfants. Ils ont grandi là-bas. Ils ont grandi et ils ont commencé leur propre famille, toujours en habitant le dépotoir. Bien sont morts dans ce dépotoir. Ils y sont nés ; ils ont grandi là-bas ; et ils sont morts dans le dépotoir, sans jamais visiter d’autres parties de la ville. C’est vraiment étonnant, mais c’est vrai. Ce qui est plus étonnant, c’est qu’il y a des Américains qui habitent ce même dépotoir. Ils sont des missionnaires qui ont décidé que pour toucher ces gens avec l’Évangile de Jésus-Christ, il fallait qu’ils habitent dans le dépotoir pour partager leur foi.
Jésus était riche ; il s’est fait pauvre pour nous enrichir. Il a quitté sa place pour venir parmi nous. Il est venu comme vie et lumière parmi nous.  « La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas accueillie » (Jean 1:5). On ne l’a pas accueilli. On ne lui a pas offert une place.
Dieu a quand même préparé un comité d’accueil :
« Et quand de nouveau il introduit le premier-né dans le monde, il dit : Que tous les anges de Dieu l’adorent. » (Hébreux 1:6)
« 13  Et soudain il se joignit à l’ange une multitude de l’armée céleste, qui louait Dieu et disait : 14  Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, Et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée ! » (Luc 2:13-14)
Des bergers (Luc 2:8-20) étaient des gens méprisés comme des voleurs mais Dieu les a envoyés comme un comité d’accueil.
Plus tard, des païens de l’Orient, appelés des Mages – ils étaient des astronomes et des astrologues ; ils ont vu une étoile
qui avait annoncé l’arrivée du Roi des Juifs. Puisqu’ils cherchaient le Roi des Juifs, ils sont allés à Jérusalem à sa recherche. Ils ont demandé où ils pouvaient trouver celui qui est né Roi des Juifs. Le roi Hérode « fut troublé » nous lisons dans Matthieu 2:3, « et tout Jérusalem avec lui ».
Hérode a consulté les principaux sacrificateurs et les scribes du peuple pour leur demander où devait naître le Christ. Ils savaient que les prophéties avaient clairement parlé de sa venue. Christ serait né à Bethléhem, ils ont dit. Ils savaient que sa venue avait été prédite. Ils savaient qu’il était l’espérance d’Israël, mais ils ne l’ont pas accueilli. Ils n’étaient pas contents de la nouvelle. Ils n’étaient pas débordés de joie. Ils étaient troublés.
Hérode a fait appeler les Mages en secret. Il s’est fait préciser par eux l’époque de l’apparition de l’étoile. Puis il les a envoyés à Bethléhem, en disant : « Allez, et prenez des informations précises sur le petit enfant ; quand vous l’aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j’aille moi aussi l’adorer » (voir Matthieu 2:7-8).
Mais Hérode ne voulait pas adorer l’enfant-roi. Il n’avait pas de place dans son cœur pour Jésus. Il n’y avait pas de place dans tout le royaume pour un concurrent au trône d’Hérode. Quand Hérode a compris que les Mages ne viendraient pas le renseigner, il a envoyer ses forces armées « tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléhem et dans son territoire » (Matthieu 2:16).
Joseph avait été divinement averti dans en songe et a pris le petit enfant et sa mère, et ils ont fuit en Égypte.
II.On ne faisait pas de place pour Jésus pendant sa vie.
Toute la vie de Jésus a été caractérisée par un manque d’accueil. Jean nous dit qui est venu chez les siens (les Juifs), et les siens ne l’ont pas reçu (Jean 1:11). Il n’était guère accepté par les Juifs ; il n’était pas accepté par les Samaritains. Dans Luc 9:52-53, il traversait la Samarie en route pour Jérusalem, mais les Samaritains ont refusé de le recevoir parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem.
Dans Luc 9:58, il a dit de lui-même : « Les renards ont des tanières, et les oiseaux ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête. »
Il n’avait pas de maison ; il avait tout abandonné pour prêcher la bonne nouvelle du royaume de Dieu. Il était un SDF, sans domicile fixe. Il était le SDF du ciel. Il logeait parfois à la maison de Pierre, parfois chez Marie, Marthe et Lazare, parfois à la belle étoile.
Après une année de popularité avec le peuple, il était poursuivi par les autorités religieuses. Quand les Pharisiens ont appris qu’il faisait plus de disciples que Jean-Baptiste, Jésus a dû quitter la Judée (Jean 4). À plusieurs reprises ils ont cherché à lui ôter la vie, mais son heure n’était pas encore venue (Jean 7:30). Ils l’ont harcelé de questions, cherchant toujours l’occasion de le tromper, mais ils n’ont jamais remporté un succès contre lui.
Un jour, vers la fin de son ministère, Jésus a appris que son ami Lazare était malade. Finalement, Lazare est mort. « Retournons en Judée » Jésus dit à ses disciples (Jean 11:7). « Rabbi, les Juifs tout récemment cherchaient à te lapider, et tu y retournes ! » (11:8). Il y est allé. Il a appelé Lazare du tombeau. Même après ce miracle, les autorités complotaient pour le faire mourir.
Peur de perdre leur place
Bien des gens ne lui donnent pas la place parce qu’ils ont peur de perdre leur place.
Jean 11:47-53« Alors les principaux sacrificateurs et les Pharisiens assemblèrent le sanhédrin et dirent : Qu’allons-nous faire ? Car cet homme fait beaucoup de miracles. 48 Si nous le laissons faire, tous croiront en lui, et les Romains viendront (nous) enlever et notre Lieu (saint) et notre nation. »
Les principaux sacrificateurs et les Pharisiens avaient peur de perdre leur place. Certainement, il y a beaucoup de gens qui ne veulent pas faire de la place pour Jésus ; ils ont peur de perdre leur place. Ils ont peur que Jésus ne prenne toute la place. Ils ont peur des changements. Donc, ils ne veulent pas lui faire de la place.
III.         Une place pour Jésus : (sur la croix)
Finalement, on a trouvé une place pour Jésus. Nous lisons qu’ils l’ont conduit au lieu (nommé) Golgotha. Ils l’ont suspendu entre le ciel et la terre. Là, ils l’ont crucifié. Ils lui ont trouvé une place pour Jésus sur la croix.
Jésus avait dit dans Jean 12 : « 27 Maintenant mon âme est troublée. Et que dirai-je ?… Père, sauve-moi de cette heure ?… Mais c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure…31 Maintenant c’est le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors. 32 Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous (les hommes) à moi. 33 Il disait cela pour indiquer de quelle mort il devait mourir ».  
Oui, ils lui ont trouvé une place. Mais, cette place était notre place. C’est nous qui avons mérité la mort : le salaire du péché, c’est la mort, cette séparation éternelle d’avec Dieu. Il est venu pour donner sa vie en rançon pour beaucoup (Marc 10:45). Il est né pour mourir à notre place. « Il m’a aimé, et s’est livré lui-même pour moi » dit Paul (Galates 2:20).
La croix était ma place ; elle était votre place. Ésaïe a dit : « Il était transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes…Et l’Éternel a fait retomber sur lui la faute de nous tous » (Ésaïe 53:5-6).
Caïph
e, qui avait peur de perdre sa place, a dit : « Vous n’y entendez rien ; 50 vous ne vous rendez pas compte qu’il est avantageux pour vous qu’un seul homme meure pour le peuple et que la nation entière ne périsse pas… 53 Dès ce jour, ils résolurent de le faire mourir » (Jean 11:49-50, 53).
C’est cela la signification de Noël. Dieu s’est fait chair et a demeuré parmi nous. Jésus-Christ est venu pour prendre notre place devant Dieu, pour porter notre culpabilité, nos péchés et pour nous orienter vers le Père. Enlever Jésus-Christ de Noël et vous ne célébrez que le 25 décembre, un jour comme tous les autres.
Est-ce que vous allez lui céder votre place sur la croix ? Ferez-vous place pour Jésus ? Il y a tant de choses dans nos vies qui ne lui laissent pas de place. Maintenant, il se tient à la porte de votre cœur et il frappe. « Si quelqu’un entend ma voix, dit-il, et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi » (Apocalypse 3:20). Lui ferez-vous place ? Marie lui a cédé la place en disant à l’ange qui a annoncé sa venue : « Voici la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole » (Luc 1:38). À tous ceux qui le reçoivent, il donne « le pouvoir de devenir enfants de Dieu » (Jean 1:12). Faites-lui place dans votre cœur.
IV.           Finalement, c’est lui qui nous prépare une place
Jean 14:1-3         « Que votre cœur ne se trouble pas. Croyez en Dieu, croyez aussi en moi. 2 Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père. Sinon, je vous l’aurais dit ; car je vais vous préparer une place. 3 Donc, si je m’en vais et vous prépare une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis, vous y soyez aussi. »
C’est lui qui nous prépare une place si nous lui donnons la première place dans nos vies.
Conclusion
Avez-vous fait de la place pour Jésus ? Il y a des gens qui lui montrent l’étable. Ils tiennent Jésus à l’écart. Faites-lui place dans votre cœur, dans vos pensées, dans vos plans, dans vos décisions, dans vos affections. Donnez-lui la première place, et il vous ferez une place dans la maison de son Père.
  1. Jeremie

    Le monde actuel n’a pas de place pour Jesus,plutot l’idolatrie de la technologie, l’homosexualite, les guerres, la richesse prennent le devant, que Dieu nous aide a trouver de la place pour Jesus dans nos coeurs. Merci pour ce sermon je suis vraiment beni

  2. koundouno Etienne

    je vous remercie pour cette oir exhortation car après l’avoir lue, j’ai eu le desir de lui réserver davantage de place dans mon cœur.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén