Cœur de berger

Quelques réflexions sur la vie de l'Église

Redevabilité pastorale


© 2010, J. Gary Ellison
Pastorale de Tahiti du 2 juin 2004
« Les blessures d’un ami sont dignes de confiance,
Les baisers d’un ennemi sont trompeurs
»
(Proverbes 27:6).
Je voudrais commencer en vous posant une question : À qui devez-vous rendre compte ?
En tant que pasteurs, notre première réponse est peut-être que nous devons rendre compte à Dieu pour tout ce que nous faisons. Il est vrai que « nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu » (Romains 14:12). Il est aussi vrai que nous qui sommes dans une position d’influence « subirons un jugement plus sévère » puisque (Jacques 3:1).
Mais est-ce que seulement à Dieu que nous devons rendre compte ?
Je voudrais considérer le sujet de la redevabilité. Je parle d’une relation morale selon laquelle, soit par loi soit par accord volontaire, une personne ou un groupe doit rendre compte de ses activités à une autre personne ou groupe. Autrement dit, nous parlons des autorités dans nos vies. Les Écritures parlent de quatre autorités établies par Dieu :
1. La famille (les enfants sont sous l’autorité de leurs parents, l’épouse sous celle de son mari, Éphésiens 5:22-6:4).
2. Le gouvernement (les citoyens doivent rendre compte à leurs gouvernants, Romains 13:1-6).
3. Les employeurs (les employés doivent rendre compte à leurs employeurs, Éphésiens 6:5-9).
4. L’église (les croyants sont soumis à leurs conducteurs dans la foi, Hébreux 13:17).
Je pense que le pasteur est particulièrement susceptible de se voir, sans l’articuler, comme la dernière autorité devant Dieu, le dernier maillon, à part Christ, entre Dieu et les hommes. Il est le père de ses enfants, le chef de sa femme, le conducteur de son église, et il n’a pas d’employeur ! C’est précisément à cause de cela qu’il est particulièrement susceptible d’être piégé par l’ennemi.
Puisque nous sommes responsables devant Dieu pour les gens qu’il nous a confiés, nous oublions parfois que nous sommes responsables les uns envers les autres. Nous ne sommes pas des solitaires. « En effet, nul de nous ne vit pour lui-même, et nul ne meurt pour lui-même » (Romains 14:7). « …nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ et nous sommes tous membres les uns des autres » (Romains 12:5).
La Réciprocité
Le Nouveau Testament met un accent fort sur nos relations les uns avec les autres. Le mot grec allêlôn, qui veut dire « les uns les autres », se trouve 100 fois dans le Nouveau Testament, 58 fois dans les épîtres. Gene Getz les réduit à 12 actions différentes que les chrétiens sont à faire « les uns aux les autres » pour édifier le corps de Christ. Le commandement qui les résume, c’est « aimez-vous les uns les autres » dans Jean 13:34. Voici les catégories :
1. Nous sommes tous membres les uns des autres (Romains 12:5).
2. Avoir de l’affection les uns pour les autres (Romains 12:10).
3. S’honorer les uns les autres (Romains 12:10).
4. Avoir une même pensée les uns à l’égard des autres (Romains 15:5).
5. S’accueillir les uns les autres (Romains 15:7).
6. S’avertir les uns les autres (Romains 15:14).
7. Se saluer les uns les autres (Romains 16:16).
8. Être serviteurs les uns des autres (Galates 5:13).
9. Porter les fardeaux les uns des autres (Galates 6:2).
10. Se supporter les uns les autres (Éphésiens 4:2).
11. Se soumettre les uns aux autres (Éphésiens 5:21).
12. S’encourager les uns les autres (1 Thessaloniciens 5:11).
(Cela fait une bonne suggestion pour une série d’étude.)
En tant que pasteurs, nous sommes aussi en relation les uns avec les autres.
Des hommes soumis à une autorité

Dieu se sert de l’autorité pour nous façonner.  Luc nous raconte l’histoire du centenier qui avait « un serviteur malade qui était sur le point de mourir et qui lui était très cher ». Quand Jésus s’approchait de sa maison, il a envoyé dire qu’il ne méritait pas que Jésus entre sous son toit.

« Mais dis un mot, et mon serviteur sera guéri. 8 Car, moi qui suis soumis à une autorité (supérieure), j’ai des soldats sous mes ordres ; et je dis à l’un : Va ! et il va ; à l’autre : Viens ! et il vient ; et à mon serviteur : Fais cela ! et il le fait. 9 Lorsque Jésus entendit ces paroles, il admira le centenier, se tourna vers la foule qui le suivait et dit : Je vous le dis, même en Israël je n’ai pas trouvé une aussi grande foi » (Luc 7:7-9).
Jésus fait un lien entre la soumission et la foi. La foi comprend que Dieu se sert des autorités qu’il a établies sur nous pour accomplir sa volonté dans nos vies, pour former notre caractère et pour faire grandir notre foi. Ainsi, nous ne chercherons pas à nous débarrasser des autorités de nos vies ; nous chercherons à discerner qui sont les autorités que Dieu a placées dans nos vies.
En tant que pasteurs, nous devons rendre compte à la pastorale. Je ne veux pas dire que la pastorale a toujours raison. Nulle autorité humaine n’a toujours raison. Je ne veux pas dire non plus que nous devons rester la bouche fermée quand la pastorale prend une décision à notre égard qui ne s’accorde pas avec notre conception de la volonté de Dieu. Nous devons nous exprimer, débattre, négocier, ou chercher un compromis, tout en restant humbles devant Dieu et nos collègues, prêts à faire sa volonté et non la nôtre. En tant que pastorale, nous devons reconnaître que même l’autorité apostolique ne dictait pas la vie des autres :
1Co 16:12 Quant au frère Apollos, je l’ai beaucoup exhorté à se rendre chez vous avec les frères, mais ce n’était décidément pas sa volonté de le faire maintenant ; il partira, quand il en aura l’occasion.
Le problème
Nul chrétien –et surtout nul pasteur – n’a l’intention de faire échec de sa vie spirituelle. Nous ne voulons pas tomber à plat. Pourtant, bien des pasteurs manquent leur potentiel chaque jour. Nous voulons faire notre mieux : « …l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible » (Matthieu 26:41).
Howard Ball dit : « Vivre la vie chrétienne n’est pas difficile ; c’est impossible. » Personne n’a la force de caractère de faire toujours les bons choix. Le moment où nous croyons avoir tout maîtrisé—paf ! « Ainsi donc, que celui qui pense être debout prenne garde de tomber ! » (1 Corinthiens 10:12).
Une des plus grandes raisons pourquoi les pasteurs tombent, c’est qu’il n’y a personne dans leur vie à qui ils doivent rendre compte. Peu de pasteurs ont intégré dans leur vie la redevabilité. C’est le chaînon manquant, et parmi les hommes chrétiens et parmi les pasteurs. Nous n’avons pas de gens qui seront pour nous un Nathan.
Quelques-uns de nous aiment être leur propre chef. Ils n’aiment pas rendre des comptes à qui que ce soit. D’autres sont de nature plus privés ; ils ne veulent pas d’intrusion dans leur vie. Encore d’autres se sentent tout seul dans la vie chrétienne et s’intéressent à la communion et à l’aide de leurs paires dans leur croissance spirituelle.
Tous les jours des pasteurs chrétiens font faillite moralement, spirituellement, financièrement et dans leurs relations, non pas parce qu’ils ne veulent pas réussir, mais parce qu’ils ont des points aveugles et des points faibles auxquels ils conjecturent pouvoir faire face tout seuls. Ils ne le peuvent pas. Ils perdent leurs églises, leurs familles, leurs finances, et parfois leur salut parce qu’il n’y avait personne là pour leur demander : « Comment ? Pourquoi ? Qu’est-ce que ? et Qui » – les questions difficiles.
Parfois des pasteurs font échec d’une manière spectaculaire : ils s’écrasent et s’éclatent en flamme comme un avion qui percute le sol. Mais normalement, un pasteur se dirige tout doucement vers sa destruction par des centaines de petites décisions  – des décisions dont il ne prend pas note – qui tout doucement, comme l’eau qui goutte sur un rocher, usent et sapent son bon caractère. Sans vouloir le faire, nous nous trouvons dans l’étoile d’araignée du compromis, de l’aveuglement à notre propre égard et du mauvais raisonnement, et il n’y a personne pour nous interpeller.
L’intention de la redevabilité
L’intention de la redevabilité est tout simplement de devenir chaque jour de plus en plus comme Jésus dans toute chose et de le connaître d’une manière plus intime. C’est Christ et Christ crucifié qui est l’objet de notre recherche. Nous cherchons la plénitude de sa présence et de sa puissance dans notre vie quotidienne. Nous demandons l’assistance d’un autre et des autres pour que nous puissions procurer sa grâce envers nous et devenir plus obéissants et passionnés au Seigneur.
À qui devez-vous rendre compte à ce point dans votre vie ? Quel conseil avez-vous reçu dans les trois derniers mois ? Est-ce que vous avez quelqu’un qui ose vous avertir, vous reprendre ? Avez-vous demandé à quelqu’un de vous demander des comptes ?
Une définition : La redevabilité est d’être régulièrement responsable devant des personnes qualifiées pour des domaines clés de notre vie.
Il y a quatre aspects de cette définition : responsable, domaines clés, régulièrement, personnes qualifiées.
Responsable
Si nous ne sommes pas responsables devant quelqu’un, nous errerons comme des brebis. Pourtant, soumettre notre vie à l’inspection d’un autre agace notre désir d’être indépendants. Nous voulons vivre une vie chrétienne, mais nous voulons garder l’affaire entre « moi et Jésus ». Pourtant, les Écritures parlent de la responsabilité mutuelle entre les croyants :
Galates 6:1-2 Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que toi aussi, tu ne sois tenté. Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi du Christ.
Philippiens 2:4 Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres.
Jean 13:34 Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.
Ecclésiaste 4:9-10 Deux valent mieux qu’un, parce qu’ils ont un bon salaire de leur peine. Car, s’ils tombent, l’un relève son compagnon ; mais malheur à celui qui est seul et qui tombe, sans avoir un second pour le relever !
Proverbes 27:6 Les blessures d’un ami sont dignes de confiance, Les baisers d’un ennemi sont trompeurs.
Proverbes 27:17 Le fer aiguise le fer, Ainsi un homme aiguise la personnalité de son prochain.
Nous sommes responsables les uns devant les autres pour les buts que nous poursuivons et les normes par lesquelles nous vivons. Nous devrions nous fixer des buts qui nous aident à grandir dans notre vie spirituelle et dans le ministère et selon les priorités qu’il nous a données. Aussi avons-nous besoin de quelqu’un devant qui nous sommes responsables concernant notre progrès vers ces buts.
Domaines clés de la redevabilité
La nuit du 14 avril 1912, le paquebot le Titanique a fait naufrage après avoir percuté un iceberg. Mille cinq cents personnes ont péri quand la partie cachée de l’iceberg a fait une déchirure de 100 mètres dans la coque de ce qui était le plus grand paquebot du monde.
Un iceberg est un des phénomènes les plus beaux. C’est une masse de glace flottante, littéralement une montagne de glace. Seulement un huitième à un dixième de l’iceberg est visible ; les neuf dixièmes sont sous la surface de l’eau, et c’est cette partie qui est la plus dangereuse.

Homme comme un iceberg


Nous sommes comme un iceberg. La partie visible est peut-être belle à voir, mais si l’on examine en profondeur, on découvre le vrai « nous » avec les domaines clés de notre vie. Nous avons besoin de l’aide de quelqu’un pour naviguer autour des dangers submergés d’une vie non examinée.

On pourrait donner quelques catégories :

  • Notre relation avec Dieu
  • Notre relation avec notre épouse
  • Notre relation avec nos enfants
  • Notre emploi de l’argent et du temps
  • Notre comportement moral et éthique



Régulièrement
On a besoin de faire une évaluation chaque semaine. En principe, les gens qui ne se rencontrent pas toutes les semaines cessent de se rencontrer.
Des partenaires qualifiés
Pour nous les pasteurs, il est difficile de trouver des gens en qui nous pouvons nous confier. À mon avis, il faut être prudent et choisir bien les domaines de partage si l’on entre dans une telle relation avec des membres de l’église. Patrick Morley recommande que les hommes choisissent des partenaires pour traiter avec quatre domaines : moral, spirituel, financier et relationnel. Un autre pasteur ne nous aiderait peut-être pas autant dans le domaine des finances que le trésorier de l’église ou un homme d’affaires.
Il nous convient de rendre compte les uns aux autres, et même entre nous, la transparence semblerait peut-être comme une idéale inaccessible. Il serait difficile pour les pasteurs éloignés de se réunir, mais ils ont leur épouse. Si l’on ne peut se confier à son épouse, à qui peut-il se confier ?
Voici ce que Morley dit concernant les épouses :
Un petit conseil : Les hommes ne devraient pas entrer dans une telle relation avec autre femme que son épouse. La tentation d’avoir une relation étroite avec une femme qui n’est pas notre épouse est une recette pour le désastre.
Les épouses nous aident surtout dans les domaines d’une faiblesse personnelle, là où la vulnérabilité est une question sensible. Je crois que tout homme devrait accueillir la possibilité de rendre compte à son épouse dans tous les domaines possibles. Quand je ne suis pas certain concernant une décision, j’aime consulter mon épouse… Elle connaît mes valeurs et elle me pose toujours une ou deux questions qui m’aident à voir la décision sous un autre angle.
La question de la confidentialité est primordiale. Benjamin Franklin a dit que deux personnes peuvent garder un secret à condition que l’une d’entre elles est morte ! Les hommes ne se confieront pas s’il n’y a pas garantie de confidentialité. Il est nécessaire d’établir une base de communication dès le commencement.
Ici-bas et là-haut
La raison ultime pourquoi nous devrions rendre compte ici-bas, c’est parce que nous devrons rendre compte là-haut. Chacun de nous devra rendre compte à Dieu pour chaque domaine de sa vie :
Matthieu 12:36 Je vous le dis : au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine, qu’ils auront proférée.
Romains 14:12 Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même.
Romains 2:6,16 [Dieu] rendra à chacun selon ses œuvres… (C’est ce qui paraîtra) au jour où, selon mon Évangile, Dieu jugera par le Christ-Jésus les (actions) secrètes des hommes.
Le check-up hebdomadaire est une répétition pour le jugement final.
La différence entre le conseil et la redevabilité
Quand je cherche du conseil, c’est moi qui prend l’initiative. Quand je suis redevable, je donne à une autre personne le doit et la responsabilité de prendre l’initiative. Chercher du conseil, c’est de chercher des réponses à mes propres questions ; être redevable, c’est de répondre aux questions qu’on nous pose. Dans votre vie, y a-t-il quelqu’un qui vous pose des questions ?
Dans quelles manières est-ce que ces gens développent votre caractère ?
La différence entre la camaraderie et la redevabilité
La plupart de nos relations sont très superficielles : nous parlons des actualités, du sport et du temps.
Nous demandons à quelqu’un : « Comment ça va ? »
« Ça va bien ! Très bien, merci ! » il répond. Ses enfants font l’échec à l’école, son épouse ne lui parle pas, et ça fait deux mois qu’il n’a pas payé son loyer, mais tout va très bien !
La redevabilité n’évolue pas d’une manière naturelle dans une relation. Nous devons prendre la décision de vivre notre vie dans un bocal à poissons devant quelqu’un en qui nous nous confions. La redevabilité donne à quelqu’un la permission de nous poser les questions difficiles, et ces questions forment la base de notre relation.
La camaraderie ne nous sonde pas avec des questions concernant les domaines clés de notre existence parce qu’elle n’a jamais reçu une telle invitation. Elle ne se permet pas de s’immiscer dans les affaires d’un autre. Il est très rare pour un frère de nous poser une question difficile sans invitation, même s’il en a envie.
Pendant notre premier terme missionnaire, un autre missionnaire des Assemblées de Dieu habitait à côté de nous avec sa femme et leurs trois enfants. Nous étions bien différents, mais notre intérêt pour les livres et les programmes d’étude a fait de nous de bons amis. Au chagrin de son épouse, il a démissionné à cause d’un différend avec la mission. Il a regretté d’avoir démissionné, mais je ne pouvais le convaincre à change d’avis. Il est rentré aux États-Unis et a pris une position comme professeur dans une de nos écoles bibliques. Nous étions choqués d’apprendre qu’il a divorcé de son épouse après avoir fait un enfant à une étudiante de l’école. Il avait été un de mes meilleurs amis, mais je dois avouer que je ne le connaissais pas. La camaraderie sans des comptes à rendre a peu de valeur.
Les hommes n’aiment pas rendre des comptes
L’homme revendique son indépendance depuis la chute d’Adam. Le vieil homme ne veut pas se soumettre aux autres. Paul nous dit que la chair est incapable de se soumettre à la loi de Dieu (Romains 8:7). C’est pourquoi il y a beaucoup de résistance chez les hommes à la notion de rendre compte à quelqu’un.
Nous avons besoin de faire face à notre propension à péché et à l’aveuglement à notre égard, et avouer que nous avons besoin des autres.

LE CHECK-UP DE REDEVABILITÉ HEBDOMADAIRE

Questions pour commencer

  1. Comment est-ce que Dieu t’a béni cette semaine ? (Qu’est-ce qui est allé très bien ?)
  2. Quel problème t’a distrait cette semaine ? (Qu’est-ce qui a mal tourné ?)
  3. La vie spirituelle
  4. As-tu lu la Parole de Dieu chaque jour ? (Combien de temps ? Pourquoi pas ? La liras-tu la semaine prochaine ?
  5. Décris tes prières (pour toi-même, pour les autres, la louange, la confession, les actions de grâce).
  6. Comment est-ce que votre relation avec Christ change ?
  7. Comment as-tu été tenté cette semaine ? Comment as-tu répondu ?
  8. Y a-t-il un péché dans ta vie que tu n’as pas abandonné ?
  9. Est-ce que tu marches dans l’Esprit ?
  10. Est-ce que tu as adoré à l’église cette semaine ? (Est-ce que ta foi en Christ a été fortifiée ? A-t-il été honoré ?)
  11. As-tu rendu témoignage de ta foi ? De quelles manières ? Comment peux-tu améliorer ?

La vie au foyer

  1. Comment va la vie de couple ? (attitudes, temps, irritations, déceptions, progrès, la relation de ta femme avec Christ)
  2. Comment va la vie avec les enfants ? (quantité et qualité de temps, valeurs et croyances, éducation, guerre spirituelle)
  3. Comment vont les finances ? (dettes, dons, épargnes, intendance)

La vie d’église

  • Comment va l’église ? (progrès, relations dans l’église, croissance spirituelle des membres, implication dans la vie de l’église, stress, problèmes, surchargé)

Intérêts critiques

  1. Te crois-tu au centre de la volonté de Dieu ? Connais-tu la paix de Dieu ?
  2. Quelles sont tes préoccupations ?
  3. Qu’est-ce que tu as fait pour quelqu’un d’autre cette semaine (les pauvres, encouragement, service).
  4. Est-ce que tes priorités sont bien établies ?
  5. Est-ce que ton comportement moral et éthique est en ordre ?
  6. Quels sont tes progrès dans le domaine de haut risque personnel ?
  7. Est-ce que ta vie visible reflète ta vie réelle ?

Suggestions

  1. Faire en sorte que chaque personne ait un temps égal pour répondre aux questions.
  2. Permettre à chaque personne de répondre à une section de questions, puis permettre aux autres (à l’autre) de répondre.
  3. Ne négliger pas de prier.
  4. Faire en tête à tête. De petits groupes de trois à cinq sont possibles si tout le monde parle d’une manière succincte.
  5. Relire ces notes sur la redevabilité une fois par an.
  6. Tenez bon. Vous aurez le désir de lâcher, peut-être souvent. Demander à Dieu de vous fortifier quand vous voulez abandonner.
  7. Tenir les uns les autres responsable pour leurs buts et pour les normes de la Parole de
  8. Dieu.
  9. Ne jamais oublier l’intention de la redevabilité : être transformé de jour en jour en l’image de Christ dans toutes ses voies. Se rappeler que Jésus est l’objet de notre recherche, notre dévouement, notre sacrifice et notre affection. Toute autre raison ne peut se comparer avec cet objectif.
  10. Si l’on n’est pas à l’aise avec le format, le modifier. Les domaines différents peuvent être partagés avec des partenaires différents.


P. Toon, « Accountability » dans Encyclopedia of Biblical and Christian Ethics, p. 5.
Gramcord.
Patrick Morley, The Man in the Mirror: Solving 24 Problems Men Face, p. 303. La plupart de cette étude a été extraite et retirée de ce livre.
  1. Brice BINA

    je vous remercie infiniment pour ces conseils riches, j’avoue que je suis richement beni.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén