Cœur de berger

Quelques réflexions sur la vie de l'Église

Étiquette : Création

Le Dieu de Genèse 1

Genèse 1 Titre

Le premier chapitre de la Bible nous révèle un Dieu qui ne se ressemble pas aux faux dieux des nations.

Il se distingue de l’univers qu’il créa. Ainsi le panthéisme est exclu.

Il déclare que toute sa création est «bonne» voire «très bonne». Le dualisme est donc éliminé.

Ce Dieu souverain créa tout ce qui existe et tous les peuples de la Terre. Il n’est donc pas une divinité tribale.

En plus, et le racisme et le tribalisme sont à rejeter (Actes 17:26).

Dieu nous a créés en son image. Il est alors grotesque que de tenter de le créer à notre image. De même, cet aspect de la création nous différentie des bêtes.

La notion de la responsabilité humaine vis-à-vis du Créateur trouve son origine «au commencement», un thème qui s’entrelace de Genèse à l’Apocalypse. La Parole «était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a point connue» (Jean 1:10). L’autonomie n’est pas la mesure de notre maturité ; au contraire, c’est la marque de notre rébellion.

Source : D. A. Carson, For the Love of God, tome 1, January 1.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le premier né fut-il créé avant toute autre chose ?

Le Fils est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création (Colossiens 1:15 NEG).

Que signifie l’expression “premier-né de toute la création” ? Le Fils fut-il créé avant toute autre chose ?

Le Fils a-t-il créé toutes les autres choses ?

Selon les Témoins de Jéhovah, Colossiens 1:15 prouve que le Fils de Dieu est le résultat du premier acte de création de Jéhovah. Le Fils n’est pas éternel car il est “le premier-né de toute la création” et donc une créature. S’il est un créature, il n’est pas Dieu. Étant la première création de Jéhovah, “le premier-né de toute la création” a créé tout autre créature, ce qui explique l’insertion de “[autres]” dans La Traduction du monde nouveau (TMN), version “spéciale” des Témoins :

Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute création ; 16 parce que par son moyen toutes les [autres] choses ont été créées dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, que ce soient trônes, ou seigneuries, ou gouvernements, ou pouvoirs. Toutes les [autres] choses ont été créées par son intermédiaire et pour lui. 17 Il est aussi avant toutes les [autres] choses, et par son moyen toutes les [autres] choses ont reçu l’existence, 18 et il est la tête du corps, la congrégation. Il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, pour devenir celui qui est le premier en toutes choses ; 19 parce que [Dieu] a jugé bon [de faire] habiter en lui toute plénitude 20 et, par son intermédiaire, de réconcilier de nouveau avec lui-même toutes les [autres] choses en faisant la paix grâce au sang [qu’il a versé] sur le poteau de supplice, que ce soient les choses sur la terre ou les choses dans les cieux (Colossiens 1:15-20, TMN).

Laissons à côté “le poteau de supplice” qui est une autre erreur des Témoins. Cinq fois dans ce passage, la TMN ajoute sans justificatif grammatical l’adjectif “autres” pour indiquer que le Fils fait partie de l’ordre créé. Pourtant, le grec (τὰ πάντα ou ta panta) signifie tout simplement “toutes les choses”. L’adjectif indéfini panta dans ses formes variées se trouve huit fois dans Colossiens 1:15-20 ; 1,243 fois dans le Nouveau Testament ; et 5,278 dans la Septante (traduction grecque de l’Ancien Testament). Mais la phrase “toutes les autres choses” ne se trouve aucune fois dans les traductions fiables.

Traduction “toutes les choses” “toutes choses”
Darby (1885) 67 fois 145 fois
Nouvelle Édition de Genève (1979) 20 fois 78 fois
Bible de Jérusalem 7 fois 39 fois
Bible en français courant (1997) 2 fois 38 fois
Traduction Œcuménique (1988) 2 fois 40 fois
Louis Segond (1910) 20 fois 83 fois

N.B. “Toute chose” (singulier) se trouve 55 fois dans ces six traductions. Il se peut que les phrases ci-dessus soient traduites d’un autre terme grec.

Voici quelques versets qui emploient ta panta, “toutes choses” ou “toutes les choses” :

C’est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. À lui la gloire dans tous les siècles ! Amen ! (Romains 11:36 NEG).

néanmoins pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes (1 Corinthiens 8:6 NEG).

et de mettre en lumière le moyen de faire connaître le mystère caché de toute éternité en Dieu qui a créé toutes choses (Ephésiens 3:9 NEG).

Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui (Colossiens 1:16 NEG).

Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui (Colossiens 1:17 NEG).

Le Fils est le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne, et il soutient toutes choses par sa parole puissante. Il a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts (Hébreux 1:3 NEG).

Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, ait élevé à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut (Hébreux 2:10 NEG).

Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire, l’honneur et la puissance; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées (Apocalypse 4:11 NEG).

D’autres passages indiquent également que tout l’ordre créé existe de par le Fils, par exemple Jean 1:1-3,

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. 2 Elle était au commencement avec Dieu. 3 Toutes choses (panta) ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle (Jean 1:1-3 NEG).

Ce passage exclut d’une manière catégorique le Fils de l’ordre créé : “rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle,” c’est-à-dire la Parole qui est le Fils.

La signification de “premier-né”

Si le Fils avait été créé, pourquoi serait-il appelé le premier-né ? “Création” et “naissance” sont deux concepts distincts. Il est difficile de concilier les deux si nous avons affaire avec significations littérales.

Il convient de considérer l’emploi du terme “premier-né” dans les Écritures.

Ruben, toi, mon premier-né, Ma force et les prémices de ma vigueur, Supérieur en dignité et supérieur en puissance, 4 Impétueux comme les eaux, tu n’auras pas la prééminence ! Car tu es monté sur la couche de ton père, Tu as souillé ma couche en y montant (Genèse 49:3-4 NEG).

Le premier-né est celui qui a la prééminence. Malgré sa position dans l’ordre des naissances, Ruben n’aurait pas la prééminence (cf. 1 Chroniques 5:1).

En principe, Manassé aurait dû avoir la prééminence sur Éphraïm, mais Jacob a renversé l’ordre (Genèse 48:17-20).

David est un autre exemple. Il était le plus jeune de huit fils :

Or David était fils de cet Ephratien de Bethléhem de Juda, nommé Isaï, qui avait huit fils, et qui, du temps de Saül, était vieux, avancé en âge. 13 Les trois fils aînés d’Isaï avaient suivi Saül à la guerre; le premier-né de ses trois fils qui étaient partis pour la guerre s’appelait Éliab, le second Abinadab, et le troisième Schamma. 14 David était le plus jeune… (1 Samuel 17:12-14 NEG).

Pourtant, Dieu fait de David le premier-né :

J’ai trouvé David, mon serviteur, Je l’ai oint de mon huile sainte… 27 Et moi, je ferai de lui le premier-né, Le plus élevé des rois de la terre. (Psaumes 89:20, 27 NEG).

David a la prééminence sur ses frères et sur les autres rois de la terre. De même, le Fils de David a la prééminence sur toute la création. Mais pourquoi ?

“Premier-né” veut dire que le Fils a la prééminence

C’est ce que le contexte de Colossiens 1:15-18 indique. Christ est prééminent.

Le Fils est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création.

Le verset 18 se sert du terme “premier-né” une seconde fois :

le premier-né d’entre les morts (Col 1:18 NEG)

1. Le Fils a la prééminence par rapport à la création.

Pourquoi est-il le premier-né de toute la création ? Le verset suivant explique :

16 Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont

  • dans les cieux et sur la terre,
  • les visibles et les invisibles,
  • trônes, dignités, dominations, autorités.

Tout a été créé

  • par lui et
  • pour lui.

17  Il est avant toutes choses, et
toutes choses subsistent en lui.
… afin d’être en tout le premier (Colossiens 1:15-18 NEG).

L’accent est sur la prééminence du Fils. Considérez les traductions suivantes :

  • afin qu’en toutes choses il tienne, lui, la première place (Col 1:18 DRB)
  • afin de tenir en tout, lui, le premier rang (Col 1:18 TOB)
  • afin d’avoir en tout le premier rang (Col 1:18 BFC)
  • il fallait qu’il obtînt en tout la primauté (Col 1:18 FBJ)

Le Fils a donc prééminence sur l’ordre créé parce que c’était

  • en lui,
  • par lui, et
  • pour lui

que tout fut créé, lui qui est “l’image du Dieu invisible” (v. 15).

Sa prééminence se voit dans le fait qu’avant la création de toutes choses, il était déjà. En plus “toutes choses subsistent en lui.” Comme dit Hébreux 1:3,

Le Fils…  il soutient toutes choses par sa parole puissante… (Hébreux 1:3 NEG).

2. Le Fils a la prééminence par rapport à l’Église.

18  Il est la tête du corps de l’Église ;
il est le commencement,
le premier-né d’entre les morts,
afin d’être en tout le premier (Colossiens 1:15-18 NEG).

En tant que tête de l’Église, il est prééminent (voir aussi Éphésiens 1:20-23).

Le terme “premier-né” est employé une seconde fois dans Colossiens 1 pour indiquer la résurrection de Christ qui est appelé “le premier-né d’entre les morts”. Le Fils a la prééminence dans sa résurrection. Paul explique cette vérité en détail dans 1 Corinthiens 15 où il déclare :

Mais maintenant, Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts. 21 Car, puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la résurrection des morts. 22 Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, 23 mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement (1Co 15:20-23 NEG).

De même dans Romains 8, le Fils est “le premier-né” pour indiquer qu’il a la prééminence :

Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils soit le premier-né de plusieurs frères (Romains 8:29 NEG).

La prééminence du Fils dans Hébreux 1

La prééminence du Fils est un thème majeur de l’Épître aux Hébreux, et nous n’avons pas la place pour la considérer en détail. Pourtant nous jetons un coup d’œil au verset 6 qui emploie le terme “premier-né” :

Et de nouveau, lorsqu’il introduit dans le monde le premier-né, il dit : Que tous les anges de Dieu l ‘adorent ! (Hébreux 1:6 NEG).

Quand le Fils est devenu un homme (voir Hébreux 10:5-10) et naquit, Dieu dit aux anges de Dieu de l’adorer parce qu’il a la prééminence. En fait, sans entrer dans les beaux détails de ce chapitre, il suffit de pointer le verset 8 où Dieu le Père appelle le Fils “Dieu” :

Mais il a dit au Fils : Ton trône, ô Dieu, est éternel ; Le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité (Hébreux 1:8 NEG).

En somme, le terme “premier-né” indique la prééminence du Fils (1) sur tout l’ordre créé parce que c’est lui qui créa tout ce qui fut créé, et (2) sur l’Église parce que le Fils qui mourut pour l’Église est les prémices de la résurrection. Le Fils a la prééminence parce qu’il est Dieu.

Voir aussi :

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Qui est Dieu ?

Un lecteur, Témoin de Jéhovah, a récemment réagi à un article sur Noël (Les chrétiens peuvent-ils célébrer Noël ?), mais son commentaire a révélé que le problème n’était pas la fête mais une méconnaissance de Christ. Voici en essence ma réponse.

Cher(e) ami(e),

Le problème n’est pas Noël, mais comment les Témoins de Jehovah sous-estiment le Christ. Vous le dites bien dans votre dernier paragraphe que je cite : “Le Christ est bel et bien pour nous un Prince de Paix, un Dieu fort…”

“Un dieu fort.” Selon les Écritures, il n’existe qu’un seul Dieu, mais pour les Témoins, il existe Jehovah, le Dieu Tout-Puissant, et le Christ, “un dieu fort” ou “un dieu puissant”. Ça fait deux dieux. Les Témoins de Jéhovah sont polythéistes.

Considérez ce que disent les Écritures :

Deutéronome 6:4 NEG Écoute, Israël ! l’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel.

Notez qu’un seul Dieu créa tout ce qui existe :

Ésaïe 44:24 NEG Ainsi parle l’Éternel, ton rédempteur, Celui qui t’a formé dès ta naissance : Moi, l’Éternel, j’ai fait toutes choses, Seul j’ai déployé les cieux, Seul j’ai étendu la terre.

Dieu seul fit tout. Le nom de ce Dieu, c’est Yahvé, ou Jéhovah si vous voulez. C’est lui SEUL qui créa les cieux et la terre.

Le Nouveau Testament est également clair. Christ était l’agent de la création:

Colossiens 1:15-18 NEG Le Fils est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. 16  Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. 17  Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. 18  Il est la tête du corps de l’Église; il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier.

Jean 1:3 NEG Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n ‘a été fait sans elle.

Hébreux 1:1-2 NEG Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, 2  Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils; il l’a établi héritier de toutes choses; par lui il a aussi créé l’univers. 

Si Dieu SEUL créa tout, et
si Christ fut l’agent de la création,
c’est que Christ est Dieu.

Autrement dit,

Si Jéhovah SEUL créa tout, et
si Christ fut l’agent de la création,
c’est que Christ est Jéhovah.

imageLe nom de Dieu (Yahvé ou Jéhovah) n’indique pas uniquement le Père, mais également le Fils et le Saint-Esprit.

Yahvé (ou Jéhovah) n’est pas le nom du Père ;
c’est le nom de Dieu qui est Père, Fils, et Saint-Esprit.

Ainsi, en lisant l’Ancien Testament, quand nous voyons le nom “l’Éternel”, il convient de nous rappeler qu’il ne s’agit pas uniquement du Père, mais du Dieu – Père, Fils et Saint-Esprit – qui seul créa l’univers. Un Dieu. Trois personnes en communion éternelle.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Violations du mariage-l’homosexualité

Homosexuality_symbols

Outre la polygamie, le divorce et l’adultère, l’homosexualité est une violation de l’intention divine pour le mariage.

L’hétérosexualité est un composant sans équivoque du plan du Créateur pour le mariage.

Pourtant, la Bible révèle que l’hétérosexualité a été souvent violée dans des relations contre la nature, homme avec homme, et femme avec femme (voir Romains 1:26-27).

Voici quelques exemples que nous trouvons dans les Écritures :

  • Les habitants des villes de Sodome et de Gomorrhe (Genèse 19:1-29)
  • Les habitants de Guibea dans les jours des Juges (Juges 19:1-21:25)
  • D’autres malfaiteurs (1 Rois 14:24 ; 15;12 ; 22:46 ; 2 Rois 23:7 ; Job 36:14)

La sévérité de la sentence sur l’homosexualité démontre que l’hétérosexualité reste l’intention de Dieu pour le mariage :

Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux (Lévitique 20:13 NEG).

L’hétérosexualité est clairement la norme.

Que ta source soit bénie, Et fais ta joie de la femme de ta jeunesse,  Biche des amours, gazelle pleine de grâce : Sois en tout temps enivré de ses charmes, Sans cesse épris de son amour (Proverbes 5:18-19 NEG) 

Jouis de la vie avec la femme que tu aimes, pendant tous les jours de ta vie de vanité, que Dieu t’a donnés sous le soleil, pendant tous les jours de ta vanité ; car c’est ta part dans la vie, au milieu de ton travail que tu fais sous le soleil (Ecclésiaste 9:9 NEG).

Le récit de la création donne la loi de Dieu pour le mariage :

C’est pourquoi l’homme [masculin] quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme [féminin], et ils deviendront une seule chair (Genèse 2:24 NEG).

En plus, Dieu ordonne que le couple marié multiplie : “Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre” (Genèse 1:28 NEG), ce qui est impossible pour le couple homosexuel. Tout l’ordre créé a été créé pour remplir la terre (Genèse 1:21, 22, 24, 25, 28). Donc, l’homosexualité viole non seulement l’intention de Dieu pour le mariage, mais aussi son ordre créé.


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 36-37.

D’autres articles basés sur le même livre

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les jours de la création

Galaxy Sombréro, Poor Yorick's photostream

Les cieux racontent la gloire de Dieu, Et l'étendue manifeste l'œuvre de ses mains (Psaume 19:1 NEG).

On dit souvent que la Bible n’est pas un livre de science et que son intention n’est pas de nous donner des détails concernant la création de l’univers. Ainsi laisse-t-on aux scientifiques le rôle d’expliquer nos origines tout en dépouillant les Écritures de leur autorité, et on met un grand point d’interrogation sur la nature de la création.

Il est évident en lisant la Genèse que l’intention de l’auteur est de décrire non seulement le fait que Dieu a tout créé (voir Le Dieu Créateur), mais également comment il a tout créé.

Jour 1 : Par la Parole de Dieu, la lumière commence à exister. Dieu sépare la lumière d’avec les ténèbres ; le soir est distingué du matin.

Jour 2 : Dieu crée une étendue pour séparer “les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue” (Gen. 1:7 NEG). C’est un monde que nous ne connaissons pas, détruit au Déluge quand “les écluses des cieux s’ouvrirent” (Gen. 7:11 NEG).

Jour 3 : Une troisième séparation a lieu bien que le mot séparer ne figure pas dans le texte : les eaux au-dessous de l’étendue s’amassent et se séparent d’avec la terre sèche qui “produisit de la verdure” (Gen. 1:12 NEG).

Jour 4 : La lumière existe depuis le premier jour, mais le quatrième jour, Dieu fait les luminaires pour “qu’ils servent de signes, tant pour les fêtes que pour les jours et les  années” (Gen. 1:14 FBJ). Il fait les deux grands luminaires pour éclairer la terre.

Jour 5 : Dieu crée les créatures des eaux et de l’air, poissons et oiseaux.

Jour 6 : Dieu crée les animaux terrestres et il crée l’homme, homme et femme, à son image.

Jour 7 : Dieu “se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite” (Gen. 2:2 NEG).

Indications que les “jours” de la création sont des périodes de 24 heures

  • Dès le premier jour, la Terre effectue une rotation sur elle-même toutes les 24 heures, ce qui sépare la lumière d’avec les ténèbres (Gen. 1:3-5).
  • L’emploi du mot יום(“yom” Gen. 1:5, 8, 13, 19, 23, 31; 2:3) accompagné d’un numéro cardinal (“premier jour”, “un jour”, “sept jours”) indique toujours une période de 24 heures. On peut vérifier cet emploi avec une concordance (voir Gen. 1:5, 8, 13, 19, 23, 31 ; 2:3 ; 7:4, 11f, 17, 24 ; 8:3f, 6, 14 ; etc.).
  • La loi du sabbat dérive de la création. Le livre d’Exode est explicite que la semaine trouve son origine dans la création. L’homme ne travaillera que six jours “car en six jours l’Éternel a fait les cieux et la terre”. L’homme se reposera le septième jour car “le septième jour [Dieu] a cessé son œuvre et il s’est reposé” :

Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier.  9 Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage.  10 Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes.  11 Car en six jours l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié (Exode 20:8-11 NEG).

On travaillera six jours ; mais le septième jour est le sabbat, le jour du repos, consacré à l’Éternel. Celui qui fera quelque ouvrage le jour du sabbat, sera puni de mort.  16 Les enfants d’Israël observeront le sabbat, en le célébrant, eux et leurs descendants, comme une alliance perpétuelle.  17 Ce sera entre moi et les enfants d’Israël un signe qui devra durer à perpétuité; car en six jours l’Éternel a fait les cieux et la terre, et le septième jour il a cessé son œuvre et il s’est reposé. (Exode 31:15-17 NEG).

Il n’est pas logique de faire dire Dieu : “Tu travailleras six jours et tu te reposeras le septième jour parce que j’ai travaillé des milliards d’années et puis je me suis reposé pour une longue période de temps.” Dieu fait une correspondance directe entre les six jours de la création et les six jours de la semaine.  Il ne serait pas normale que les “six jours” d’Exode 20:9 et 31:15, et “le septième jour” d’Exode 20:10 et 31:15 aient des significations différentes que les mêmes phrases qui figurent dans les deux versets suivants (Exode 20:11 et 31:17). Si les six jours de la création signifient des millions voire des milliards d’années, ce passage ne fait plus de sens et ne respecte pas les règles de l’herméneutique.

La grandeur de Dieu

Dans l’Ancien Testament, les fidèles invoquaient le nom de celui “qui a fait les cieux et la terre” parce qu’un tel Dieu était assez puissant pour les secourir.

Je lève mes yeux vers les montagnes… D’où me viendra le secours ?  2 Le secours me vient de l’Éternel, Qui a fait les cieux et la terre (Ps. 121:1-2 NEG).

Béni soit l’Éternel, Qui ne nous a pas livrés en proie à leurs dents !  7 Notre âme s’est échappée comme l’oiseau du filet des oiseleurs ; Le filet s’est rompu, et nous nous sommes échappés.  8 Notre secours est dans le nom de l’Éternel, Qui a fait les cieux et la terre (Ps. 124:6-8 NEG).

Heureux celui qui a pour secours le Dieu de Jacob, Qui met son espoir en l’Éternel, son Dieu !  6 Il a fait les cieux et la terre, La mer et tout ce qui s’y trouve (Ps. 146:5-6 NEG).

Ezéchias prit la lettre de la main des messagers, et la lut. Puis il monta à la maison de l’Éternel, et la déploya devant l’Éternel,  15 à qui il adressa cette prière :  16 Éternel des armées, Dieu d’Israël, assis sur les chérubins ! C’est toi qui es le seul Dieu de tous les royaumes de la terre, c’est toi qui as fait les cieux et la terre. 17 Éternel, incline ton oreille, et écoute !  (Isa. 37:14-17 NEG).

L’idée qu’il fallait de longues périodes de temps pour Dieu de créer l’univers et pour créer l’homme à son image ne se trouve nulle part dans les Écritures. Une telle pensée minerait la confiance que l’on mettait en Dieu pour le secours dont on avait besoin. S’il lui faillait des millions ou des milliards d’années, on ne serait pas certain qu’il arrive à temps pour aider dans les circonstances bouleversantes. Pourtant, s’il a créé tout ce vaste univers en six jours, sa puissance, sa sagesse et son intelligence sont incomparables. Il est le grand Dieu qui sait nous secourir au bon moment.

L’ADN et la création

Dès le commencement, Dieu a placé dans chaque être vivant l’information nécessaire pour la maintenance de la progéniture. Les herbes, les arbres fruitiers, les poissons, les oiseaux, et “tous les animaux vivants qui se meuvent” produisent d’après leur nature, “selon leur espèce” :

Puis Dieu dit : Que la terre produise de la verdure, de l’herbe portant de la Dieu vit que cela était bon. Et Dieu dit : Que la terre produise l’herbe, la plante portant de la semence, l’arbre fruitier produisant du fruit selon son espèce, ayant sa semence en soi sur la terre. Et il fut ainsi (Genesis 1:11 DRB).

Et la terre produisit l’herbe, la plante portant de la semence selon son espèce, et l’arbre produisant du fruit ayant sa semence en soi selon son espèce. Et Dieu vit que cela était bon (Genesis 1:12 DRB).

Dieu créa les grands animaux des eaux, et tout être vivant qui se meut, dont les eaux fourmillent, selon leurs espèces, et tout oiseau ailé selon son espèce. Et Dieu vit que cela était bon (Genesis 1:21 DRB).

Et Dieu dit : Que la terre produise des êtres vivants selon leur espèce, le bétail, et tout ce qui rampe, et les bêtes de la terre selon leur espèce. Et il fut ainsi (Genesis 1:24 DRB).

Et Dieu fit les bêtes de la terre selon leur espèce, et le bétail selon son espèce, et tout reptile du sol selon son espèce. Et Dieu vit que cela était bon (Genesis 1:25 DRB).

L’information qu’est l’ADN et qui détermine la nature de tout être vivant, plante ou animal, n’est pas l’accumulation de millions d’années résultant fortuitement d’une sélection naturelle ; Dieu l’a placée dans chaque être vivant lors de sa création pour que tout être produise des êtres semblables à ceux qu’il avait créés au commencement.

Les années-lumière

Deux jours après leur création, Adam voyait les mêmes étoiles que nous voyons aujourd’hui.

La grandeur de l’univers nous ébahit. On estime que son diamètre mesure de 150 milliards d’années-lumière. Pourtant, les scientifiques estiment que l’âge de l’univers est de 13,7 milliards d’années, ce qui ne semble pas s’accorder pas avec sa grandeur. Et naturellement, on présente des explications pour la divergence. Ce qui complique encore l’affaire, selon eux, c’est que la grandeur de l’univers n’est pas constante et la vitesse de son expansion s’accélère.

S’ils arrivent à comprendre que tout n’est pas constant dans l’univers, c’est déjà un pas dans le bon sens. L’apôtre Pierre déclare qu’ils se trompent qui disent que “tout demeure comme dès le commencement de la création”(2 Pet. 3:4 NEG).

Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, ainsi qu’une terre tirée de l’eau et formée au moyen de l’eau, 6 et que par ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau (2 Pet. 3:5-6 NEG).

Il existe un Créateur qui s’implique dans sa création. Nous ne pouvons juger l’âge de l’univers par la distance des étoiles ni par la vitesse de la lumière aujourd’hui parce qu’en créant l’univers, Dieu a étendu ou “étirer” les cieux, apparemment à une vitesse largement supérieure à la vitesse de la lumière. Le verbe נטה (natah) peut bien se traduire “étirer” comme les traductions anglaises donnent “stretch out”.

Seul, il étend les cieux, Il marche sur les hauteurs de la mer (Job 9:8 NEG).

Il s’enveloppe de lumière comme d’un manteau ; Il étend les cieux comme un pavillon (Psaume 104:2 NEG).

C’est lui qui est assis au-dessus du cercle de la terre, Et ceux qui l’habitent sont comme des sauterelles ; Il étend les cieux comme une étoffe légère, Il les déploie comme une tente, pour en faire sa demeure (Ésaïe 40:22 NEG).

Ainsi parle Dieu, l’Éternel, Qui a créé les cieux et qui les a déployés, Qui a étendu la terre et ses productions, Qui a donné la respiration à ceux qui la peuplent, Et le souffle à ceux qui y marchent (Ésaïe 42:5 NEG).

Ainsi parle l’Éternel, ton rédempteur, Celui qui t’a formé dès ta naissance : Moi, l’Éternel, j’ai fait toutes choses, Seul j’ai déployé les cieux, Seul j’ai étendu la terre (Ésaïe 44:24 NEG).

C’est moi qui ai fait la terre, Et qui sur elle ai créé l’homme ; C’est moi, ce sont mes mains qui ont déployé les cieux, Et c’est moi qui ai disposé toute leur armée (Ésaïe 45:12 NEG).

Et tu oublierais l’Éternel, qui t’a fait, Qui a étendu les cieux et fondé la terre ! Et tu tremblerais constamment tout le jour Devant la colère de l’oppresseur, Parce qu’il cherche à détruire ! Où donc est la colère de l’oppresseur ? (Ésaïe 51:13 NEG).

Il a créé la terre par sa puissance, Il a fondé le monde par sa sagesse, Il a étendu les cieux par son intelligence (Jérémie 10:12 NEG).

Il a crée la terre par sa puissance, Il a fondé le monde par sa sagesse, Il a étendu les cieux par son intelligence (Jérémie 51:15 NEG).

Oracle, parole de l’Éternel sur Israël. Ainsi parle l’Éternel, qui a étendu les cieux et fondé la terre, Et qui a formé l’esprit de l’homme au-dedans de lui: (Zacharie 12:1 NEG).

Comme Dieu a étiré la lumière en déployant les cieux et en plaçant les étoiles le quatrième jour, une période de 24 heures, la distance des étoiles ne nous aide pas à discerner l’âge de l’univers. Deux jours après leur création, Adam voyait les mêmes étoiles que nous voyons aujourd’hui.

Comment lit-on la Bible ?

Quelle est l’autorité pour ce que nous savons de l’univers ? Les théories toujours changeantes de l’homme ou la Parole de Dieu ? Comment lit-on la Bible ? La lit-on pour l’accorder avec l’hypothèse du jour ou pour discerner l’intention de l’auteur ?

Pendant toute ma jeunesse et jusqu’à l’âge de 26 ans  j’acceptais la théorie d’une brèche entre Genèse 1:1 et Genèse 1:2. J’avais accepté l’idée que les dinosaures avaient vécu des millions d’années avant la création d’Adam et qu’une première création avait été jugée et détruite entre ces deux versets. Pourtant, ce n’est pas ce que dit le texte. Avant le péché d’Adam dans Genèse 3, la mort n’existait pas dans le monde :

C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché… (Rom. 5:12 NEG).

Un ami m’a confronté et m’a montré que j’interprétais la Parole de Dieu de par la parole de l’homme. L’homme a ses théories toujours changeantes qui sont basées sur le présupposé que tout est arrivé par la chance au travers de longues périodes de temps, que tout l’univers dérive du néant, que la vie vient de non vie, que l’ordre vient du chaos et que l’information s’est créée toute seule. Croire que tout cela arrive tout seul ressemble à la magique. Il semble aux autres qu’un Dieu tout sage, tout intelligent et tout puissant a tout fait.

C’est par la foi que nous reconnaissons que l’univers a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. (Hébreux 11:1 NEG).

Nous ne sommes pas obscurantistes et nous voulons donner une réponse à ceux qui nous demandent “raison de l’espérance qui est en vous” (1 Pet. 3:15 NEG). Le Dieu que nous servons et qui s’est révélé dans les Écritures est toujours plus grand que nos petites pensées. Il dépasse l’imagination. C’est pourquoi ce que nous connaissons de lui, nous le connaissons par sa révélation.

Pour ceux qui voudraient en savoir plus, je vous recommande le site suivant qui contient plusieurs articles importants : http://www.answersingenesis.org/fr :

Consulter aussi http://creationwiki.org/fr/Accueil

D’autres articles sur www.Coeurdeberger.org :

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

L'intention de Dieu pour le mariage

Two gold rings - reflected candles

Quel est le plan de Dieu pour le mariage ? Nous devrions nous rendre compte que bien que le mariage soit un sujet important dans la Bible, il n’est pas le sujet principal de la révélation. Nous trouvons des exemples de mariages selon le plan de Dieu et d’autres mariages qui n’ont pas respecté son intention. Tout a été écrit pour notre instruction, mais il faut bien savoir “dispenser droitement la Parole de Dieu” (1 Corinthiens 10:11 ; 2 Timothée 2:15 ; 3:16).

Enraciné dans la création (Genèse 1-3)

C’est dans les premiers chapitres de Genèse que nous trouvons l’intention de Dieu pour le mariage de toute génération. Quand les pharisiens ont questionné Jésus concernant le mariage, il a répondu : “Mais au commencement de la création…” (Marc 10:1 NEG). De même, Paul trouve l’intention de Dieu pour le mariage dans le récit de la création (Éphésiens 5:31 ; cf. 1 Corinthiens 6:16). Si nous voulons comprendre l’intention de Dieu pour le mariage, nous devons regarder non pas à la culture qui nous entoure ni aux exemples multiples et variés que nous trouvons même dans la Bible, mais à son intention révélée à la création.

Créés à l’image de Dieu pour dominer la Terre pour Dieu

Dieu créa l’homme et la femme à l’image de Dieu. Si cette image inclut l’intelligence, une volonté et des émotions, elle inclut surtout le règne représentatif sur la Terre :

Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.  27 Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.  28 Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et assujettissez-la; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre (Gen. 1:26-28 NEG).

Ce règne représentatif inclut et l’homme et la femme (“Dieu les bénit, et Dieu leur dit”). Ensemble comme co-régisseurs ou co-intendants de la Terre, l’homme et la femme devraient assujettir la Terre en partie par la procréation.

L’homme et la femme ne sont qu’intendants ; Dieu est le propriétaire de toute la Création (Psaume 24:1). Ensemble l’homme et la femme sont intendants de la Terre selon la volonté et pour la gloire de Dieu.

Les rôles respectifs de l’homme et de la femme

Genèse 1 note que l’homme et la femme ont été créés à l’image de Dieu. Genèse 2 nous donne plus de détails concernant l’ordre de la création et l’orientation de l’homme et de la femme.

Dans ses commentaires sur Genèse 1-3, l’apôtre Paul souligne la responsabilité primaire de l’homme dans la famille dans le fait que (1) l’homme a été créé premièrement, (2) l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme, et (3) la femme a été tirée de l’homme :

En effet, l’homme n’a pas été tiré de la femme, mais la femme a été tirée de l’homme;  9 et l’homme n’a pas été créé à cause de la femme, mais la femme a été créée à cause de l’homme (1 Co. 11:8-9 NEG).

L’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme (Gen. 2:22 NEG).

En plus, c’est l’homme qui a reçu le commandement (Gen. 2:16-17), à qui la femme a été présentée (Gen. 2:22) et qui a nommé la femme (Gen. 2:23; 3:20) ce qui implique son autorité. Avant la création de la femme, l’homme soumet la création en nommant les animaux (Gen. 2:19-20).

Dieu créa l’homme, lui donna la vie, le plaça dans le jardin (Gen. 2:7-8), et lui donna certains commandements moraux (Gen. 2:16-17), et prend l’initiative de lui faire une “aide qui lui correspondît” (Gen. 2:20 DRB).

Qu’est-ce qu’une “aide qui lui correspondît” ? Elle est femelle. Une femme. L’intention de Dieu pour le mariage est qu’il soit monogame et hétérosexuel.

Une aide qui correspond…

  • est compatible dans un sens qui n’était pas le cas pour les animaux : “os de mes os et chair de ma chair !” (Gen. 2:23, 19-20).
  • est son associée ou assistante.
  • lui fait une compagnie (2:18).
  • est une partenaire qui lui correspond pour la procréation et dans la domestication de la Terre (Gen. 1:28; 2:24).

La responsabilité primaire de l’homme c’est de pourvoir aux besoins de sa femme et de leurs enfants ; la responsabilité primaire de la femme et de prendre soin et de sa famille.

Égalité et complémentarité

Les rôles différents de l’homme et de la femme n’indiquent pas une supériorité ni une infériorité mais une complémentarité. L’homme et la femme sont le complément l’un de l’autre. La soumission de la femme à son mari (Éphésiens 5:22) n’implique nullement une infériorité pas plus que la soumission du Fils de Dieu à la volonté de son Père n’implique son infériorité. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont également Dieu. Tout comme le Fils est égal au Père (Jean 5:18) mais ne peut rien faire de son propre chef (Jean 5:19), ainsi la femme est égale et complémentaire à son mari. Le mari devrait aimer sa femme et se livrer lui-même pour elle et la femme se soumettre à son mari et le respecter (Éphésiens 5:22, 25, 33). Les deux sont un. L’homme et la femme sont égaux.

Source principale : God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 21-26.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le Dieu Créateur

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre (Genèse 1:1 NEG).

La Bible nous dit que Dieu est le Créateur

L’accent du premier chapitre du livre de Genèse est sur le fait que c’est Dieu qui a tout créé. Le nom “Dieu” (אלהים, Elohim) se trouve 32 fois en 26 versets.

  • Dieu créa (3 fois : 1:1, 21, 27 ; plus 2 fois “il créa” : 1:27)
  • Dieu dit (10 fois : 1:3, 6, 9, 11, 14, 20, 24, 26, 28, 29)
  • Dieu vit (7 fois : 1:4, 10, 12, 18, 21, 25, 31 ; dont 6 fois “…que cela était [très] bon”)
  • Dieu sépara (2 fois : 1:4, 7)
  • Dieu appela (3 fois : 1:5, 8, 10 ; plus “il appela” : 1:5, 10)
  • Dieu fit (4 fois en 3 versets : 1:7, 16, 25)
  • Dieu plaça (1 fois : 1:17)
  • Dieu bénit (2 fois : 1:22, 28)

On ne peut pas ne pas reconnaître que Dieu est le Créateur des cieux et de la terre.

En plus, nous trouvons que “l’Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux” (Gen. 1:2 NEG), et que Dieu créa l’homme “à l’image de Dieu” (Gen. 1:27 NEG).

On ne peut pas ne pas reconnaître que Dieu est le Créateur des cieux et de la terre.

La créatio ex nihilo

La Bible enseigne que Dieu a tout créé ex nihilo, c’est-à-dire “du néant”. Selon Walther Eichrodt, Ésaïe fait référence à Genèse 1:1 en parlant d’un commencement absolu de l’ordre créé :

Ne le savez-vous pas ? ne l’avez-vous pas appris ? ne vous l’a-t-on pas fait connaître dès le commencement ? N’avez-vous jamais réfléchi à la fondation de la terre ? (Isa. 40:21 NEG).

Bien que la formule “créatio ex nihilo” ne se trouve pas dans la Bible, il est clair qu’il ne s’agit pas d’une récréation ou d’une réorganisation de la matière comme si Dieu n’était qu’un artisan ou un bâtisseur qui travaillait ce qui existait déjà plutôt que le Créateur de tout ce qui n’est pas Dieu lui-même. Le nom “commencement” fait référence au commencement absolu de tout l’ordre créé. Dit Claus Westermann :

Genèse 1:1 ne fait pas référence à un commencement de quelque chose ; elle fait référence tout simplement Au Commencement. Tout commença par Dieu.”

La phrase “les cieux et la terre” (Gen. 1:1, 21 fois dans la NEG) est une locution qui inclut tout le cosmos. Donc, tout l’univers – tout l’ordre créé – fut créé du néant par le Dieu Tout-Puissant.

Le petit dieu du mormonisme

Joseph Smith, fondateur du mormonisme, a dénoncé vers la fin de sa vie en 1844 la doctrine chrétienne de créatio ex nihilo. Selon Smith,

…le mot créer vient du mot baurau [sic], qui ne veut pas dire créer du néant ; il signifie… organiser le monde du chaos.

Pour Smith, la matière était éternelle. L’existence de Dieu dépendait de la matière et non le contraire. Brigham Young, successeur de Smith, a déclaré :

Affirmer que le Seigneur a fait ce monde du néant est ridicule et impossible. Dieu n’a jamais rien fait du néant.

Parley Pratt, un des premiers apôtres du mormonisme, a dit que “toutes les variétés d’éléments, de propriétés ou de choses” sont “éternelles, non créées et auto-existantes”.

La création n’est qu’une réorganisation pour les mormons. Leur petit dieu dépend des éléments, des lois et des principes qui déterminent les limites de son activité.

Bârâ’  (ברא) et l’argument étymologique

Le mormon B. H. Roberts avoue que le Jewish Encyclopedia indique que “la plupart des philosophes juifs trouve dans Genèse 1:1 que ‘création’ veut dire ‘création du néant’.” Pourtant, il commet le sophisme exégétique en disant que “la signification étymologique du verbe (“créer”) est ‘découper ou façonner’, et présuppose l’emploi de matière.” Il en extrapole que dans la création, Dieu a façonné des matières premières préexistantes.

Est-il valable de faire recours à un argument étymologique ? Par exemple, selon Le Petit Robert, l’adjectif “gentil” vient du latin gentilis et signifiait dans le XIe siècle « de famille, de race » et indiquait ceux qui était noble de naissance. Cela n’est pas sa signification quand on dit à un enfant : “Si tu es gentil, tu auras un bonbon.”

Le savant biblique Moisés Silva dit de manière catégorique :

Les études modernes nous contraignent de rejeter cette attitude [c’est-à-dire faire appel à l’étymologie d’un terme pour trouver sa signification de base ou réelle] et de nous méfier de l’histoire d’un mot.

Le professeur James Barr dit de même :

L’important, c’est que l’étymologie d’un mot n’est pas une déclaration de sa signification mais de son histoire.

Bârâ’ (créer) peut être employé pour la création par Dieu de la nation d’Israël (Ésaïe 43:15) ou pour sa création d’un cœur pur (Psaume 51:12), et nous comprenons qu’il ne s’agit pas d’une création ex nihilo. La question importante est celle-ci : quand nous considérons les passages bibliques qui parlent de la création, quelle signification est le mieux soutenue par les Écritures – celle des mormons et l’interprétation chrétienne ?

Par exemple :

… Dieu… qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient (Rom. 4:17 NEG).

C’est par la foi que nous reconnaissons que l’univers a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles (Héb.. 11:3 NEG).

Ces versets soutiennent une création du néant, non une réorganisation de matières premières.

L’emploi de bârâ’ (ברא)

Comme nous avons constaté, le verbe bârâ’ tout seul n’implique pas forcément une création ex nihilo mais son emploi est important :

  1. Dieu est toujours le sujet du verbe bârâ’. Le verbe n’est jamais employé pour indiquer le travail de l’homme.
  2. Un autre terme, le verbe ‘asah (‘faire’), est employé pour parler de personnes qui fabriquent quelque chose de matières préexistantes.
  3. Quand le verbe bârâ’ est employé, il n’y a jamais mention de matières premières employées par Dieu.
  4. Le verbe bârâ’ est le meilleur terme pour indiquer une création ex nihilo ; nul autre terme hébreu ne conviendrait.
  5. En plus, l’idée de créatio ex nihilo est implicite d
    ans Genèse 1:1 puisque nul commencement de Dieu n’est mentionné.

Quelques citations de savants bibliques

Jürgen Moltmann, théologien allémand :

Dire que Dieu créa le monde indique que Dieu est distinct de ce monde, et souligne que Dieu l’a désiré… C’est le résultat spécifique de sa volonté. Puisqu’ils sont le résultat de l’activité créatrice de Dieu, les cieux et la terre sont… contingents.

John Sailhamer, professeur de l’Ancien Testament :

Les savants bibliques croient depuis fort longtemps que l’idée de ‘création du néant’ peut se trouver dans la phrase d’ouverture de Genèse 1…. Il y a très peu que le texte pourrait signifier autre qu’une ‘création du néant’. La simple notion que le monde a un ‘commencement’ semblerait nécessiter qu’il soit créé ‘du néant’.

Les commentateurs Keil et Delitzsch :

La terre était informe et vide pas avant, mais quand ou après que Dieu l’avait créé.

…il n’y a rien qui appartient à la composition de l’univers, soit en matière ou en forme, qui avait une existence… avant cet acte divin au commencement.

Citations bibliques

Il existe d’abondantes références bibliques à la création par Dieu (par l’agence de Christ) de toutes choses visibles et invisibles. En voici quelques-unes :

C’est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses (Rom. 11:36 NEG).

il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses (1 Co. 8:6 NEG).

Dieu qui a créé toutes choses (Éph. 3:9 NEG).

Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui (Col. 1:16 NEG).

tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées (Apo. 4:11 NEG).

Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle (Jean 1:3 NEG).

La doctrine de création du néant reflète la compréhension des juifs de l’Ancien Testament ainsi que l’enseignement du Nouveau Testament. C’est la doctrine de l’Église depuis deux mille ans. Le Créateur est infiniment plus grand que nous ne pouvons imaginer.

Source : Francis J. Beckwith, et. al., The New Mormon Challenge, Zondervan, 2002, surtout les pages 99-115.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Mohler : 6b. La prédication de la grande histoire de la Bible (2e partie)

« Notre cœur ne brûlait-il pas au-dedans de nous… ? » (Luc 24:32).

He is not silent Je partage des notes du livre par Albert Mohler, He Is Not Silent: Preaching in a Postmodern World (“Il n’est pas silencieux : prêcher dans un monde postmoderne”).
 

Pour les autres articles sur ce livre “He Is Not Silent”, cliquer ici.

Dr Mohler parle dans la première partie de ce chapitre du métarécit que nous trouvons dans les Écritures, cette perspective qui englobe nos histoires individuelles et leur donne signification. Quand nous dévoilons à travers la prédication par exposition cette grande histoire de ce que fait Dieu dans l’univers, nous donnons aux auditeurs des points de repère et les orientons non seulement à la place du texte dans le grand plan des Écritures mais encore plus, nous les orientons à leur place dans le plan de Dieu. La présentation par Christ de ce que disaient les Écritures au sujet du Christ a embrasé le cœur des deux disciples :

« Notre cœur ne brûlait-il pas au-dedans de nous lorsqu’il… nous expliquait les Écritures ? » (Luc 24:32).

Tout texte
—non seulement ceux que nous connaissons bien—crie du Seigneur Jésus-Christ.

Dans la deuxième partie de ce chapitre, Mohler explique que la Bible n’est pas « un compendium de nouvelles, mais un grand métarécit qui comprend la vie et l’œuvre de Dieu pour la rédemption du monde ». Notre prédication doit être déterminée par le texte—nous expliquons le texte et sa pertinence pour les auditeurs—mais notre responsabilité ne s’arrête pas là. Nous devons orienter les auditeurs à la place du texte dans les Écritures. C’est pourquoi il convient de prêcher des livres entiers en série. De cette manière nous prêcherons « tout le conseil de Dieu » (Actes 20:27) sans négliger des textes que nous éviterions autrement. L’enseignement et la méthode de Jésus démontrent que « Tout texte—non seulement ceux que nous connaissons bien—crie du Seigneur Jésus-Christ. » En « commençant par Moïse et par tous les prophètes, [Jésus] leur expliqua dans toutes les Ecritures ce qui le concernait » (Luc 24:27).

Mohler parle de quatre grands mouvements dans la structure de la Bible et dans le plan de Dieu—création, chute, rédemption et consommation—qui indiquent notre besoin de Jésus-Christ.

Le premier mouvement : Création

Il existe deux explications pour l’origine de l’univers : soit l’univers est le résultat de causes naturelles, matérialistes et évolutionnistes, et que tout existe par hasard ; soit l’univers est le résultat intentionnel de la Première cause non causée : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre » (Genèse 1:1). Soit nous ne sommes qu’une sorte d’accident biologique, soit nous sommes les seuls êtres vivants qui avons été créés à l’image de Dieu devant qui nous devrons rendre compte. Cette interprétation biblique donne signification à tout aspect de la vie et a de l’impact sur notre manière de nous comporter dans ce monde. Notre réponse à cette question touche tout aspect de la vie : « de la sexualité, à l’inviolabilité de la vie, à la signification de notre travail, à la signification de la vie même ». Notre tâche comme prédicateurs est de transmettre aux auditeurs une vision de la réalité qui les oriente en tant que créatures au Créateur.

Le deuxième mouvement : Chute

La création n’explique pas toute la réalité. Nous ne pouvons comprendre notre condition actuelle sans référence à la chute d’homme dans Genèse 3. Nous ne sommes plus dans le jardin d’Éden. Notre péché a tout changé. Nous ne sommes pas des êtres moralement bons ou même neutres :

La chute explique pourquoi nous sommes qui nous sommes, pourquoi nous faisons ce que nous faisons, pourquoi nous cachons ce que nous cachons. Elle explique pourquoi la société humaine est ce qu’elle est, pourquoi les divertissements sont tels qu’ils le sont, pourquoi nos époux sont tels qu’ils le sont. Elle explique pourquoi nos enfants n’ont pas besoin que l’on leur apprend à pécher, et pourquoi nous fermons nos portes à clé. Elle explique pourquoi nous ne sommes jamais satisfaits, jamais contents, jamais vraiment en paix.

Encore plus important, la chute explique pourquoi nous sommes spirituellement morts, et pourquoi nous le méritons : la condamnation et le jugement éternel sont la seule réponse juste d’un Dieu saint à la réalité de ce que nous sommes et de ce que nous avons fait.

Le troisième mouvement : Rédemption

Si ce n’était pour ce troisième mouvement, nous pourrions dire avec les épicuriens : « Mangeons et buvons, car demain nous mourrons. » Mais Dieu a fait pour nous ce que nous ne pouvions faire pour nous-mêmes : il a agi pour nous sauver de notre péché. En nous rachetant, il se glorifie, démontre sa sainteté et révèle qu’il est plus que notre Créateur : il est aussi notre Rédempteur. « Celui qui n’a pas connu le péché, il l’a fait (devenir) péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu » (2 Corinthiens 5:21 SER). En Christ, Dieu a accompli un reversement cosmologique qui dépasse notre imagination.

Si nos gens imaginent que l’évangile est une petite histoire qui nous permet de nous lier d’amitié avec Jésus pour marcher seul à seul avec lui dans un jardin, s’ils ne comprennent pas quelle est la grandeur de leur salut du péché, nous les dépouillons de l’évangile.

Chaque fois que nous prêchons, nous devons créer une dissonance dans l’esprit de nos auditeurs. Nous devons déclarer notre misère, notre péché et notre impuissance, et nous devons avouer franchement que nous ne pouvons pas résoudre le problème. Alors nous proclamons l’évangile. Nous démontrons à nos gens comment Dieu lui-même a fait ce que nous étions totalement incapables de faire. Nous leur disons que le problème du péché n’était résolu que quand le Fils de Dieu sans
péché mourut sur la croix comme substitut pour son peuple.

Le quatrième mouvement : Consommation

La consommation dépassera la gloire de la création. Il ne s’agit pas d’un simple rétablissement de la création mais la création d’un nouveau ciel et d’une nouvelle terre (Apocalypse 21:1).

Dans le jardin d’Éden, Adam et Ève connaissaient certainement beaucoup de chants qu’ils pouvaient chanter à la gloire de Dieu comme Créateur, mais ils ne savaient pas chanter « Digne est l’agneau ! » [Apocalypse 5:9-12] Nous sommes plus privilégiés que l’étaient Adam et Ève dans le jardin. Nous pourrons chanter : « Digne est l’agneau qui a été immolé ! »

Raconter l’histoire entière

Bien des chrétiens meurent de faim spirituelle parce qu’ils ne connaissent pas le grand métarécit de la Bible. Ils ne connaissent que beaucoup de petites histoires bibliques sans comprendre leur rapport ou leur rapport avec ce que Dieu est en train de faire. Chaque fois que nous prêchons, nous devons aider nos auditeurs à voir la place du texte que nous prêchons dans le grand plan de Dieu ainsi que leur place dans le texte et dans le plan de Dieu. Nous devrions être passionnés de dévoiler la grande histoire de l’évangile pour que les gens se disent : « Notre cœur ne brûlait-il pas au-dedans de nous lorsqu’il nous expliquait les Écritures ? »

Un témoignage

J’avais 13 ou 14 ans quand le pasteur de notre église, qui était aussi mon grand-père, a fait une étude biblique un mercredi soir sur le métarécit de la Bible. En une heure il a présenté l’histoire de toute la Bible, de la création à la consommation en survolant la Bible entière. Pour la première fois de ma vie, je comprenais le rapport entre toutes les histoires bibliques et leur part dans le grand plan de Dieu. C’était pour moi un point tournant dans ma compréhension de la Bible et de ce que Dieu faisait. Cela fait 40 ans, mais je me souviens bien de cette soirée quand j’ai saisi la cohérence des histoires diverses et leur place dans l’intégralité du plan de Dieu. C’est ce que nous devrions faire en partie chaque fois que nous prêchons la Parole de Dieu pour ainsi embraser le cœur des disciples.

Pour les autres articles sur ce livre “He Is Not Silent”, cliquer ici.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les fossiles et la théorie darwinienne

Le site Un poisson dans le net vient de poster “Au commencement… Dieu ? Les fossiles — Une assurance loin d’être partagée (14)” dans la série Au commencement… Dieu ? par Henry Bryant. Comme nous avons récemment considéré ce sujet de l’évolution sur ce site avec pas mal de débat, il vous serait intéressant de lire cette série d’articles qui est disponible grâce aux Éditions Clé et à M. Bryant. Voici quelques extraits de l’article sur “Les fossiles — Une assurance loin d’être partagée (14)”.

…nombreux sont les géologues et les paléontologues qui voient dans le l’étude des fossiles de graves difficultés pour la théorie darwinienne… [I]l n’est pas possible, par l’étude des fossiles, de montrer que toutes les espèces vivantes aujourd’hui ont des ancêtres communs. C’est une généralisation qui contredit plutôt ce que nous observons dans ces traces laissées dans les couches sédimentaires de notre planète…

…“la richesse des archives fossiles” … accentue un phénomène commun à toutes les couches sédimentaires : l’absence notoire des formes de transition importantes. On rencontre des opinions très divergentes concernant la validité de certains “ chaînons manquants ”, mais tous s’accordent pour dire que la grande majorité des classes, des ordres, et des familles apparaissent dans les strates fossilifères parfaitement formées, sans antécédent. En réalité, il ne s’agit pas de quelques “maillons” qui manqueraient dans la chaine évolutive, mais de grandes longueurs de chaines qui sont introuvables…

Etant donné le grand fossé qui sépare les vertébrés des invertébrés, il faut croire que pendant 100 millions d’années des multitudes d’organismes mi-poisson/mi-invertébré ont existé et ont péri sans laisser la moindre trace. C’est possible, mais moins crédible que le récit de la création ! …

L’étude des fossiles autorise des différences honnêtes d’opinion. Mais les archives fossiles sont très décevantes pour ceux qui y cherchent un appui à la théorie générale de l’évolution.

L’absence presque totale de formes intermédiaires et ancestrales dans les gisements fossiles est aujourd’hui largement reconnue comme l’une de leurs caractéristiques les plus frappantes par beaucoup de paléontologues éminents.

Darwin croyait alors que les recherches futures allaient apporter ce qui manquait dans les indices fossiles. Aujourd’hui on n’a plus cet espoir…

Je vous encourage à lire tout l’article bien documenté ainsi que le texte intégral de ce livre Au commencement… Dieu ?

HT: Un poisson dans le net

Pour d’autres articles sur l’évolution, cliquez ici.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén