Cœur de berger

Quelques réflexions sur la vie de l'Église

Étiquette : Evolution

Les jours de la création

Galaxy Sombréro, Poor Yorick's photostream

Les cieux racontent la gloire de Dieu, Et l'étendue manifeste l'œuvre de ses mains (Psaume 19:1 NEG).

On dit souvent que la Bible n’est pas un livre de science et que son intention n’est pas de nous donner des détails concernant la création de l’univers. Ainsi laisse-t-on aux scientifiques le rôle d’expliquer nos origines tout en dépouillant les Écritures de leur autorité, et on met un grand point d’interrogation sur la nature de la création.

Il est évident en lisant la Genèse que l’intention de l’auteur est de décrire non seulement le fait que Dieu a tout créé (voir Le Dieu Créateur), mais également comment il a tout créé.

Jour 1 : Par la Parole de Dieu, la lumière commence à exister. Dieu sépare la lumière d’avec les ténèbres ; le soir est distingué du matin.

Jour 2 : Dieu crée une étendue pour séparer “les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue” (Gen. 1:7 NEG). C’est un monde que nous ne connaissons pas, détruit au Déluge quand “les écluses des cieux s’ouvrirent” (Gen. 7:11 NEG).

Jour 3 : Une troisième séparation a lieu bien que le mot séparer ne figure pas dans le texte : les eaux au-dessous de l’étendue s’amassent et se séparent d’avec la terre sèche qui “produisit de la verdure” (Gen. 1:12 NEG).

Jour 4 : La lumière existe depuis le premier jour, mais le quatrième jour, Dieu fait les luminaires pour “qu’ils servent de signes, tant pour les fêtes que pour les jours et les  années” (Gen. 1:14 FBJ). Il fait les deux grands luminaires pour éclairer la terre.

Jour 5 : Dieu crée les créatures des eaux et de l’air, poissons et oiseaux.

Jour 6 : Dieu crée les animaux terrestres et il crée l’homme, homme et femme, à son image.

Jour 7 : Dieu “se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite” (Gen. 2:2 NEG).

Indications que les “jours” de la création sont des périodes de 24 heures

  • Dès le premier jour, la Terre effectue une rotation sur elle-même toutes les 24 heures, ce qui sépare la lumière d’avec les ténèbres (Gen. 1:3-5).
  • L’emploi du mot יום(“yom” Gen. 1:5, 8, 13, 19, 23, 31; 2:3) accompagné d’un numéro cardinal (“premier jour”, “un jour”, “sept jours”) indique toujours une période de 24 heures. On peut vérifier cet emploi avec une concordance (voir Gen. 1:5, 8, 13, 19, 23, 31 ; 2:3 ; 7:4, 11f, 17, 24 ; 8:3f, 6, 14 ; etc.).
  • La loi du sabbat dérive de la création. Le livre d’Exode est explicite que la semaine trouve son origine dans la création. L’homme ne travaillera que six jours “car en six jours l’Éternel a fait les cieux et la terre”. L’homme se reposera le septième jour car “le septième jour [Dieu] a cessé son œuvre et il s’est reposé” :

Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier.  9 Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage.  10 Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes.  11 Car en six jours l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié (Exode 20:8-11 NEG).

On travaillera six jours ; mais le septième jour est le sabbat, le jour du repos, consacré à l’Éternel. Celui qui fera quelque ouvrage le jour du sabbat, sera puni de mort.  16 Les enfants d’Israël observeront le sabbat, en le célébrant, eux et leurs descendants, comme une alliance perpétuelle.  17 Ce sera entre moi et les enfants d’Israël un signe qui devra durer à perpétuité; car en six jours l’Éternel a fait les cieux et la terre, et le septième jour il a cessé son œuvre et il s’est reposé. (Exode 31:15-17 NEG).

Il n’est pas logique de faire dire Dieu : “Tu travailleras six jours et tu te reposeras le septième jour parce que j’ai travaillé des milliards d’années et puis je me suis reposé pour une longue période de temps.” Dieu fait une correspondance directe entre les six jours de la création et les six jours de la semaine.  Il ne serait pas normale que les “six jours” d’Exode 20:9 et 31:15, et “le septième jour” d’Exode 20:10 et 31:15 aient des significations différentes que les mêmes phrases qui figurent dans les deux versets suivants (Exode 20:11 et 31:17). Si les six jours de la création signifient des millions voire des milliards d’années, ce passage ne fait plus de sens et ne respecte pas les règles de l’herméneutique.

La grandeur de Dieu

Dans l’Ancien Testament, les fidèles invoquaient le nom de celui “qui a fait les cieux et la terre” parce qu’un tel Dieu était assez puissant pour les secourir.

Je lève mes yeux vers les montagnes… D’où me viendra le secours ?  2 Le secours me vient de l’Éternel, Qui a fait les cieux et la terre (Ps. 121:1-2 NEG).

Béni soit l’Éternel, Qui ne nous a pas livrés en proie à leurs dents !  7 Notre âme s’est échappée comme l’oiseau du filet des oiseleurs ; Le filet s’est rompu, et nous nous sommes échappés.  8 Notre secours est dans le nom de l’Éternel, Qui a fait les cieux et la terre (Ps. 124:6-8 NEG).

Heureux celui qui a pour secours le Dieu de Jacob, Qui met son espoir en l’Éternel, son Dieu !  6 Il a fait les cieux et la terre, La mer et tout ce qui s’y trouve (Ps. 146:5-6 NEG).

Ezéchias prit la lettre de la main des messagers, et la lut. Puis il monta à la maison de l’Éternel, et la déploya devant l’Éternel,  15 à qui il adressa cette prière :  16 Éternel des armées, Dieu d’Israël, assis sur les chérubins ! C’est toi qui es le seul Dieu de tous les royaumes de la terre, c’est toi qui as fait les cieux et la terre. 17 Éternel, incline ton oreille, et écoute !  (Isa. 37:14-17 NEG).

L’idée qu’il fallait de longues périodes de temps pour Dieu de créer l’univers et pour créer l’homme à son image ne se trouve nulle part dans les Écritures. Une telle pensée minerait la confiance que l’on mettait en Dieu pour le secours dont on avait besoin. S’il lui faillait des millions ou des milliards d’années, on ne serait pas certain qu’il arrive à temps pour aider dans les circonstances bouleversantes. Pourtant, s’il a créé tout ce vaste univers en six jours, sa puissance, sa sagesse et son intelligence sont incomparables. Il est le grand Dieu qui sait nous secourir au bon moment.

L’ADN et la création

Dès le commencement, Dieu a placé dans chaque être vivant l’information nécessaire pour la maintenance de la progéniture. Les herbes, les arbres fruitiers, les poissons, les oiseaux, et “tous les animaux vivants qui se meuvent” produisent d’après leur nature, “selon leur espèce” :

Puis Dieu dit : Que la terre produise de la verdure, de l’herbe portant de la Dieu vit que cela était bon. Et Dieu dit : Que la terre produise l’herbe, la plante portant de la semence, l’arbre fruitier produisant du fruit selon son espèce, ayant sa semence en soi sur la terre. Et il fut ainsi (Genesis 1:11 DRB).

Et la terre produisit l’herbe, la plante portant de la semence selon son espèce, et l’arbre produisant du fruit ayant sa semence en soi selon son espèce. Et Dieu vit que cela était bon (Genesis 1:12 DRB).

Dieu créa les grands animaux des eaux, et tout être vivant qui se meut, dont les eaux fourmillent, selon leurs espèces, et tout oiseau ailé selon son espèce. Et Dieu vit que cela était bon (Genesis 1:21 DRB).

Et Dieu dit : Que la terre produise des êtres vivants selon leur espèce, le bétail, et tout ce qui rampe, et les bêtes de la terre selon leur espèce. Et il fut ainsi (Genesis 1:24 DRB).

Et Dieu fit les bêtes de la terre selon leur espèce, et le bétail selon son espèce, et tout reptile du sol selon son espèce. Et Dieu vit que cela était bon (Genesis 1:25 DRB).

L’information qu’est l’ADN et qui détermine la nature de tout être vivant, plante ou animal, n’est pas l’accumulation de millions d’années résultant fortuitement d’une sélection naturelle ; Dieu l’a placée dans chaque être vivant lors de sa création pour que tout être produise des êtres semblables à ceux qu’il avait créés au commencement.

Les années-lumière

Deux jours après leur création, Adam voyait les mêmes étoiles que nous voyons aujourd’hui.

La grandeur de l’univers nous ébahit. On estime que son diamètre mesure de 150 milliards d’années-lumière. Pourtant, les scientifiques estiment que l’âge de l’univers est de 13,7 milliards d’années, ce qui ne semble pas s’accorder pas avec sa grandeur. Et naturellement, on présente des explications pour la divergence. Ce qui complique encore l’affaire, selon eux, c’est que la grandeur de l’univers n’est pas constante et la vitesse de son expansion s’accélère.

S’ils arrivent à comprendre que tout n’est pas constant dans l’univers, c’est déjà un pas dans le bon sens. L’apôtre Pierre déclare qu’ils se trompent qui disent que “tout demeure comme dès le commencement de la création”(2 Pet. 3:4 NEG).

Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, ainsi qu’une terre tirée de l’eau et formée au moyen de l’eau, 6 et que par ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau (2 Pet. 3:5-6 NEG).

Il existe un Créateur qui s’implique dans sa création. Nous ne pouvons juger l’âge de l’univers par la distance des étoiles ni par la vitesse de la lumière aujourd’hui parce qu’en créant l’univers, Dieu a étendu ou “étirer” les cieux, apparemment à une vitesse largement supérieure à la vitesse de la lumière. Le verbe נטה (natah) peut bien se traduire “étirer” comme les traductions anglaises donnent “stretch out”.

Seul, il étend les cieux, Il marche sur les hauteurs de la mer (Job 9:8 NEG).

Il s’enveloppe de lumière comme d’un manteau ; Il étend les cieux comme un pavillon (Psaume 104:2 NEG).

C’est lui qui est assis au-dessus du cercle de la terre, Et ceux qui l’habitent sont comme des sauterelles ; Il étend les cieux comme une étoffe légère, Il les déploie comme une tente, pour en faire sa demeure (Ésaïe 40:22 NEG).

Ainsi parle Dieu, l’Éternel, Qui a créé les cieux et qui les a déployés, Qui a étendu la terre et ses productions, Qui a donné la respiration à ceux qui la peuplent, Et le souffle à ceux qui y marchent (Ésaïe 42:5 NEG).

Ainsi parle l’Éternel, ton rédempteur, Celui qui t’a formé dès ta naissance : Moi, l’Éternel, j’ai fait toutes choses, Seul j’ai déployé les cieux, Seul j’ai étendu la terre (Ésaïe 44:24 NEG).

C’est moi qui ai fait la terre, Et qui sur elle ai créé l’homme ; C’est moi, ce sont mes mains qui ont déployé les cieux, Et c’est moi qui ai disposé toute leur armée (Ésaïe 45:12 NEG).

Et tu oublierais l’Éternel, qui t’a fait, Qui a étendu les cieux et fondé la terre ! Et tu tremblerais constamment tout le jour Devant la colère de l’oppresseur, Parce qu’il cherche à détruire ! Où donc est la colère de l’oppresseur ? (Ésaïe 51:13 NEG).

Il a créé la terre par sa puissance, Il a fondé le monde par sa sagesse, Il a étendu les cieux par son intelligence (Jérémie 10:12 NEG).

Il a crée la terre par sa puissance, Il a fondé le monde par sa sagesse, Il a étendu les cieux par son intelligence (Jérémie 51:15 NEG).

Oracle, parole de l’Éternel sur Israël. Ainsi parle l’Éternel, qui a étendu les cieux et fondé la terre, Et qui a formé l’esprit de l’homme au-dedans de lui: (Zacharie 12:1 NEG).

Comme Dieu a étiré la lumière en déployant les cieux et en plaçant les étoiles le quatrième jour, une période de 24 heures, la distance des étoiles ne nous aide pas à discerner l’âge de l’univers. Deux jours après leur création, Adam voyait les mêmes étoiles que nous voyons aujourd’hui.

Comment lit-on la Bible ?

Quelle est l’autorité pour ce que nous savons de l’univers ? Les théories toujours changeantes de l’homme ou la Parole de Dieu ? Comment lit-on la Bible ? La lit-on pour l’accorder avec l’hypothèse du jour ou pour discerner l’intention de l’auteur ?

Pendant toute ma jeunesse et jusqu’à l’âge de 26 ans  j’acceptais la théorie d’une brèche entre Genèse 1:1 et Genèse 1:2. J’avais accepté l’idée que les dinosaures avaient vécu des millions d’années avant la création d’Adam et qu’une première création avait été jugée et détruite entre ces deux versets. Pourtant, ce n’est pas ce que dit le texte. Avant le péché d’Adam dans Genèse 3, la mort n’existait pas dans le monde :

C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché… (Rom. 5:12 NEG).

Un ami m’a confronté et m’a montré que j’interprétais la Parole de Dieu de par la parole de l’homme. L’homme a ses théories toujours changeantes qui sont basées sur le présupposé que tout est arrivé par la chance au travers de longues périodes de temps, que tout l’univers dérive du néant, que la vie vient de non vie, que l’ordre vient du chaos et que l’information s’est créée toute seule. Croire que tout cela arrive tout seul ressemble à la magique. Il semble aux autres qu’un Dieu tout sage, tout intelligent et tout puissant a tout fait.

C’est par la foi que nous reconnaissons que l’univers a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. (Hébreux 11:1 NEG).

Nous ne sommes pas obscurantistes et nous voulons donner une réponse à ceux qui nous demandent “raison de l’espérance qui est en vous” (1 Pet. 3:15 NEG). Le Dieu que nous servons et qui s’est révélé dans les Écritures est toujours plus grand que nos petites pensées. Il dépasse l’imagination. C’est pourquoi ce que nous connaissons de lui, nous le connaissons par sa révélation.

Pour ceux qui voudraient en savoir plus, je vous recommande le site suivant qui contient plusieurs articles importants : http://www.answersingenesis.org/fr :

Consulter aussi http://creationwiki.org/fr/Accueil

D’autres articles sur www.Coeurdeberger.org :

Évolution : science ou croyance ?

“La Théorie de l’Evolution est-ce une science ou une croyance? Voilà la question à laquelle cinq spécialistes internationaux ont dû répondre. Découvrez la Théorie de l’Evolution à travers ce documentaire vendu de part le monde et aujourd’hui disponible sur Internet.”

Le film considère la biogenèse, la mécanique de la formation des strates, la datation, la biogénétique et encore d’autres questions importantes. Le film était monté de plusieurs sources. La première partie est traduite de l’anglais, mais quelques intervenants sont francophones. Le film dure 73 minutes, mais ça vaut vraiment la peine !

Le film est également disponible en “English, Español, Italiano et Polski”.

Les fossiles et la théorie darwinienne

Le site Un poisson dans le net vient de poster “Au commencement… Dieu ? Les fossiles — Une assurance loin d’être partagée (14)” dans la série Au commencement… Dieu ? par Henry Bryant. Comme nous avons récemment considéré ce sujet de l’évolution sur ce site avec pas mal de débat, il vous serait intéressant de lire cette série d’articles qui est disponible grâce aux Éditions Clé et à M. Bryant. Voici quelques extraits de l’article sur “Les fossiles — Une assurance loin d’être partagée (14)”.

…nombreux sont les géologues et les paléontologues qui voient dans le l’étude des fossiles de graves difficultés pour la théorie darwinienne… [I]l n’est pas possible, par l’étude des fossiles, de montrer que toutes les espèces vivantes aujourd’hui ont des ancêtres communs. C’est une généralisation qui contredit plutôt ce que nous observons dans ces traces laissées dans les couches sédimentaires de notre planète…

…“la richesse des archives fossiles” … accentue un phénomène commun à toutes les couches sédimentaires : l’absence notoire des formes de transition importantes. On rencontre des opinions très divergentes concernant la validité de certains “ chaînons manquants ”, mais tous s’accordent pour dire que la grande majorité des classes, des ordres, et des familles apparaissent dans les strates fossilifères parfaitement formées, sans antécédent. En réalité, il ne s’agit pas de quelques “maillons” qui manqueraient dans la chaine évolutive, mais de grandes longueurs de chaines qui sont introuvables…

Etant donné le grand fossé qui sépare les vertébrés des invertébrés, il faut croire que pendant 100 millions d’années des multitudes d’organismes mi-poisson/mi-invertébré ont existé et ont péri sans laisser la moindre trace. C’est possible, mais moins crédible que le récit de la création ! …

L’étude des fossiles autorise des différences honnêtes d’opinion. Mais les archives fossiles sont très décevantes pour ceux qui y cherchent un appui à la théorie générale de l’évolution.

L’absence presque totale de formes intermédiaires et ancestrales dans les gisements fossiles est aujourd’hui largement reconnue comme l’une de leurs caractéristiques les plus frappantes par beaucoup de paléontologues éminents.

Darwin croyait alors que les recherches futures allaient apporter ce qui manquait dans les indices fossiles. Aujourd’hui on n’a plus cet espoir…

Je vous encourage à lire tout l’article bien documenté ainsi que le texte intégral de ce livre Au commencement… Dieu ?

HT: Un poisson dans le net

Pour d’autres articles sur l’évolution, cliquez ici.

Le cœlacanthe : un fossile vivant

Mon oncle est un grand pêcheur qui aime raconter des blagues concernant la pêche, comme la fois qu’il a attrapé un poisson qui était si énorme que la photo pesait 20 kilos ! Avez-vous entendu l’histoire du pêcheur qui a attrapé un poisson qui avait 350 millions d’ans ? D’accord, j’exagère, mais pas autant que les évolutionnistes qui voudraient faire croire que le cœlacanthe date de 350 millions d’années.

BBC News dit que l’Indonésien Justinus Lahama a pêché un cœlacanthe de 1,2 mètre en mai 2007 ; ils peuvent atteindre 1,5 mètres.

Cœlacanthe pêché le 22 mai 2007

Jusqu’en 1938, les évolutionnistes prétendaient que le cœlacanthe avait disparu il y a 65 millions d’années.

Le National Geographic dit :

Les scientifiques ont été choqués quand un cœlacanthe a été trouvé près de la côte de l’Afrique en 1938. Ils avaient cru que le poisson était éteint depuis 65 millions d’années.

CoelacantheIls ont été choqués parce que selon leur interprétation du registre fossile, le cœlacanthe ne devrait plus exister. En 1952, un autre cœlacanthe a été péché près des Iles Comores. Depuis lors, on a pu étudier le poisson dans son environnement. En 1997, une population de cœlacanthes a été trouvée en Indonésie.

La « découverte » du cœlacanthe pose deux problèmes pour les évolutionnistes :

  1. Selon les évolutionnistes, le cœlacanthe a évolué il y a 350 millions, mais l’on ne constate pas d’évolution entre les fossiles qui datent de 70 millions à 350 millions d’années et le cœlacanthe que l’on pêche des eaux profondes aujourd’hui. En 350 millions d’années, le cœlacanthe n’a pas évolué.
  2. Selon leur interprétation du registre fossile, le cœlacanthe avait disparu il y a 70 millions d’années. Pourtant, il n’a pas disparu. Le cœlacanthe vivant démontre que les évolutionnistes ont mal interprété les données.

Pour couvrir leur embarras, au lieu de changer leur interprétation et de découvrir comment les strates de roches ont été formées rapidement par le Déluge globale qui a provoqué l’enterrement de millions d’animaux toujours vivants comme le dit la Bible, ils ont inventé l’oxymore « fossile vivant » comme si cela expliquait pourquoi le fossile ne se trouve pas dans le registre depuis 70 millions d’années.

Récemment un lecteur a écrit que le cœlacanthe démentit ce que j’avais écrit. Au contraire, le cœlacanthe démentit la théorie de l’évolution.

D’autres sources en anglais :

Pour d’autres articles sur l’évolution, cliquez ici.

Technorati Tags: ,,,

La chute, l’évolution et les dents d’animaux

clip_image001Dans une réponse à un lecteur, j’ai remarqué qu’avant la chute d’homme, les animaux étaient herbivores car la mort est entrée dans le monde par le péché :

C’est pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort a passé sur tous les hommes, parce que tous ont péché (Romains 5:12).

Mon interlocuteur était incrédule :

Le lion mangera de la paille! alors pourquoi a-t-il d’énormes canines si ce n’est pour tuer? Dieu l’avait doté de toutes les caractéristiques des carnivores pour qu’il broûte [sic] ?

Je cite quelques paragraphes du livre Nos origines en questions : La logique de la création (p. 268).

[M]ême le T. rex ne mangeait, avant l’entrée du péché dans le monde, que des végétaux. Certaines personnes font objection à cela en disant que, vu les grandes dents du T. rex, cet animal doit les avoir utilisées pour attaquer d’autres animaux. Mais les crocs acérés d’un animal ne disent rien sur son mode d’alimentation ; ils disent simplement qu’il a des crocs acérés.

clip_image003Beaucoup d’animaux, dotés de dents pointues, sont fondamentalement végétariens. Le panda géant a des dents pointues comme celles d’un carnivore, mais mange du bambou. Il se peut que les dents des pandas aient été spécifiquement faites pour manger du bambou. Pour “expliquer” pourquoi un panda géant a des dents comme un carnivore, tout en ne mangeant que du bambou, les évolutionnistes sont obligées de dire que le panda géant a évolué à partir d’un carnivore, puis s’est tourné vers le bambou.

Les différentes espèces de chauve-souris se nourrissent de fruit, de nectar, d’insectes, de petits animaux et de sang, mais leurs dents ne renseignent pas sur leur mode d’alimentation. Les ours ont des dents semblables à celles d’un grand félin (par exemple un lion), mais certaines ours sont “uniquement” végétariens alors que d’autres, voire la plupart, son “principalement” végétariens.

Tout comme les dents du panda géant lui servent pour déchirer et manger du bambou, il est possible que les dents du lion et du T. rex leur ont servi pour déchirer et manger des plantes.

Il est peut-être étonnant qu’un évolutionniste se rebiffe contre l’idée d’une simple adaptation. Le même livre (p. 270) donne une citation par Henry Morris :

Que des structures telles que les crocs et les dents fassent partie de l’équipement donné dès l’origine, ou soient des structures récessives devenues dominantes uniquement à cause de processus de sélection ultérieurs, ou des structures dues à des mutations qui ont suivi la malédiction, ou quelque chose d’autre encore, est une question dont l’éclaircissement nécessite de plus amples recherches.

Voir aussi :

Technorati Tags: évolution,chute d’homme

Réponses dans la Genèse

clip_image001

Le mensonge: l’évolution

Les questions concernant les origines de l’homme et de l’univers m’ont toujours fasciné. Mon premier papier de recherche quand je n’avais que 16 ans était sur le créationnisme et l’évolution. Quand je trouve des articles qui sont fidèles à l’intention des auteurs de la Bible et qui nous permettent d’aider ceux qui sont séduits par les arguments des évolutionnistes, je voudrais les partager avec d’autres. Considérez les questions suivantes :

Tous ces articles ainsi que les suivants sont à votre disposition !

En réponse à une demande, “Answers in Genesis” m’a envoyé ce lien au site Réponses dans la Genèse qui contient tous ces articles. En effet, le livre de Ken Ham, Le mensonge : l’évolution, est entièrement disponible en ligne ici. Je vous souhaite bonne lecture et une foi grandissante !

Voir aussi : Requin préhistorique attaque la théorie de l’évolution

Requin préhistorique attaque la théorie de l'évolution

Fossile vivant ! L’agence de presse Reuters a annoncé le 24 janvier 2007 qu’un rare requin « préhistorique »  (Chlamydoselachus anguineus) a été filmé par le « Awashima Marine Park » à Shizuoka, près de Tokyo. Selon R. Aidan Martin, la créature se ressemble à une anguille avec environ 300 dents en 25 rangs et peut atteindre une longueur de deux mètres. Le requin habite les eaux de mer à une profondeur de 120 à 1280 mètres. Le video MSNBC a dit que cet animal vivait il y a 50 millions d’années et n’a pas beaucoup changé.

Quand les évolutionnistes commençaient à trouver des créatures vivantes qu’ils croyaient disparus depuis – selon leur interprétation de la couche fossile – des millions d’années, ils ont dû inventer un nouveau terme : « fossile vivant ». Ainsi ce requin est désigné comme un « fossile vivant » qui selon Le Petit Robert est « animal ou végétal, seul ou l’un des seuls représentants trouvé actuellement d’une espèce autrefois florissante ».

Selon Wikipédia, « Les exemples [de fossiles vivants] les plus connus sont ceux des poissons coelacanthes (Latimeria chalumnae et Latimeria menadoensis) et du métaséquoïa, arbre découvert en 1943 dans une lointaine vallée chinoise. »

En parlant des fossiles non vivants, Gary Parker, Ph.D., biologiste/ paléontologiste et ancien évolutionniste, dit : « Les fossiles sont un grand embarras pour la théorie de l’évolution et appuient fortement le concept de la création. » L’article « Que nous apprennent les fossiles à propos de l’évolution ? » à www.christiananswers.net, donne les faits suivants qui sont embarrassants pour la théorie de l’évolution :

  • Apparition soudaine des animaux
  • Apparition soudaine aussi des plantes
  • Invariabilité des animaux
  • Abondance des fossiles
  • Formation rapide des strates géologiques
  • Formation rapide du charbon
  • Conditions très spéciales requises pour la fossilisation
  • Mauvais ordre chronologique pour l’évolution

Selon cet article, les fossiles démontrent :

Invariabilité des animaux. Contrairement à la croyance populaire, la plupart des fossiles ne sont pas des traces d’animaux éteints. La majorité des spécimens fossilisés sont très semblables (et souvent totalement identiques) aux créatures vivant aujourd’hui. On dit qu’il y a bien plus d’espèces animales vivantes qu’il y en a de connues uniquement à l’état fossile. Si l’évolution est vraie, on peut se demander pourquoi ce n’est pas exactement l’inverse! L’histoire évolutionniste est supposée être remplie des stades transitoires de l’amibe à l’homme.

Abondance des fossiles. Les évidences appuyant l’évolution sont toujours manquantes en dépit de l’énorme quantité de fossiles. Bien que les scientifiques découvriront encore de nouvelles variétés d’animaux et de plantes fossiles, on reconnaît généralement que les millions de fossiles déjà découverts (et les dépôts sédimentaires déjà explorés) fournissent une indication fiable sur la nature des indices fossiles : c’est qu’ils n’appuieront pas davantage dans le futur que maintenant la théorie de l’évolution.

Profile du requin « préhistorique »Les évolutionnistes ne semblent pas se rendre compte que les fossiles vivants sont des preuves que la théorie de Darwin et leur interprétation de la couche fossile sont défectueuses. Il est manifeste que les fossiles vivants n’ont pas disparu pendant des millions d’années pour réapparaître de nos jours comme l’interprétation évolutionniste des couches fossiles nous amènerait à croire. Psaume 104 nous explique qu’au Déluge, les strates géologiques ont été rapidement formées :

« Il a établi la terre sur ses fondements, A tout jamais elle est inébranlable. 6 Tu l’avais couverte de l’abîme comme d’un vêtement, Les eaux se tenaient sur les montagnes ; 7 Elles fuyaient devant ta menace Elles se précipitaient à la voix de ton tonnerre. 8 Des montagnes s’élevaient, des vallées s’abaissaient Au lieu que tu leur avais établi. 9 Tu as posé une limite que (les eaux) ne doivent pas franchir, Afin qu’elles ne reviennent pas couvrir la terre » (Psaumes 104:5-9 SER).

Si nous voulons comprendre la présence des soi-disant fossiles vivants, il nous convient de tenir compte du Déluge mondiale. L’Apôtre Pierre a dit que dans les derniers jours, des gens oublieraient volontairement les effets du Déluge :

« En effet, ils oublient volontairement qu’il y eut, autrefois, des cieux et une terre qui, du milieu de l’eau et formée par l’eau, surgit à la parole de Dieu, 6 et que, par les mêmes causes, le monde d’alors périt submergé par l’eau ; » (2 Pierre 3:5-6 SER).

Paul dit que les hommes « retiennent injustement la vérité captive » (Romains 1:18). Quand vous entendez parler de la capture des requins préhistoriques ou des coelacanthes ou d’autres « fossiles vivants », comprenez bien le message : ce sont des preuves « vivantes » que la théorie de l’évolution est mal fondée.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén