Cœur de berger

Quelques réflexions sur la vie de l'Église

Comment connaître la volonté de Dieu, part 3

« C’est pourquoi ne soyez pas sans intelligence, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur. » (Éphésiens 5:8-17 SER)

Ce que nous considérerons maintenant est basé sur tout ce que nous avons déjà examiné. Comment pouvons-nous découvrir la volonté de Dieu ? Nous allons considérer cinq pas tirés de la Parole qui peuvent nous aider à discerner sa volonté. Je vous donne trois mots de prudence.

  1. Ce n’est pas le seul moyen.
  2. En contraste avec les décisions complexes que nous devons prendre, ces pas peuvent sembler très simplistes. Mais nous devons considérer la progression de ces pas.
  3. Nous devons suivre ces pas selon cet ordre.

1. LES PRINCIPES DES ECRITURES

Bible 200x182 D’abord, nous devons évaluer toute décision par la parole de Dieu. C’est sa parole qui nous rend sages ! Considérons quelques passages.

« Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. 2 Ne vous conformez pas au monde présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, agréable et parfait. » (Romains 12:1-2 SER)

C’est une parole forte qui nous dit que nous devons nous présenter à Dieu comme des sacrifices vivants. Nous sommes à être des sacrifices parce que nous sommes morts à nous-mêmes. Mais nous devons être des sacrifices vivants parce que nous sommes vivants envers Dieu. Notre culte envers Dieu est de vivre 24 heures sur 24 comme des sacrifices vivants.

Paul dit également que nous ne devons pas nous conformer au monde présent. Mais nous sommes déjà conformés à ce monde. Nous sommes nés dans ce monde. Nous grandissons dans le monde. Nous sommes éduqués et façonnés dans le monde. Les valeurs de ce monde sont nos valeurs parce que c’est dans ce monde que nous avons été cultivés. Nous arrivons dans l’église et nous pensons comme les gens du monde parce que nous sommes le monde !

Paul dit que cette conformé au monde doit s’arrêter. Mais comment ? Comment puis-je arrêter à être ce que je suis ? Il me faut une transformation. Une transformation de ma mentalité, de ma perspective, de ma culture personnelle, de mes valeurs. Le terme dans le grec, c’est une métamorphose, ce qui transforme la chenille en papillon. Nous avons besoin d’une transformation.

Cette transformation est un renouvellement de notre pensée. Notre manière de penser est radicalement changée. Pierre dit que nos amis non croyants le trouvent bizarre que nous ne courrons plus avec vers le débordement (1 Pierre 4:3-4). C’est parce que nous avons été transformés par le renouvellement de notre intelligence.

Vous voyez bien que le christianisme n’est pas une liste de règles qu’il faut observer, mais c’est une transformation. Mais comment cette transformation nous arrive ? Elle nous arrive par le renouvellement de notre intelligence. Et comment notre intelligence est-elle renouvelée ? Elle est renouvelée quand nous pensons les pensées de Dieu !

« Que le méchant abandonne sa voie, Et l’homme de rien ses pensées ; Qu’il retourne à l’Éternel, Qui aura compassion de lui, A notre Dieu, Qui pardonne abondamment. 8 Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, —Oracle de l’Éternel. 9 Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies Et mes pensées au-dessus de vos pensées. 10 Comme la pluie et la neige descendent des cieux Et n’y retournent pas Sans avoir arrosé, fécondé la terre Et fait germer (les plantes), Sans avoir donné de la semence au semeur Et du pain à celui qui mange, 11 Ainsi en est-il de ma parole qui sort de ma bouche : Elle ne retourne pas à moi sans effet, Sans avoir exécuté ma volonté Et accompli avec succès Ce pour quoi je l’ai envoyée. » (Ésaïe 55:7-11 SER)

Dieu dit que nous devons abandonner notre manière de penser et nous devons adopter sa manière de penser. Comment pouvons-nous adopter sa manière de penser ? En écoutant sa parole qui sort de sa bouche, en pensant les pensées de Dieu après lui (Ésaïe 55:11).

David dit dans Psaume 1 :

« Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur le chemin des pécheurs, Et qui ne s’assied pas sur le banc des moqueurs, 2 Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel, Et qui médite sa loi jour et nuit ! » (Psaume 1:1-2 SER)

Quand nous méditons la Parole de Dieu, notre pensée est renouvelée. C’est pourquoi nous avons besoin de méditer et de mémoriser la Parole de Dieu : parce qu’elle transforme la structure de notre pensée. « C’est un lavage du cerveau ! » vous me dites. Certainement ! Notre cerveau a besoin d’être laver dans le bon sens. Notre intelligence a besoin d’être restructurée.

Notez le témoignage de David concernant l’effet de cette méditation sur sa pensée :

« Combien j’aime ta loi ! Elle est tout le jour ma méditation. 98 Ton commandement me rend plus sage que mes ennemis, Car je l’ai toujours avec moi. 99 Je suis plus avisé que tous mes maîtres, Car tes préceptes font ma méditation. 100 J’ai plus d’intelligence que les vieillards, Car je garde tes statuts. 101 Je retiens mon pied loin de toute mauvaise voie, Afin d’observer ta parole. 102 Je ne m’écarte pas de tes ordonnances Car c’est toi qui m’instruis. 103 Que tes promesses sont douces à mon palais, Plus que le miel à ma bouche ! 104 Par tes statuts je deviens intelligent, Aussi je déteste toute voie de fausseté. » (Psaumes 119:97-104 SER)

La parole de Dieu nous rend sages, intelligents, plus instruits que nos enseignants ! Par la lecture, la mémorisation et la méditation de sa parole, notre intelligence est renouvelée afin que nous discer­nions la volonté de Dieu.

La Parole de Dieu est pratique et se rapporte à tous les domaines de la vie. Par exemple, vous pensez à déménager. Qu’est-ce qui est entraîné dans une telle décision ? Les finances, l’emploi, l’éducation des enfants. Qu’est-ce que la Bible dit concernant ces choses ? Notre esprit, notre intelligence doit être saturée de la Parole de Dieu. Nous devons évaluer la question du point de vue biblique.

Un autre exemple : un ami veut acheter une nouvelle voiture mais la banque ne veut pas lui faire un prêt. Il vous demande de cosigner avec lui afin qu’il puisse acheter une voiture. Qu’est-ce qu’il faut faire ? Est-ce qu’il faut aider un ami qui a besoin de votre soutien ? Comment connaître la volonté de Dieu ?

Vous appliquez la Parole de Dieu que vous étudiez et méditez chaque jour et vous connaîtrez la volonté de Dieu.

« Celui qui se porte garant pour autrui s’en trouve mal, Mais celui qui déteste les engagements est en sécurité. » (Proverbes 11:15 SER)

« L’homme dépourvu de sens prend des engagements, Il se porte garant pour son prochain. » (Proverbes 17:18 SER)

« Ne sois pas parmi ceux qui prennent des engagements, Parmi ceux qui se portent garants pour des dettes ; 27 Si tu n’as pas de quoi payer, Pourquoi prendrait-on ton lit de dessous toi ? » (Proverbes 22:26-27 SER)

Que faire si vous vous êtes déjà engagé ? La Parole de Dieu s’adresse à cette situation aussi :

« Mon fils, si tu t’es porté garant pour ton prochain, Si tu t’es engagé pour autrui, 2 Si tu es enlacé par les discours de ta bouche, Si tu es pris par les discours de ta bouche, 3 Fais donc ceci, mon fils, dégage-toi, Puisque tu es tombé aux mains de ton prochain ; Va prosterne-toi et importune ton prochain ; 4 Ne donne ni sommeil à tes yeux, Ni assoupissement à tes paupières ; 5 Dégage-toi comme la gazelle de la main (du chasseur), Comme l’oiseau de la main de l’oiseleur. » (Proverbes 6:1-5 SER)

Mes amis, nous ne sommes pas des banquiers. La banque a bien étudié le cas financier de votre ami. Si la banque ne veut pas s’engager pour lui, est-ce que vous avez vraiment plus d’argent et plus de sens financier que la banque ? Qui va pourvoir pour votre famille quand votre ami est en train de se promener dans sa nouvelle voiture que vous lui avez payée ?

Qu’est-ce que vous pouvez faire pour votre ami qui est dans le besoin ? Vous pouvez lui prêter de l’argent sans intérêt et sans espérer qu’il vous le rendra. Jésus a dit :

« Mais aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer. Votre récompense sera grande et vous serez fils du Très-Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants. » (Luc 6:35 SER)

Ou vous pouvez donnez l’argent, quand vous en avez en abondance :

« Ne refuse pas un bienfait à ceux qui y ont droit, Quand tu as le pouvoir de l’accorder. 28 Ne dis pas à ton prochain : Va et reviens, Demain je donnerai ! quand tu as de quoi (donner). » (Proverbes 3:27-28 SER)

Si nous allons discerner la volonté de Dieu, nous devons penser les pensées de Dieu. C’est la raison pour l’étude quotidienne de la Parole. Ce n’est pas pour impressionner ou influencer Dieu, mais pour être influencés et transformés par sa parole. C’est de cette manière que nous comprenons les principes de la vie. Une sensibilité à la direction de Dieu commence avec les écritures.

2. LES PRIERES DES SAINTS (NOUS LES VIVANTS !)

Nous devons prier et demander la prière des chrétiens mûrs pour discerner la direction de Dieu.

« Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu qui donne à tous libéralement et sans faire de reproche, et elle lui sera donnée. 6 Mais qu’il la demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, que le vent agite et soulève. 7 Qu’un tel homme ne pense pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur : 8 c’est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies. » (Jacques 1:5-8 SER)

Nous avons besoin de prier, mais il n’est pas suffisant de prier au nom de Jésus pour découvrir la volonté de Dieu. Psaume 138:2 dit, « Tu as fait ta parole plus grande que ton renom. » Jésus a dit que sa parole doit demeurer en nous quand nous prions (Jean 15:7).

« Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. » (Jean 15:7 SER)

Nous devons connaître les écritures pour prier intelligemment. Notre sensibilité est augmentée quand nous entrons en communion avec Dieu par la prière. Et cette sensibilité est essentielle car Dieu n’est pas statique. Sa volonté n’est pas toujours la même chose, même dans les mêmes circonstances. Dans 2 Samuel 5:17-23 David doit se battre deux fois avec les Philistins dans la même vallée.

Chaque fois il consulte l’Éternel, mais l’Éternel lui donne deux plans de bataille différents. La prière est indispensable pour discerner la volonté de Dieu.

Nous notons aussi que Paul avez déjà reçu une grande révélation de Dieu concernant sa volonté pour sa vie, mais c’était lorsqu’il était à Antioche qu’à travers une période de prier que le Seigneur a dit aux frères : « Sépare-moi Barnabas et Saul. » Nous discernons la volonté de Dieu à travers la prière des saints et ce que le Seigneur dit à travers son corps qui est l’Église.

3. LA PROVIDENCE DES SITUATIONS

Jusqu’à présent nous avons considéré les exercices spirituels qui touchent notre jugement. Mais nous devons aussi comprendre notre situation. Dans Actes 16:6-7 Paul cherche à discerner la volonté de Dieu :

« Empêchés par le Saint-Esprit d’annoncer la parole dans l’Asie, ils traversèrent la Phrygie et le pays de Galatie. 7 Arrivés près de la Mysie, ils tentèrent d’aller en Bithynie ; mais l’Esprit de Jésus ne le leur permit pas. » (Actes 16:6-7 SER)

Nous pouvons imaginer Paul avec Timothée et Silas. Ils tentent d’annoncer la Parole de Dieu dans la province de l’Asie. C’était à ce point qu’il avait projeté de se rendre à Éphèse, la ville principale de l’Asie, mais ils ont été empêchés par le Saint-Esprit. Alors ils ont traversé la Phyrygie et le pays de Galatie, et ils ont tenté « d’aller en Bithynie ; mais l’Esprit de Jésus ne le leur permit pas ».

Nous sommes en train de parler d’un parcours à pied de plus de mille kilomètres. S’ils ont fait 25 km par jour à travers ce terrain difficile, ils ont marché pendant six semaines sans savoir où Dieu les conduisait.

Nous parlons de l’Apôtre Paul, cet homme qui a écrit une grande partie du Nouveau Testament, qui a eu des révélations extraordinaires, qui est monté au troisième ciel. Mais il n’avait pas reçu une parole de la part de Dieu pour savoir où il devait se rendre. Aujourd’hui, il y a des gens qui prétendent être sur un plan spirituel plus élevé que les apôtres du Nouveau Testament. Ils ont toujours des paroles de Dieu. Ils sont toujours en dialogue avec Dieu ou avec des anges. Ils ont une parole de Dieu pour votre vie. Vous n’avez pas besoin de chercher la face de Dieu car ils vous donneront une parole. Ce sont des gens dont Paul a dit :

« et que du milieu de vous se lèveront des hommes qui prononceront des paroles perverses, pour entraîner les disciples après eux. » (Actes 20:30 SER)

Je veux vous assurer que Dieu nous conduit et il nous parle, mais il ne nous épargne pas la nécessité de nous approcher personnellement de lui-même et de réfléchir concernant ce qu’il nous dit. La direction de Dieu n’enlève pas l’élément de la foi de notre démarche avec le Seigneur.

Notez l’attitude et la liberté de Paul. Il sait déjà qu’il est appelé à prêcher l’évangile. Il sait que tout le monde a besoin de l’évangile pour être sauvé. Il n’attend pas, donc, une révélation spéciale concernant ce qu’il doit faire. Il se sent libre d’aller dans la province d’Asie, ou en Bithynie, sans entendre une instruction divine. Il est un homme de Dieu. Il marche avec Dieu. Il a un caractère qui plaît à Dieu. Ses choix plaisent aussi à Dieu. Quelle liberté merveilleuse !

« A vous maintenant qui dites : Aujourd’hui ou demain nous irons dans telle ville, nous y passerons une année, nous y ferons des affaires et nous réaliserons un gain ! 14 Vous qui ne savez pas ce que votre vie sera demain ! Vous êtes une vapeur qui paraît pour un peu de temps, et qui ensuite disparaît. 15 Vous devriez dire au contraire : Si le Seigneur le veut, nous vivrons et nous ferons ceci ou cela. » (Jacques 4:13-15 SER)

Nous devrions faire des plans et dire : « Si le Seigneur le veut, nous vivrons et nous ferons ceci et cela. »

Mais dans ce cas, Dieu veut qu’il fasse quelque chose d’extraordinaire. Paul voulait se rendre à Éphèse. Cela viendrait après, mais à ce point stratégique, Dieu avait un autre plan. Alors, Dieu a empêché Paul d’aller dans la province d’Asie ou en Bithynie.

Finalement, l’équipe missionnaire arrive à Troas. Après des semaines de marcher sans direction précise – que des empêchements – ils arrivent à Troas, au bord de mer. Ils sont coincés. Ils ne savent pas où se rendre.

« Pendant la nuit Paul eut une vision : un Macédonien debout le suppliait en disant : Passe en Macédoine, viens à notre secours ! 10 Après cette vision de Paul, nous avons aussitôt cherché à nous rendre en Macédoine, concluant que Dieu nous appelait à y annoncer l’Évangile. » (Actes 16:9-10 SER)

Paul a eu une vision. Dieu n’a pas dit : « Paul, passe en Macédoine. » Non, un homme macédonien le « suppliait en disant : Passe en Macédoine, viens à notre secours ! » Notez bien le mot « concluant » dans le verset 10. Paul a eu une vision et l’équipe missionnaire a réfléchi concernant sa signification et ils en ont tiré une conclusion : Nous avons conclu « que Dieu nous appelait à y annoncer l’Évangile » (Actes 16:10).

Fois après fois nous voyons cette approche dans les Actes. Pierre reçoit une vision d’une nappe, mais il doit réfléchir sur sa signification (10:17, 19). Il est libéré de la prison par une intervention angélique, mais c’est après réflexion qu’il se rend compte que ce n’est pas une vision et qu’il décide de se rendre à la maison de Marie, mère de Jean-Marc (12:9-12). Quand Paul et Barnabas ont été menacés par les gens d’Iconium, c’est après réflexion qu’ils se sont réfugiés dans d’autres villes (14:5-6).

Parfois Dieu nous donne une parole forte, mais c’est surtout à des points tournants de notre vie, et plus le chemin sera difficile, plus la parole sera forte. Ne soyons pas parmi ceux qui rendent moins chère des paroles.

Parfois Dieu ferme des portes. Vous voulez étudier dans une certaine école, mais vous n’êtes pas admis. Dieu a un autre plan. Vous n’êtes pas accepté comme le pasteur d’une église. Ne vous inquiétez pas ; Dieu a un autre plan. Daniel, âgé d’environ 18 ans et fidèle à Dieu, a été déporté en Babylone, en Irak ! Il est déchiré de son environnement juif par les païens les plus cruels du monde. Quelle était sa réaction ? « A quoi le bon de servir Dieu ? » Non, dans ce contexte étrange et hostile, Daniel a déterminé de servir Dieu dans ces nouvelles circonstances.

« Dieu, que je sers en mon esprit, en (annonçant) l’Évangile de son Fils, m’est témoin que je fais mention de vous toujours 10 et continuellement dans mes prières ; je demande d’avoir enfin, Dieu voulant, une occasion favorable d’aller chez vous. 11 Car je désire vivement vous voir, pour vous communiquer quelque don spirituel, afin que vous soyez affermis, » (Romains 1:9-11 SER)

« Je ne veux pas que vous ignoriez, frères, que j’ai souvent formé le projet d’aller vous voir, afin d’avoir quelque fruit parmi vous, comme parmi les autres nations ; mais j’en ai été empêché jusqu’ici. » (Romains 1:13 SER)

« de là mon vif désir de vous annoncer l’Évangile, à vous aussi qui êtes à Rome. » (Romains 1:15 SER)

Dans ces versets nous voyons le désir de Paul d’aller à Rome. Nous notons sa motivation : il veut fortifier les saints ; il veut recueillir du fruit spirituel parmi eux, comme il a fait parmi d’autres nations. Et il veut prêcher l’évangile à Rome et combler son obligation spirituelle envers eux.

Ce sont des motifs admirables. Pourtant, il a été empêché. Il n’a pas eu l’occasion d’accomplir ses intentions. La porte avait été fermée.

Notez que Paul, homme de la parole et de la prière, n’attend pas une révélation spéciale. Il n’est pas paralysé par son manque de connais­sance. Il n’est pas intimidé par l’inconnu. Ses motifs sont saints, et il a un désir ardent de prêcher à Rome, même si Dieu ne lui a pas dit d’y aller. La porte fermée veut dire que ce n’était pas le moment propice.

Dans Romains 8:26-27 Paul dit que nous ne savons toujours pas la pensée du Seigneur, mais l’Esprit qui intercède à travers nous connaît la volonté de Dieu et prie qu’elle soit accomplie. Dans ce passage et dans le verset 29 nous voyons la relation étroite entre la prière, les événements qui nous arrivent, et le développement de notre caractère qui est le but principal de Dieu pour nous.

« De même aussi l’Esprit vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ; 27 et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est l’intention de l’Esprit : c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints. 28 Nous savons, du reste, que toutes choses coopèrent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. 29 Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin qu’il soit le premier-né d’un grand nombre de frères. » (Romains 8:26-29 SER)

Dans Romains 15:20, 22-25, 28, et 32, Paul parle encore de son désire d’aller à Rome, et pourquoi il a été empêché : il avait été occupé dans le service du Seigneur. Pourtant, il a toujours l’intention de se rendre à Rome, si c’est la volonté de Dieu. Jusqu’au moment où il a écrit ses paroles, ce n’était pas la volonté de Dieu. Les circonstances l’en avaient empêché. Mais Paul continuait de faire et de désirer faire quelque chose pour Dieu.

Jacques 4:14-15 nous instruit de faire nos plans et de dire : « Si Dieu le veut, nous vivrons, et nous ferons ceci ou cela. »

4. PATIENT EN ESPRIT

Nous devons être patients en esprit. Considérons ces passages :

« Je vais prendre mon tour de garde, Je vais me tenir sur le rempart ; Je vais guetter pour voir ce qu’il me dira, Et ce que je répliquerai au sujet de mes doléances. 2 L’Éternel me répondit en ces termes : Écris une vision, Grave-la sur les tablettes, Afin qu’on la lise couramment. 3 Car c’est une vision dont l’échéance est fixée, Elle aspire à son terme, Elle ne décevra pas. Si elle tarde, attends-la, Car elle s’accomplira certainement, Elle ne sera pas différée. » (Habakuk 2:1-3 SER)

« Confie-toi en l’Éternel et pratique le bien ; Demeure dans le pays et prends la fidélité pour pâture. 4 Fais de l’Éternel tes délices, Et il te donnera ce que ton cœur désire. 5 Remets ton sort à l’Éternel, Confie-toi en lui, et c’est lui qui agira. 6 Il fera paraître ta justice comme la lumière, Et ton droit comme le (soleil à son) midi. 7 Garde le silence devant l’Éternel, et attends-toi à lui…. » (Psaumes 37:3-7a SER)

Dieu n’est pas pressé. Il est patient et il veut que nous développions cette caractéristique. C’est pourquoi il nous fait souvent attendre. Beaucoup de dommage est fait dans la vie des chrétiens qui prennent à la hâte des décisions téméraires. Moïse est né pour conduire le peuple de Dieu d’Égypte en Canaan. Mais à l’âge de 40 ans il a tué un Égyptien à cause de son impatience. Conséquemment, il a été banni au désert pour 40 ans pour qu’il apprenne la patience. Je connais trois missionnaires qui ont démissionné parce qu’ils n’étaient pas assez patients pour attendre l’accomplissement de la promesse de Dieu.

5. PAIX DANS LE CŒUR

Finalement, nous avons besoin de la paix dans nos cœurs. Dans un contexte différent, Colossiens 3:15 nous enseigne que la paix de Dieu doit diriger nos cœurs. Nous pouvons dire que si nous n’avons pas la paix de Dieu, et l’assurance que nous faisons sa volonté, nous devons refaire ces pas. La soumission à la volonté de Dieu nous mène à la paix de Dieu qui surpasse toute compréhension.

CONCLUSION

Nous voyons les cinq pas bibliques qui nous aideront à découvrir la volonté de Dieu :

  1. Les principes des Écritures
  2. Les prières des saints (nous les vivants)
  3. La providence des situations
  4. La patience en esprit
  5. La paix dans le cœur

Vous ne pouvez rien faire pour contrôler votre situation ; Dieu est souverain. Mais vous pouvez bien devenir un homme, une femme ou une jeune personne de la Parole de Dieu. Vous pouvez poser le fondement des Écritures dans votre vie par la lecture, l’étude, la mémorisation et la méditation de la Parole de Dieu. Qu’est-ce que vous allez faire pour devenir cette sorte de chrétien ?

Nous avons besoin d’un plan. Si vous lisez trois chapitres de la Bible chaque jour et cinq chapitres le dimanche, vous achèverez la lecture de la Bible chaque année. Un autre plan (le plan de McCheyne) donne plus de variété : vous lisez à quatre endroits à la fois en commençant à Genèse, Esdras, Matthieu et les Actes. Peut-être un tel engagement vous dépasse pour le moment. Il vaut mieux commencer avec un chapitre par jour que de ne pas commencer. Mais vous devez avoir un plan. Vous devez faire quelque chose aujourd’hui et chaque jour pour que vous puissiez sentir votre croissance.

En plus, vous avez besoin de prier. Vous avez besoin d’un endroit et d’un temps pour chercher la face de Dieu. Je ne parle pas de « dire nos prières » mais de chercher la face de Dieu. Levez-vous 15 minutes plus tôt. Les uns diront que ce n’est pas assez tandis que les autres diront que c’est trop. Commencez avec cinq minutes. Priez la « prière du Seigneur » (Matthieu 6:9-13). Faites une liste. Ajoutez vos amis, votre famille, votre pasteur, les églises. Prenez le temps d’écouter et de méditer la Parole de Dieu. Bientôt, il vous sera difficile de prier pour tous les besoins en une heure. Vous devrez repartir les requêtes sur plus jours.

Si nous voulons faire la volonté de Dieu, ce qui est essentiel pour notre salut, nous devons faire ce que nous pouvons faire. Je vous demande de vous engager ce soir à devenir des gens de la Parole de Dieu et des gens de prière pour que vous puissiez découvrir la volonté de Dieu.

  • Part 1
  • Part 2
  • Part 3
  • Part 4
    1. past severin

      je suis beni par ce msg

    Laisser un commentaire

    Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén