Cœur de berger

Quelques réflexions sur la vie de l'Église

Comment connaître la volonté de Dieu, part 2

Deuxième message sur la volonté de Dieu adapté du Dr Donald R. Hubbard avec sa permission.
Considérons les écritures.
Nous voulons considérer quelques passages qui parlent d’une manière explicite de la volonté de Dieu pour voir ce que nous pouvons discerner concernant ce que Dieu veut pour chacun de nous.
« Nous vous faisons connaître, frères, la grâce de Dieu qui s’est manifestée dans les Églises de la Macédoine. 2 Quoique très éprouvés par des tribulations, leur joie débordante et leur pauvreté profonde ont produit avec abondance de riches libéralités : 3 selon leurs possibilités, je l’atteste, et même au-delà de leurs possibilités, de leur plein gré, 4 ils nous ont demandé avec beaucoup d’insistance la grâce de participer à ce service en faveur des saints. 5 C’est plus que nous n’avions espéré : ils se sont d’abord donnés eux-mêmes au Seigneur et à nous, par la volonté de Dieu. » (2 Corinthiens 8:1-5 SER)
Ce passage nous démontre qu’il est la volonté de Dieu que le croyant se donne d’abord lui-même à Dieu avant de présenter ses dîmes et ses offrandes à Dieu. Ce principe des dîmes et des offrandes a été enseigné dans l’Ancien Testament et dans le Nouveau Testament, ratifié et renforcé dans le ministère de Jésus, et exposé dans les épîtres. Mais il est facile de substituer la présentation de quelque chose de tangible pour la présentation de nous-mêmes.
L’épître aux Éphésiens 5 et 6 nous parle des relations dans le foyer, les relations entre le mari et l’épouse, entre les parents et les enfants.
Éphésiens 6:5-6 parle de la relation entre les employeurs et les employés : « Serviteurs, obéissez à vos maîtres selon la chair avec crainte et tremblement, dans la simplicité de votre cœur, comme au Christ ; 6 et cela non seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes, mais comme des serviteurs de Christ, qui font de (toute) leur âme la volonté de Dieu. »
Il est la volonté de Dieu que le chrétien rende un service obéissant et désintéressé dans son travail. Cela a à faire avec la qualité et l’attitude de la vie, avec le développement du caractère, avec les actions, les attitudes, et les aspirations que le croyant est responsable de produire dans sa vie quotidienne par l’aide de l’Esprit Saint.
La Bible nous enseigne que la volonté de Dieu pour nous est notre sanctification et notre pureté sexuelle :
« Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification ; c’est que vous vous absteniez de l’inconduite ; 4 c’est que chacun de vous sache tenir son corps dans la sainteté et l’honnêteté, 5 sans se livrer à une convoitise passionnée comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu ; 6 que personne, en affaires, n’use envers son frère de fraude ou de cupidité : le Seigneur fait justice de tout cela, nous vous l’avons déjà dit et attesté. 7 Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification. 8 Ainsi celui qui rejette (ces préceptes) ne rejette pas un homme, mais Dieu qui vous a aussi donné son Saint-Esprit. » (1 Thessaloniciens 4:3-8 SER)
Dans ce siècle présent où les païens se livrent à une convoitise passionnée, Dieu veut que nous nous abstenions de la fornication. Cela a affaire avec notre caractère et la sorte de personnes que nous sommes.
Dans 1 Pierre nous trouvons trois déclarations concernant la volonté de Dieu.

1. Il est la volonté de Dieu que nous soyons soumis à ceux qui tiennent l’autorité civile :

« A cause du Seigneur, soyez soumis à toute institution humaine soit au roi comme souverain, 14 soit aux gouverneurs comme envoyés par lui pour punir ceux qui font le mal et louer ceu
x qui font le bien ;
15 car c’est la volonté de Dieu qu’en faisant le bien vous réduisiez au silence l’ignorance des insensés, » (1 Pierre 2:13-15 SER)

2.   Il est la volonté de Dieu que nous soyons prêts à souffrir :

« Mais sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur ; soyez toujours prêts à vous défendre contre quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous : mais (faites-le) avec douceur et crainte, 16 en ayant une bonne conscience, afin que là même où l’on vous calomnie, ceux qui diffament votre bonne conduite en Christ soient confondus. 17 Mieux vaut souffrir en faisant le bien, si telle est la volonté de Dieu, qu’en faisant le mal. » (1 Pierre 3:15-17 SER)
3. Il est la volonté de Dieu que nous nous débarrassions des convoitises de la chair et cessions de pécher :
« 1 Ainsi donc, puisque Christ a souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée ; car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché, 2 afin de vivre, non plus selon les désirs humains, mais selon la volonté de Dieu pendant le temps qui lui reste (à vivre) dans la chair. » (1 Pierre 4:1-2 SER)
Dans 1 Jean, nous lisons que c’est la volonté de Dieu que nous n’aimions pas le monde ; nous devons aimer Dieu.
« N’aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui ; 16 car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l’orgueil de la vie, ne vient pas du Père, mais vient du monde. 17 Et le monde passe, et sa convoitise aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. » (1 Jean 2:15-17 SER)
Dans ces passages qui ont parlé de la volonté de Dieu, nous n’avons pas trouvé un seul mot concernant les endroits où nous devons nous rendre, ni les gens avec lesquels nous devons nous associer, ni le métier que nous devons embrasser. Tout ce que Dieu nous dit de faire dans la Bible, c’est sa volonté !
DEFINITION — «  La volonté de Dieu est cette qualité de la vie divinement inspirée qui inclut les attitudes, les actions, et les aspirations que le croyant est responsable de produire quotidiennement par l’aide de l’Esprit Saint. »
Si cette définition semble simpliste, elle est pourtant profonde ! La volonté de Dieu a à faire avec la sorte de personnes que nous sommes.
Dans Romains 8:29 nous lisons «  Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères ». La prédestination est la garantie de Dieu que le croyant deviendra semblable à l’image de son Fils.

THESE FONDAMENTALE :
« Si notre caractère est correct,
nos choix seront corrects aussi. »

Choices 2Notre problème est que nous nous préoccupons de nos choix plutôt que de notre caractère. Mais si je ne vis pas selon la Parole de Dieu que j’ai déjà, pourquoi Dieu serait-il obligé de me donner plus de lumière ? Si je donne à contrecœur au Seigneur sans me donner d’abord à lui, pourquoi Dieu serait-il obligé de me parler concernant mes choix ? « Si notre caractère est correct, nos choix seront corrects aussi. »

Comment ça va avec votre caractère ? L’intérêt de Dieu est que Christ soit formé en vous, et qu’il vive sa
vie au travers de vous.
Il est beaucoup plus difficile d’être que de faire. Il est plus facile de parler des choix que de parler de notre caractère. Mais la tâche principale de Dieu est de bâtir notre caractère. Mon caractère détermine :
  • comment je m’approche de la Bible.
  • comment j’envisage la vie.
  • mon système de valeurs.
  • mes priorités.
  • ma culture personnelle.
  • mon style de vie.
Il va de soi que si mon caractère n’est pas agréable à Dieu, j’aurai des difficultés à faire des choix qui lui soient agréables. Je ferai mes choix et je les appellerai la volonté de Dieu. C’est pourquoi il nous manque d’assurance. C’est pour nous sommes dans le brouillard concernant la volonté de Dieu.
Notons que Jésus a donné une mission à l’église. Il nous a commandé de faire des disciples de toutes les nations et de leur enseigner à garder tout ce qu’il nous a commandé (Matthieu 28:19-20). La tâche de l’église ne s’arrête pas au baptême. Nous devons faire des disciples. Jésus a dit : « Tout disciple accompli sera comme son maître » (Luc 6:40).  Les disciples gardent tout ce que Jésus nous a prescrit. Connaissez-vous les commandements de Jésus ? Tous les commande­ments découlent de la volonté de Dieu. Il nous a commandé de nous aimer les uns les autres parce que c’est sa volonté. Il nous a commandé de nous pardonner les uns aux autres parce que c’est sa volonté. Tout commandement dirigé aux croyants reflète la volonté de Dieu.
Marchez-vous dans la lumière que vous avez déjà reçue ? Si oui, nous pouvons procéder à nos choix.
Choices 6NOUS DEVONS FAIRE DES CHOIX. Par exemple, on doit décider si l’on va continuer ses études dans une école. Si oui, il faudra choisir une école. Le pasteur A. W. Tozer a dit que nos choix se trouvent en quatre catégories :
1.  Ceux à qui Dieu a déjà dit un « non » énergique. Par exemple, est-il la volonté de Dieu qu’un croyant se marie avec un non-croyant ? Absolument pas ! Dieu a déjà révélé sa volonté à ce propos d’une manière claire. Voyez par exemple le principe de 2 Corinthiens 6:14-18.
« Ne formez pas avec les incroyants un attelage disparate. Car quelle association y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? Ou quelle communion entre la lumière et les ténèbres ? 15 Et quel accord entre Christ et Bélial ? Quelle part le croyant a-t-il avec le non-croyant ? 16 Quel contrat d’alliance entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit : J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. 17 C’est pourquoi : Sortez du milieu d’eux ; Et séparez-vous, dit le Seigneur ; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et moi, je vous accueillerai. 18 Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant. » (2 Corinthiens 6:14-18 SER)
Il n’en est pas question. Il n’est même pas spirituel de prier concernant ce choix. Ceux qui prient concernant des choix où Dieu a déjà dit « non » cherchent leur propre volonté au lieu de la volonté de Dieu.
2.  Ceux à qui Dieu a déjà dit un « oui » énergique. Il est la volonté de Dieu que nous priions, que nous partagions notre foi, que nous étudions sa Parole.
3.  Il y a aussi la catégorie des préférences sanctifiées. Dans beaucoup de choses Dieu nous donne la liberté d’exprimer nos préférences ou notre goût. Par exemple dans le domaine des vêtements, nous devons nous habiller d’une manière modeste, mais à part de ce principe nous avons beaucoup de liberté. Personnellement je préfère que mes chaussettes soient accordées l’une avec l’autre et avec mes pantalons et ma chemise. Et chaque jour je dois choisir ce que je vais porter. Il y a des chrétiens qui prient et cherchent la volonté de Dieu chaque jour concernant de telles choses. C’est ridicule. Ne gaspillez pas votre temps. Priez concernant des choses plus importantes et moins égocentriques. Il est la volonté de Dieu que nous faisons nos propres choix dans les domaines pareils.
4.  Il y a également la catégorie où nous avons besoin de plus d’information de Dieu. Si nous sommes obéissants à sa Parole et que nous ayons le caractère qui lui plaît, nous pouvons parler des endroits où nous devons aller, des personnes avec lesquelles nous devons nous associer, et la profession que nous embrasserons. Comment connaître la volonté de Dieu dans ces domaines ? Nous considérerons les pas convenables plus tard, mais nous posons maintenant le fondement.
Le pasteur John Stott a dit, « Dieu n’a pas promis de nous diriger pour nous épargner l’ennui de penser. Quelques chrétiens imaginent qu’il est super-spirituel de recevoir des directions de Dieu par des impulsions irrationnelles. Ce n’est pas super-spirituel ; ce n’est même pas spirituel ; c’est charnel. C’est pire ; c’est animal. C’est de demander à Dieu de nous traiter de bêtes irrationnelles, comme un cheval qui attend que quelqu’un tire son mors ou le craquement du fouet ou le coup d’éperons. Mais nous ne sommes pas des chevaux ou des mulets sans intelligences. » Cette pensée a été tirée de Psaume 32:8‑9,
« Je t’instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre ; Je te conseillerai, j’aurai le regard sur toi. 9 Ne soyez pas comme un cheval ou un mulet sans intelligence ; On les bride avec un frein et un mors, dont on les pare, Afin qu’ils ne s’approchent pas de toi. »
La volonté de Dieu est liée à ce que nous sommes, notre caractère, et nos choix découlent de notre caractère.
Comment ont-ils discerné la volonté de Dieu dans l’Ancien Testament ? Il y avait :
Mais, il y avait également des hommes qui marchaient avec Dieu et qui connaissaient sa voix.
Abraham a entendu Dieu dire : « Va-t’en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai. »
Et encore : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montages que je te dirai. »
David savait discerner la voix de Dieu.
Comment pouvons-nous connaître la volonté de Dieu ? Il y a cinq principes bibliques basés sur notre thèse, que je partagerai avec vous la prochaine fois, qui nous aideront à connaître sa volonté avec une « certitude raisonnable ». Que veux-je dire par une « certitude raisonnable » ? Il y avait un jeune couple marié qui avait épargné assez d’argent pour acheter une voiture d’occasion, et ils croyaient que Dieu les avait dirigés à acheter une certaine voiture. Ils venaient de payer la voiture, et ils la conduisaient chez eux sur un chemin cahoteux quand deux ailes sont tombées de la voiture. Le mari a garé sa voiture, et lui et son épouse ont marché autour de la voiture, n’en croyant pas les yeux. Le mari se plaignait qu’ils avaient bien essayé de discerné la volonté de Dieu pour eux. Finalement
, son épouse a prononcé une parole de sagesse : « Peut-être qu’une voiture sans ailes est la volonté de Dieu pour nous. La volonté de Dieu ne peut toujours être jugée selon les résultats. Une « certitude raisonnable » veut dire que bien que les choses ne tournent pas comme nous aurions attendu, nous pouvons croire que c’est pourtant la volonté de Dieu pour nous.
Dans Juges 20, trois Dieu a commandé les Israélites à monter contre les Benjamites. La première fois ils ont perdu 22.000 hommes ! La deuxième fois, 18.000 hommes ont été tués ! Finalement, la troisième fois, ils ont perdu une trentaine d’hommes, mais ils ont remporté la victoire finale. Lisons le passage.
« Et les Israélites se levèrent, montèrent à Béthel et consultèrent Dieu en disant : Qui de nous montera d’abord pour combattre les fils de Benjamin ? L’Éternel répondit : Juda pour commencer. » (Juges 20:18 SER)
« Et les hommes d’Israël se mirent en campagne contre Benjamin et ils se rangèrent en bataille contre eux devant Guibea. 21 Les fils de Benjamin sortirent de Guibea et ils abattirent sur le terrain, ce jour-là, 22 000 hommes d’Israël. » (Juges 20:20-21 SER)
« Et les Israélites montèrent, ils pleurèrent devant l’Éternel jusqu’au soir ; ils consultèrent l’Éternel, en disant : Dois-je encore chercher le contact avec les fils de Benjamin, mon frère ? L’Éternel répondit : Montez contre lui. 24 Les Israélites s’avancèrent contre les fils de Benjamin, le deuxième jour. 25 En ce second jour, les Benjaminites sortirent de Guibea à leur rencontre et ils abattirent sur le terrain 18 000 hommes des Israélites, tous tirant l’épée. » (Juges 20:23-25 SER)
« et c’était Phinéas, fils d’Éléazar, fils d’Aaron, qui se tenait à cette époque en présence (de Dieu) —et ils dirent : Dois-je encore me mettre en campagne contre les fils de Benjamin, mon frère, ou dois-je m’en abstenir ? L’Éternel répondit : Montez, car demain je les livrerai entre vos mains. 29 Alors Israël plaça une embuscade autour de Guibea. 30 Les Israélites montèrent contre les fils de Benjamin le troisième jour et se rangèrent en bataille devant Guibea comme les autres fois. » (Juges 20:28-30 SER)
« Les hommes d’Israël firent alors volte-face dans la bataille. Les Benjaminites leur avaient tué déjà environ trente hommes, en se disant : Pour sûr, les voilà en pleine déroute devant nous comme dans le premier combat ! » (Juges 20:39 SER)
« Le total des Benjaminites qui tombèrent ce jour-là fut de 25 000 hommes tirant l’épée, tous hommes vaillants. » (Juges 20:46 SER)
Malgré les échecs apparents, Dieu dirigeait son peuple.
Nous devons nous poser trois questions :
1.  Suis-je sauvé ? Si nous ne sommes pas sauvés, la volonté de Dieu pour nous est que nous soyons sauvés.
2.  Suis-je soumis ? Sommes-nous neutres ? Si non, nous interpréterons toute chose, toute circonstance, tout événement dans la lumière de notre désir. « Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur, Et ne t’appuie pas sur ta sagesse (Proverbes 3:5). Pouvez-vous dire, « Seigneur, je veux ta volonté », même si votre enfant agonise ? Cette question exige une réponse complexe, mais en fin de compte, nous devons finalement pouvoir dire, « Que ta volonté soit faite. »
3.  Suis-je spirituel ? Pouvons-nous nous approcher de ce sujet avec maturité pour discerner ce que Dieu dit ? Si vous n’êtes pas un croyant, la volonté de Dieu pour vous est le salut. Si vous avez déjà accepté Jésus comme leur Seigneur, vivez-vous selon votre témoignage ? Entrons dans une relation correcte avec Dieu. Peut-être devons-nous rompre certaines relations. Nous devons arrêter de faire certaines choses, et nous devons commencer à faire d’autres choses.
  1. jean abner cadeus

    Que Dieu vous combe de grace pour vos efforts

  2. kachuba Guillaume

    cet article est edifiant Merci et QUE Dieu vous comble de grace

  3. Que La Volonte de Dieu soit faite Amen!!!

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén