Cœur de berger

Quelques réflexions sur la vie de l'Église

Étiquette : Doctrine

Doctrine 03 : La Divinité du Seigneur Jésus-Christ – Part 1

 

Je partage mes notes d’un cours sur les doctrines de la Bible.

« Jésus-Christ était pleinement Dieu et pleinement homme dans une personne, et il le sera à jamais. » —Wayne Grudem, Systematic Theology


La doctrine centrale du christianisme est la divinité plénière de Jésus-Christ et sa relation comme Fils unique de Dieu le Père. Le Seigneur Jésus-Christ est le Fils éternel de Dieu. L’Apôtre Jean déclare l’importance de cette doctrine dans sa deuxième épître :

2 Jean 9 NEG Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n’a point Dieu ; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et le Fils.

Cette doctrine de la divinité plénière et éternelle de Jésus-Christ (voir Colossiens 2:9) est niée par les Témoins de Jéhovah qui enseignent que Jésus-Christ est un dieu puissant à côté du Dieu Tout-Puissant—ce qui est une forme de polythéisme—et que Jésus-Christ fut créé par Dieu et n’est pas donc éternel mais commença à exister quand Dieu le créa.

Les mormones, de leur part, enseignent que Jésus-Christ était la progéniture de Dieu le Père et sa femme céleste et que Jésus et Lucifer étaient frères. En plus, ils enseignent que nous sommes tous la progéniture de ce Dieu qui n’est qu’un dieu parmi beaucoup de dieux qui ont évolué des hommes comme nous !

Les pentecôtistes unis (pas les pentecôtistes classiques) ont embrassé l’hérésie ancienne de Sabellius (3e siècle) « selon laquelle la Trinité forme une seule personne qui se manifeste sous trois aspects » (Le Petit Robert), ce qui efface la distinction entre les trois personnes de la Trinité.

En face de ces erreurs flagrantes du centre doctrinal du christianisme, il nous est impératif de « demeurer dans la doctrine de Christ » (2 Jean 9). Le fondement de cette doctrine se trouve dans les Écritures qui seules sont la règle infaillible.

Nous voulons considérer l’humanité et la divinité du Seigneur Jésus-Christ. Dans cette première étude, nous considérons l’humanité de Christ, ce que déclarent les Écritures, les faits historiques de la vie Jésus ainsi que leur signification et leur importance pour nous. Dans l’étude prochaine, nous considérerons la divinité de Christ.

I. L’HUMANITÉ DE CHRIST

En considérant la vie et l’humanité de Christ, nous pouvons distinguer les faits historiques de leur signification. Commençons avec les faits de sa vie terrestre.

Les Ecritures déclarent :

  1. Sa naissance virginale (Matthieu 1:23 ; Luc 1:31, 35).
  2. Sa vie sans péché (Hébreux 7:26 ; 1 Pierre 1:22)
  3. Ses miracles (Actes 2:22 ; 10:38).
  4. Son œuvre expiatoire à la croix (1 Corinthiens 15:3 ; 2 Corinthiens 5:21).
  5. Sa résurrection physique d’entre les morts (Matthieu 28:6 ; Luc 24:39 ; 1 Corinthiens 15:4).
  6. Son exaltation à la droite de Dieu (Actes 1:9, 11 ; 2:33 ; Philippiens 2:9-11 ; Hébreux 1:3).
Les faits Leur signification
Sa naissance virginale Natures humaine et divine
Sa vie sans péché Agneau de Dieu sans tache
Ses miracles Royaume de Dieu (Luc 11:17-20)
Son œuvre expiatoire à la croix Pardon (Romains 4:25)
Sa résurrection physique d’entre les morts Justification (Romains 4:25)
Son exaltation à la droite de Dieu Médiation pour nous (1 Jean 2:1 ; Hébreux 8:1) ; Effusion de l’Esprit Saint (Actes 2:33)

Nous voulons considérer certains aspects en plus de détail.

Sa naissance virginale

Sept cents ans avant la naissance de Christ, le prophète Ésaïe avait prophétisé sa naissance:

Es. 7:14 NEG C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe; Voici, la vierge deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d’Emmanuel.

Le Fils de Dieu entrerait dans le monde comme nul autre ; il naîtrait d’une vierge. Matthieu décrit les circonstances de la naissance de Jésus et les identifie comme l’accomplissement de la prophétie Ésaïe :

Matthieu 1:18-25          « Voici comment arriva la naissance de Jésus-Christ. Marie, sa mère, était fiancée à Joseph ; avant leur union elle se trouva enceinte (par l’action) du Saint-Esprit. 19 Joseph, son époux, qui était un homme de bien et qui ne voulait pas la diffamer, se proposa de rompre secrètement avec elle. 20 Comme il y pensait, voici qu’un ange du Seigneur lui apparut en songe et dit : Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit, 21 elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus, car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. 22 Tout cela arriva afin que s’accomplisse ce que le Seigneur avait déclaré par le prophète : 23 Voici que la vierge sera enceinte ; elle enfantera un fils, Et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui se traduit : Dieu avec nous. 24 A son réveil, Joseph fit ce que l’ange du Seigneur lui avait ordonné, et il prit sa femme chez lui. 25 Mais il ne la connut pas jusqu’à ce qu’elle eût enfanté un fils, auquel il donna le nom de Jésus. »

Luc, dans son évangile, souligne le caractère virginal de la mère de Jésus dans son récit de l’Annonciation :

 Luc 1:34-35       « Marie dit à l’ange : Comment cela se produira-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ? L’ange lui répondit : Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi, le saint (enfant) qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. »

L’importance doctrinale de la naissance virginale :

  1. Le salut ne peut jamais venir d’un effort humain quelconque ; le salut doit être l’œuvre de Dieu lui-même.

Quand le péché entra dans le monde, dans le « protoevangelion », la première annonce de l’évangile, Dieu promit de donner un Sauveur qui naîtrait d’une femme :

Genèse 3:15 « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, Entre ta descendance et sa descendance : Celle-ci t’écrasera la tête, Et tu lui écraseras le talon. »

L’Apôtre Paul nous dit que le Fils de Dieu est cette descendance d’une femme :

Galates 4:4 « mais lorsque les temps furent accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, afin de racheter ceux qui étaient sous la loi, pour que nous recevions l’adoption. »

  1. La naissance virginale a rendu possible l’unification de la divinité plénière et une humanité complète dans une personne.

Il aurait probablement été possible pour Dieu de créer Jésus comme un être humain tout fait au ciel et le faire descendre du ciel sans le bénéfice des parents humains. Mais alors, il nous aurait été difficile de voir comment Jésus pouvait être aussi humain que nous.

Encore, il aurait probablement été possible pour Dieu d’envoyer Jésus dans le monde par le moyen de deux parents humains et d’unir sa pleine divinité avec sa pleine humanité tôt dans sa vie. Mais alors, il nous aurait été difficile de comprendre comment Jésus était pleinement Dieu.1

Né d’une femme, Jésus avait une humanité complète. Étant éternellement le Fils de Dieu, « toute la plénitude de la divinité » habite en lui (Colossiens 2:9). Sans être mélangées, les deux natures existent en une seule personne, Jésus-Christ, le Dieu-homme. Cela grâce au miracle de l’incarnation quand la Parole devint chair (Jean 1:14).

  1. La naissance virginale a permis à Jésus d’avoir une vraie humanité sans la corruption du péché.

Comme le premier Adam fut créé sans péché, le dernier Adam est entré dans le monde sans péché (cf. 1 Corinthiens 15:45).

Luc 1:35 « L’ange lui répondit : Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi, le saint (enfant) qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. »

Ses faiblesses humaines et ses limitations

En tant qu’homme, Jésus s’est imposé sur lui-même certaines faiblesses et limitations.

1. Jésus avait un corps humain.

Il est devenu un vrai être humain avec toutes ses limitations.

Luc 2:7 « et elle enfanta son fils premier-né. Elle l’emmaillota et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie. »

Luc 2:40 « Or le petit enfant grandissait et se fortifiait ; il était rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui. »

Luc 2:52 « Et Jésus croissait en sagesse, en stature et en grâce, devant Dieu et devant les hommes. » Matthieu 4:2 « Il jeûna quarante jours et quarante nuits, puis il eut faim. »

Jean 4:6 « Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C’était environ la sixième heure. »

Luc 23:26 « Comme ils l’emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, pour qu’il la porte derrière Jésus. »

Jean 19:28 « Après cela, Jésus, qui savait que déjà tout était achevé, dit afin que l’Écriture soit accomplie : J’ai soif. »

Même après sa résurrection, Jésus avait un corps. Bien que glorifié et débarrassé des faiblesses et des limitations humaines normales, le corps ressuscité était réel et physique.

Luc 24:39 « Voyez mes mains et mes pieds, c’est bien moi ; touchez-moi et voyez ; un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’en ai. »

Luc 24:42 « Ils lui présentèrent un morceau de poisson grillé ».

  1. Jésus avait un esprit humain.

Luc 2:52 « Et Jésus croissait en sagesse, en stature et en grâce, devant Dieu et devant les hommes. »

Hébreux 5:7-8 « …Ayant été exaucé à cause de sa piété, il a appris, bien qu’il fût le Fils, l’obéissance par ce qu’il a souffert. »

Il s’est imposé certaines limitations à sa connaissance :

Marc 13:32 « Pour ce qui est du jour ou de l’heure, personne ne les connaît, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais le Père (seul). »

  1. Jésus avait une âme humaine et des émotions humaines.

Jean 11:35 « Jésus pleura. »

Jean 12:27 « Maintenant mon âme est troublée. Et que dirai-je ?… Père, sauve-moi de cette heure ?… Mais c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure. »

Jean 13:21 « Après avoir ainsi parlé, Jésus fut troublé en son esprit et fit cette déclaration : En vérité, en vérité, je vous le dis, l’un de vous me livrera. »

Matthieu 8:10 « Après l’avoir entendu, Jésus (plein) d’admiration dit à ceux qui le suivaient : En vérité, je vous le dis, je n’ai trouvé chez personne, même en Israël, une si grande foi. »

Matthieu 26:38 « Il leur dit alors : Mon âme est triste jusqu’à la mort, restez ici et veillez avec moi. »

Hébreux 5:7 « C’est lui qui, dans les jours de sa chair, offrit à grands cris et avec larmes, des prières et des supplications à Celui qui pouvait le sauver de la mort. Ayant été exaucé à cause de sa piété, il a appris, »

Hébreux 4:15 « Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur incapable de compatir à nos faiblesses ; mais il a été tenté comme nous à tous égards, sans (commettre de) péché. »

 

  1. Les gens auprès de Jésus l’ont vu simplement comme un homme.

Matthieu 13:53-58 « Lorsque Jésus eut achevé ces paraboles il partit de là. 54 Il se rendit dans sa patrie et se mit à enseigner dans leur synagogue, de telle sorte qu’ils étaient étonnés et disaient : D’où lui viennent cette sagesse et ces miracles ? 55 N’est-ce pas le fils du charpentier ? Sa mère ne s’appelle-t-elle pas Marie ? Et ses frères, Jacques, Joseph, Simon et Jude ? 56 Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous ? D’où lui vient donc tout cela ? 57 Et il était pour eux une occasion de chute. Mais Jésus leur dit : Un prophète n’est méprisé que dans sa patrie et dans sa maison. 58 Et il ne fit pas, là, beaucoup de miracles, à cause de leur incrédulité. »

Jean 7:5 « En effet, ses frères non plus ne croyaient pas en lui. »

Il était sans péché.

Les Écritures déclarent à maintes reprises que Jésus n’a jamais commis de péché :

Luc 4:13 « Après avoir achevé de le tenter, le diable s’éloigna de lui jusqu’à une autre occasion. »

Jean 8:46 « Qui de vous me convaincra de péché ? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ? »

Jean 8:29 « Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que moi, je fais toujours ce qui lui est agréable. »

Jean 15:10 « Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme j’ai gardé les commandements de mon Père et que je demeure dans son amour. »

Jean 18:38 « Pilate lui dit : Qu’est-ce que la vérité ? Après avoir dit cela, il sortit de nouveau pour aller vers les Juifs et leur dit : Moi, je ne trouve aucun motif (de condamnation) en lui. »

Actes 2:27 « Car tu n’abandonneras pas mon âme dans le séjour des morts, Et tu ne laisseras pas ton Saint voir la corruption. »

Actes 3:14 « Mais vous, vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé comme une faveur qu’on vous remette un meurtrier. »

Actes 4:30 « étends ta main, pour qu’il se produise des guérisons, des signes et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus. »

Actes 7:52 « Lequel des prophètes vos pères n’ont-ils pas persécuté ? Ils ont mis à mort ceux qui annonçaient à l’avance la venue du Juste, dont vous êtes devenus maintenant les meurtriers après l’avoir livré, »

Actes 13:35 « En conséquence, il dit ailleurs : Tu ne laisseras par ton Saint voir la corruption. »

2 Corinthiens 5:21 « Celui qui n’a pas connu le péché, il l’a fait (devenir) péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu. »

Hébreux 4:15 « Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur incapable de compatir à nos faiblesses ; mais il a été tenté comme nous à tous égards, sans (commettre de) péché. »

Hébreux 7:26 « C’est bien un tel souverain sacrificateur qui nous convenait : saint, innocent, immaculé, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux, »

1 Pierre 1:19 « mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache ; »

1 Pierre 2:22 « lui qui n’a pas commis de péché, et dans la bouche duquel il ne s’est pas trouvé de fraude ; »

1 Pierre 3:18 « En effet, Christ aussi est mort une seule fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de vous amener à Dieu. Mis à mort selon la chair, il a été rendu vivant selon l’Esprit. »

1 Jean 2:1 « Mes petits enfants, je vous écris ceci, afin que vous ne péchiez pas. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. »

1 Jean 3:5 « Or, vous le savez, lui (le Seigneur) est apparu pour ôter les péchés ; et il n’y a pas de péché en lui. »

Pourquoi est-ce que l’humanité plénière a été nécessaire ?

1 Jean 4:2-3 NEG Reconnaissez à ceci l’Esprit de Dieu : tout esprit qui se déclare publiquement pour Jésus -Christ venu en chair est de Dieu ; 3 et tout esprit qui ne se déclare pas publiquement pour Jésus n’est pas de Dieu, c ‘est celui de l’antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde.

  1. Une obéissance représentative (Luc 4:1-13)

Romains 5:18-19 « Ainsi donc, comme par une seule faute la condamnation s’étend à tous les hommes, de même par un seul acte de justice, la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes. 19 En effet, comme par la désobéissance d’un seul homme, beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul, beaucoup seront rendus justes.

1 Corinthiens 15:45, 47 « C’est pourquoi il est écrit : Le premier homme, Adam, devint un être vivant. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. 47 Le premier homme tiré de la terre est terrestre. Le deuxième homme vient du ciel. »

  1. Pour être un sacrifice de substitution

Hébreux 2:16-17 « Car ce n’est pas à des anges, assurément, qu’il vient en aide, mais c’est à la descendance d’Abraham qu’il vient en aide. 17 Aussi devait-il devenir, en tout, semblable à ses frères, afin d’être un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l’expiation des péchés du peuple. »

Hébreux 9:12 « et il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang. C’est ainsi qu’il (nous) a obtenu une rédemption éternelle. »

Dieu, qui est esprit et non chair, à l’incarnation a préparé un corps pour Dieu le Fils afin qu’il puisse se présenté comme victime expiatoire pour nos péchés :

Hébreux 10:5-10 NEG C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit : Tu n ‘as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m ‘as formé un corps ; 6 Tu n ‘as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché. 7 Alors j’ai dit: Voici, je viens (Dans le rouleau du livre il est question de moi) Pour faire, ô Dieu, ta volonté. 8 Après avoir dit d’abord : Tu n ‘as voulu et tu n ‘as agréé ni sacrifices ni offrandes, Ni holocaustes ni sacrifices pour le péché 9 (ce qu’on offre selon la loi), il dit ensuite : Voici, je viens Pour faire ta volonté. Il supprime ainsi la première chose pour établir la seconde. 10 C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus -Christ, une fois pour toutes.

  1. Pour être le seul médiateur entre Dieu et les hommes

1 Timothée 2:5 « Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu, et les hommes, le Christ-Jésus homme. »

L’Épître aux Hébreux souligne cette fonction médiatrice de Christ, surtout dans les chapitres 7 à 10.

  1. Pour accomplir l’intention originale de Dieu que l’homme règne sur la création.

Hébreux 2:8-9 « Tu as mis toutes choses sous ses pieds. En lui soumettant ainsi toutes choses, Dieu n’a rien laissé qui reste insoumis. Cependant, nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient soumises. Mais celui qui a été fait pour un peu de temps inférieur aux anges, Jésus, nous le contemplons, couronné de gloire et d’honneur, à cause de la mort qu’il a soufferte ; ainsi, par la grâce de Dieu, il a goûté la mort pour tous. »

Matthieu 28:18 « Jésus s’approcha et leur parla ainsi : Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. »

Éphésiens 1:22 « Il a tout mis sous ses pieds et l’a donné pour chef suprême à l’Église, »

1 Corinthiens 6:3 « Ne savez-vous pas que nous jugerons les anges ? Pourquoi pas, à plus forte raison, les affaires de cette vie. »

  1. Pour être notre exemple et modèle.

1 Jean 2:6 « celui qui déclare demeurer en lui, doit marcher aussi comme lui (le Seigneur) a marché. »

1 Jean 3:2 « Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que lorsqu’il sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui (le Seigneur) est pur. »

2 Corinthiens 3:18 « Nous tous, qui le visage dévoilé, reflétons comme un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit. »

Romains 8:29 « Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin qu’il soit le premier-né d’un grand nombre de frères. »

1 Pierre 2:21 « C’est à cela, en effet, que vous avez été appelés, parce que Christ lui aussi a souffert pour vous et vous a laissé un exemple, afin que vous suiviez ses traces ; »

Hébreux 12:2 « les yeux fixés sur Jésus, qui est l’auteur de la foi et qui la mène à la perfection. Au lieu de la joie qui lui était proposée, il a supporté la croix, méprisé la honte, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. Considérez en effet celui qui a enduré de la part des pécheurs une telle opposition contre sa personne, afin que vous ne vous fatiguiez pas, l’âme découragée. »

Philippiens 3:10-11 « Mon but est de le connaître, lui, ainsi que la puissance de sa résurrection et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si possible, à la résurrection d’entre les morts »

  1. Pour être le modèle de nos corps ressuscités.

1 Corinthiens 15:23 « mais chacun en son rang : Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent au Christ, lors de son avènement. »

Colossiens 1:18 « Il est la tête du corps, de l’Église. Il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier. »

  1. Pour être le grand sacrificateur

Hébreux 2:18 « Car du fait qu’il a souffert lui-même quand il fut tenté, il peut secourir ceux qui sont tentés. »

Hébreux 4:15 « Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur incapable de compatir à nos faiblesses ; mais il a été tenté comme nous à tous égards, sans (commettre de) péché. 16 Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, en vue d’un secours opportun. »

Jésus sera à jamais un homme.

Jésus n’a pas cédé sa nature humaine après sa mort et sa résurrection. Il a même gardé les cicatrices de ses mains (Jean 20:25-27). Il avait « chair » et « os » (Luc 24:39) et a mangé (Luc 24:41-42). Les anges ont annoncé qu’il reviendrait de la même manière (Actes 1:11). Étienne l’a vu comme le Fils de l’homme (Actes 7:56). Il s’est révélé à Saul sur le chemin vers Damas comme « Jésus qui tu persécutes » (Actes 9:5). Dans la vision de Jean, Jésus apparaît toujours comme « un qui ressemblait à un fils d’homme » bien que rempli de grande gloire et de puissance. Il promet de boire du vin avec ses disciples dans le royaume de son Père (Matthieu 26:29), et nous invite au festin des noces de l’agneau (Apocalypse 19:9). Ces passages indiquent que Jésus n’est pas temporairement devenu homme ; sa nature divine a été unie en permanence à sa nature humaine. Il vit à jamais non seulement comme le Fils de Dieu, deuxième personne de la Trinité, mais aussi comme Jésus, l’homme qui naquit de Marie, et comme Christ, le Messie et Sauveur de son peuple. Jésus demeurera à jamais une personne qui est à la fois pleinement Dieu et pleinement homme.

Dans notre prochaine étude, nous considérerons la divinité du Seigneur Jésus-Christ.

1 Wayne Grudem, Systematic Theology.

Voir aussi “Doctrine” :

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Doctrine — Introduction : Sa nécessité

2011-12-20_01-42-21 Bible-and-candle 768-576

Je partage mes notes d’un cours sur les doctrines de la Bible.

Pourquoi avons-nous besoin de doctrine ? Pourquoi ne pas simplement être des chrétiens ? Pourquoi ne pas croire tout simplement ce que dit la Bible ?

C’est bien beau de croire tout simplement à la Bible. Où en est le problème ? Le problème se manifeste dès que nous commençons à dire ce que nous croyons que la Bible dit ! Deux personnes peuvent déclarer leur loyauté à la Bible et ne pas être d’accord concernant sa doctrine. C’est pourquoi nous devons nous informer ; nous devons étudier pour vivre selon la saine doctrine.

Le mot doctrine vient du mot διδασκαλία (didaskalia) qui nous donne le mot didactique, « qui est propre à instruire ; qui est destiné à l’enseignement ».

Une doctrine est un enseignement. Une saine doctrine est un enseignement conforme à la parole de Dieu. Une mauvaise doctrine est un enseignement qui n’est pas biblique.

Notons ce que dit la Bible concernant la « doctrine ».

1. LES GENS ÉTAIENT FRAPPÉS PAR LA DOCTRINE DE CHRIST.

Marc 11:18 « …la foule était frappée par sa doctrine. »

Marc 1:27       « Tous furent saisis de stupeur, de sorte qu’ils se demandaient les uns aux autres : Qu’est-ce que ceci ? Une nouvelle doctrine (donnée) avec autorité ! Il commande même aux esprits impurs, et ils lui obéissent. »

Actes 13:12    « Quand le proconsul vit ce qui était arrivé, il crut, vivement frappé de la doctrine du Seigneur. »

2. IL Y A DES DOCTRINES QUI SONT FAUSSES.

Matthieu 15:9 « C’est en vain qu’ils me rendent un culte En enseignant des doctrines (Qui ne sont que) préceptes humains. »

2 Timothée 4:3-4 « Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine »

  • La Bible parle de fausses doctrines comme la doctrine de Balaam et celle des Nicolaïtes (Apocalypse 2:14-15).
  • Elle parle de toutes sortes de doctrines étrangères: « Ne vous laissez pas entraîner par toutes sortes de doctrines étrangères » (Hébreux 13:9).
  • Elle parle de doctrines de démons (1 Timothée 4:1) : « Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons ».
  • Dans Éphésiens 4:14, nous lisons que nous ne devons plus être « des enfants, flottants et entraînés à tout vent de doctrine, joués par les hommes avec leur fourberie et leurs manœuvres séductrices ».

3. LE DEVOIR DES ENSEIGNANTS

1 Timothée 1:3 « Comme je t’y ai exhorté, à mon départ pour la Macédoine, demeure à Éphèse, afin de recommander à certaines personnes de ne pas enseigner d’autres doctrines ».

Tite 1:9 L’évêque doit « être capable d’exhorter selon la saine doctrine et de convaincre les contradicteurs ».

Dans Tite 1 and dans 1 Timothée 3, l’Apôtre Paul étale les qualifications pour ceux qui aspire à devenir pasteurs. À l’exception d’une seule qualification, toutes les autres ont à faire avec le caractère de l’homme de Dieu et ne sont pas particulièrement remarquables puisque tout chrétien devrait porter le même caractère chrétien. La qualification exceptionnelle est une aptitude : l’homme qui aspire à devenir pasteur doit être apte à enseigner (1 Timothée 3:2 ; Tite 1:9). Les épîtres dites pastorales mettent un accent fort sur la saine doctrine.

Tite 2:1 Tite doit dire « ce qui est conforme à la saine doctrine ».

1 Timothée 4:6 « En exposant cela aux frères, tu seras un bon serviteur du Christ-Jésus, nourri des paroles de la foi et de la bonne doctrine que tu as exactement suivie. »

1 Timothée 6:3-4 « …Si quelqu’un enseigne autrement et ne marche pas selon les saines paroles de notre Seigneur Jésus-Christ, et selon la doctrine conforme à la piété, il est enflé d’orgueil, il ne sait rien ; il a la maladie des discussions et des disputes de mots. »

 4. NOUS DEVONS DEMEURER DANS LA BONNE DOCTRINE

2 Jean 1:9-10 « Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine du Christ n’a pas Dieu ; celui qui demeure dans la doctrine a le Père et le Fils. 10 Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison et ne lui dites pas : Salut ! »

 5. NOUS DEVONS VIVRE NOTRE DOCTRINE

Romains 6:17 « …vous avez obéi de cœur à la règle de doctrine qui vous a été transmise. »

1 Timothée 6:1 Nous devons être de bons employés « afin que le nom de Dieu et que la doctrine ne soient pas calomniés ».

Tite 2:10 Les employés doivent « montrer toujours une parfaite fidélité, afin de faire honorer en tout la doctrine de Dieu notre Sauveur ».

La doctrine biblique est donc quelque chose de très pratique.

Voir aussi “Doctrine” :

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Mohler : 7b. Le pasteur comme théologien (partie 2)

La prédication et la doctrine

He is not silent Je partage des notes du livre par Albert Mohler, He Is Not Silent: Preaching in a Postmodern World (“Il n’est pas silencieux : prêcher dans un monde postmoderne”).

 

Pour les autres articles sur ce livre “He Is Not Silent”, cliquer ici.

Albert Mohler a commencé ce chapitre sur le rôle du pasteur comme théologien en parlant de l’appel du pasteur. Il poursuit son sujet en s’adressant à ce qu’il appelle…

LA CONCENTRATION DU PASTEUR

En ce qui concerne la théologie, le pasteur doit savoir faire le tri entre ce qui est non négociable et ce qui est discutable. Mohler fait la distinction entre les doctrines de première grandeur, celles de deuxième grandeur et celles de troisième grandeur.

Les doctrines de première grandeurLe rejet des doctrines de première grandeur est un rejet de l’évangile même.
—Albert Mohler

Les doctrines de première grandeur sont celles qui sont non négociables, par exemple, la divinité ou la déité et l’humanité plénières de Christ, la Trinité, l’expiation (la propitiation) et la justification par la foi seule. Quand le pasteur entend dire qu’il n’est pas nécessaire de croire à la résurrection littérale de Jésus-Christ, il doit reconnaître que le rejet de telles doctrines est un rejet de l’évangile même.

Les doctrines de deuxième grandeur

Les doctrines de deuxième grandeur sont celles qui sont essentielles à la vie de l’église locale mais qui ne définissent pas l’évangile. Il s’agit de questions qui concernent l’organisation de l’église ou certains systèmes ecclésiologiques ou théologiques. Par exemple, la question de si la Bible prescrit le baptême d’enfants est importante pour la vie d’une église. Il serait impossible de fonctionner comme une église locale si les membres étaient divisés par cette question. C’est pareil avec la question des dons spirituels. Sommes-nous cessationnistes (les dons ont cessé avec la mort des apôtres) ou continuationnistes (les dons continuent) ? Malgré notre position sur de telles questions, nous pouvons nous reconnaître comme chrétiens même si ces différences nous séparent.

Les doctrines de troisième grandeur

Les doctrines de troisième grandeur sont toujours importantes, mais elles ne menacent pas la communion de l’église locale. Nous pouvons être d’accord sur bien des points fondamentaux sans s’accorder sur toute question biblique. Les différences d’interprétation concernant le temps et la séquence des événements associés avec le retour de Christ sont importantes à cause de leur nature biblique, mais elles ne constituent pas la base d’une séparation d’autres croyants.

Le pasteur doit veiller et savoir évaluer les questions diverses. Parfois les différences qui semblent petites sont quand même grandes dans leur étendue. Dans le quatrième siècle, Arius a proposé que le Fils était d’une substance similaire (“homoiousias”) du Père tandis qu’Athanase s’accordait avec la Bible que le Fils était de la même substance (“homoousias”) que le Père. La différence entre “homoiousias” et “homoousias” est la simple lettre "i", mais quelle différence entre leurs déclarations ! Grâce au rôle d’Athanase comme pasteur et théologien, l’église a évité un grand désastre.

Pour les autres articles sur ce livre “He Is Not Silent”, cliquer ici.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén