Cœur de berger

Quelques réflexions sur la vie de l'Église

Étiquette : Genèse 1

Le Dieu de Genèse 1

Genèse 1 Titre

Le premier chapitre de la Bible nous révèle un Dieu qui ne se ressemble pas aux faux dieux des nations.

Il se distingue de l’univers qu’il créa. Ainsi le panthéisme est exclu.

Il déclare que toute sa création est «bonne» voire «très bonne». Le dualisme est donc éliminé.

Ce Dieu souverain créa tout ce qui existe et tous les peuples de la Terre. Il n’est donc pas une divinité tribale.

En plus, et le racisme et le tribalisme sont à rejeter (Actes 17:26).

Dieu nous a créés en son image. Il est alors grotesque que de tenter de le créer à notre image. De même, cet aspect de la création nous différentie des bêtes.

La notion de la responsabilité humaine vis-à-vis du Créateur trouve son origine «au commencement», un thème qui s’entrelace de Genèse à l’Apocalypse. La Parole «était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a point connue» (Jean 1:10). L’autonomie n’est pas la mesure de notre maturité ; au contraire, c’est la marque de notre rébellion.

Source : D. A. Carson, For the Love of God, tome 1, January 1.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Violations du mariage–la polygamie

Polygamie

Nous avons considéré l’intention de Dieu pour le mariage telle qu’il l’a révélée dans la création (Gen. 1-2). Cette intention divine a été violée dans l’histoire d’Israël. Il est important de noter que l’histoire d’Israël est descriptive ; elle n’est pas prescriptive. C’est-à-dire que l’Ancien Testament décrit ce qui s’est passé dans l’histoire d’Israël sans le prescrire ou l’approuver. Nous allons considérer quelques violations du plan de Dieu pour le mariage.

La polygamie

La monogamie fait partie de l’intention de Dieu pour le mariage malgré les cas de polygamie dans l’histoire d’Israël. Le Créateur était certainement capable de créer plus d’une femme pour Adam, mais il n’a fait qu’Ève en disant :

C’est pourquoi l’homme [singulier] quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme [singulier], et ils deviendront une seule chair (Genesis 2:24 NEG).

Le plan de Dieu pour le mariage était simple : un homme et une femme.

Avec plusieurs femmes, Adam aurait pu peupler la terre plus rapidement, mais le plan de Dieu était simple : un homme et une femme. Cette loi du mariage est établi au commencement.

Six générations plus tard, le plan de Dieu a été violé :  “Lémec prit deux femmes” (Gen. 4:19 NEG). Il ne sera pas le dernier : Abraham (Gen. 16:3), Ésaü (Gen. 26:34 ; 28:9), Jacob (Gen. 29:30), Gédéon (Juges 8:30), Elkana (1 Sam. 1:1-2), David (2 Sam. 3:2-5 ; 5:13), Salomon (1 Rois 11:3), Achab (2 Rois 10:1), Jojakin (2 Rois 24:15), Aschchur (1 Chr. 4:5), Roboam (2 Chr. 11:21), Abija (2 Chr. 13:21), Joram (2 Chr. 21:11-14), Joas (2 Chr. 24:1-3) et Belschatsar (Dan. 5:2) ont tous eu plusieurs femmes.

Ils se trompent ceux qui confondent la pratique par des hommes avec l’approbation de Dieu. Les Mormons disent que Joseph Smith voulait rétablir la pratique des patriarches. Pourtant, comme Jésus a démontré dans sa réponse aux pharisiens, nous trouvons la volonté de Dieu pour le mariage non pas dans la pratique des Israélites mais dans ce que Dieu a établi au commencement (Mat. 19:4, 8 ; Marc 10:6).

En fait, certains versets semblent proscrire la polygamie :

Tu ne prendras point la sœur de ta femme, pour exciter une rivalité, en découvrant sa nudité à côté de ta femme pendant sa vie (Lév. 18:18 NEG).

Qu’il n’ait pas un grand nombre de femmes, afin que son cœur ne se détourne point ; et qu’il ne fasse pas de grands amas d’argent et d’or (Deut. 17:17 NEG).

On voit également que le favoritisme perturbait le mariage polygame de Jacob (Gen. 29:30), d’Elkana (1 Sam. 1:4-5) et de Roboam (2 Chr. 11:21). La jalousie était un problème récurrent entre les femmes d’Abraham (Gen. 21:9-10), de Jacob (Gen. 30:14-16) et d’Elkana (1 Sam. 1:6). En plus, les femmes de Salomon “ inclinèrent son cœur vers d’autres dieux” (1 Rois 11:4 NEG). Les mariages multiples de David ont entraîné l’inceste et le meurtre.

La pratique de la polygamie par les patriarches était une violation de l’intention de Dieu pour le mariage comme révélée au commencement.

Bien des passages présentent la monogamie comme l’idéale :

Ta femme est comme une vigne féconde À l’intérieur de ta maison ; Tes fils sont comme des plants d’olivier, Autour de ta table. (Ps. 128:3 NEG).

Une femme vertueuse est la couronne de son mari, Mais celle qui fait honte est comme la carie dans ses os (Prov. 12:4 NEG).

Celui qui trouve une femme trouve le bonheur ; C’est une grâce qu’il obtient de l’Éternel (Prov. 18:22 NEG).

On peut hériter de ses pères une maison et des richesses, Mais une femme intelligente est un don de l’Éternel (Prov. 19:14 NEG).

Je passai près de toi, je te regardai, et voici, ton temps était là, le temps des amours. J’étendis sur toi le pan de ma robe, je couvris ta nudité, je te jurai fidélité, je fis alliance avec toi, dit le Seigneur, l’Éternel, et tu fus à moi (Ezek. 16:8 NEG).

Les polygames de l’histoire d’Israël ont abandonné le plan de Dieu pour le mariage et ce qui a fini par leur porter préjudice.


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 31-33.

D’autres articles basés sur le même livre

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les jours de la création

Galaxy Sombréro, Poor Yorick's photostream

Les cieux racontent la gloire de Dieu, Et l'étendue manifeste l'œuvre de ses mains (Psaume 19:1 NEG).

On dit souvent que la Bible n’est pas un livre de science et que son intention n’est pas de nous donner des détails concernant la création de l’univers. Ainsi laisse-t-on aux scientifiques le rôle d’expliquer nos origines tout en dépouillant les Écritures de leur autorité, et on met un grand point d’interrogation sur la nature de la création.

Il est évident en lisant la Genèse que l’intention de l’auteur est de décrire non seulement le fait que Dieu a tout créé (voir Le Dieu Créateur), mais également comment il a tout créé.

Jour 1 : Par la Parole de Dieu, la lumière commence à exister. Dieu sépare la lumière d’avec les ténèbres ; le soir est distingué du matin.

Jour 2 : Dieu crée une étendue pour séparer “les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue” (Gen. 1:7 NEG). C’est un monde que nous ne connaissons pas, détruit au Déluge quand “les écluses des cieux s’ouvrirent” (Gen. 7:11 NEG).

Jour 3 : Une troisième séparation a lieu bien que le mot séparer ne figure pas dans le texte : les eaux au-dessous de l’étendue s’amassent et se séparent d’avec la terre sèche qui “produisit de la verdure” (Gen. 1:12 NEG).

Jour 4 : La lumière existe depuis le premier jour, mais le quatrième jour, Dieu fait les luminaires pour “qu’ils servent de signes, tant pour les fêtes que pour les jours et les  années” (Gen. 1:14 FBJ). Il fait les deux grands luminaires pour éclairer la terre.

Jour 5 : Dieu crée les créatures des eaux et de l’air, poissons et oiseaux.

Jour 6 : Dieu crée les animaux terrestres et il crée l’homme, homme et femme, à son image.

Jour 7 : Dieu “se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite” (Gen. 2:2 NEG).

Indications que les “jours” de la création sont des périodes de 24 heures

  • Dès le premier jour, la Terre effectue une rotation sur elle-même toutes les 24 heures, ce qui sépare la lumière d’avec les ténèbres (Gen. 1:3-5).
  • L’emploi du mot יום(“yom” Gen. 1:5, 8, 13, 19, 23, 31; 2:3) accompagné d’un numéro cardinal (“premier jour”, “un jour”, “sept jours”) indique toujours une période de 24 heures. On peut vérifier cet emploi avec une concordance (voir Gen. 1:5, 8, 13, 19, 23, 31 ; 2:3 ; 7:4, 11f, 17, 24 ; 8:3f, 6, 14 ; etc.).
  • La loi du sabbat dérive de la création. Le livre d’Exode est explicite que la semaine trouve son origine dans la création. L’homme ne travaillera que six jours “car en six jours l’Éternel a fait les cieux et la terre”. L’homme se reposera le septième jour car “le septième jour [Dieu] a cessé son œuvre et il s’est reposé” :

Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier.  9 Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage.  10 Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes.  11 Car en six jours l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié (Exode 20:8-11 NEG).

On travaillera six jours ; mais le septième jour est le sabbat, le jour du repos, consacré à l’Éternel. Celui qui fera quelque ouvrage le jour du sabbat, sera puni de mort.  16 Les enfants d’Israël observeront le sabbat, en le célébrant, eux et leurs descendants, comme une alliance perpétuelle.  17 Ce sera entre moi et les enfants d’Israël un signe qui devra durer à perpétuité; car en six jours l’Éternel a fait les cieux et la terre, et le septième jour il a cessé son œuvre et il s’est reposé. (Exode 31:15-17 NEG).

Il n’est pas logique de faire dire Dieu : “Tu travailleras six jours et tu te reposeras le septième jour parce que j’ai travaillé des milliards d’années et puis je me suis reposé pour une longue période de temps.” Dieu fait une correspondance directe entre les six jours de la création et les six jours de la semaine.  Il ne serait pas normale que les “six jours” d’Exode 20:9 et 31:15, et “le septième jour” d’Exode 20:10 et 31:15 aient des significations différentes que les mêmes phrases qui figurent dans les deux versets suivants (Exode 20:11 et 31:17). Si les six jours de la création signifient des millions voire des milliards d’années, ce passage ne fait plus de sens et ne respecte pas les règles de l’herméneutique.

La grandeur de Dieu

Dans l’Ancien Testament, les fidèles invoquaient le nom de celui “qui a fait les cieux et la terre” parce qu’un tel Dieu était assez puissant pour les secourir.

Je lève mes yeux vers les montagnes… D’où me viendra le secours ?  2 Le secours me vient de l’Éternel, Qui a fait les cieux et la terre (Ps. 121:1-2 NEG).

Béni soit l’Éternel, Qui ne nous a pas livrés en proie à leurs dents !  7 Notre âme s’est échappée comme l’oiseau du filet des oiseleurs ; Le filet s’est rompu, et nous nous sommes échappés.  8 Notre secours est dans le nom de l’Éternel, Qui a fait les cieux et la terre (Ps. 124:6-8 NEG).

Heureux celui qui a pour secours le Dieu de Jacob, Qui met son espoir en l’Éternel, son Dieu !  6 Il a fait les cieux et la terre, La mer et tout ce qui s’y trouve (Ps. 146:5-6 NEG).

Ezéchias prit la lettre de la main des messagers, et la lut. Puis il monta à la maison de l’Éternel, et la déploya devant l’Éternel,  15 à qui il adressa cette prière :  16 Éternel des armées, Dieu d’Israël, assis sur les chérubins ! C’est toi qui es le seul Dieu de tous les royaumes de la terre, c’est toi qui as fait les cieux et la terre. 17 Éternel, incline ton oreille, et écoute !  (Isa. 37:14-17 NEG).

L’idée qu’il fallait de longues périodes de temps pour Dieu de créer l’univers et pour créer l’homme à son image ne se trouve nulle part dans les Écritures. Une telle pensée minerait la confiance que l’on mettait en Dieu pour le secours dont on avait besoin. S’il lui faillait des millions ou des milliards d’années, on ne serait pas certain qu’il arrive à temps pour aider dans les circonstances bouleversantes. Pourtant, s’il a créé tout ce vaste univers en six jours, sa puissance, sa sagesse et son intelligence sont incomparables. Il est le grand Dieu qui sait nous secourir au bon moment.

L’ADN et la création

Dès le commencement, Dieu a placé dans chaque être vivant l’information nécessaire pour la maintenance de la progéniture. Les herbes, les arbres fruitiers, les poissons, les oiseaux, et “tous les animaux vivants qui se meuvent” produisent d’après leur nature, “selon leur espèce” :

Puis Dieu dit : Que la terre produise de la verdure, de l’herbe portant de la Dieu vit que cela était bon. Et Dieu dit : Que la terre produise l’herbe, la plante portant de la semence, l’arbre fruitier produisant du fruit selon son espèce, ayant sa semence en soi sur la terre. Et il fut ainsi (Genesis 1:11 DRB).

Et la terre produisit l’herbe, la plante portant de la semence selon son espèce, et l’arbre produisant du fruit ayant sa semence en soi selon son espèce. Et Dieu vit que cela était bon (Genesis 1:12 DRB).

Dieu créa les grands animaux des eaux, et tout être vivant qui se meut, dont les eaux fourmillent, selon leurs espèces, et tout oiseau ailé selon son espèce. Et Dieu vit que cela était bon (Genesis 1:21 DRB).

Et Dieu dit : Que la terre produise des êtres vivants selon leur espèce, le bétail, et tout ce qui rampe, et les bêtes de la terre selon leur espèce. Et il fut ainsi (Genesis 1:24 DRB).

Et Dieu fit les bêtes de la terre selon leur espèce, et le bétail selon son espèce, et tout reptile du sol selon son espèce. Et Dieu vit que cela était bon (Genesis 1:25 DRB).

L’information qu’est l’ADN et qui détermine la nature de tout être vivant, plante ou animal, n’est pas l’accumulation de millions d’années résultant fortuitement d’une sélection naturelle ; Dieu l’a placée dans chaque être vivant lors de sa création pour que tout être produise des êtres semblables à ceux qu’il avait créés au commencement.

Les années-lumière

Deux jours après leur création, Adam voyait les mêmes étoiles que nous voyons aujourd’hui.

La grandeur de l’univers nous ébahit. On estime que son diamètre mesure de 150 milliards d’années-lumière. Pourtant, les scientifiques estiment que l’âge de l’univers est de 13,7 milliards d’années, ce qui ne semble pas s’accorder pas avec sa grandeur. Et naturellement, on présente des explications pour la divergence. Ce qui complique encore l’affaire, selon eux, c’est que la grandeur de l’univers n’est pas constante et la vitesse de son expansion s’accélère.

S’ils arrivent à comprendre que tout n’est pas constant dans l’univers, c’est déjà un pas dans le bon sens. L’apôtre Pierre déclare qu’ils se trompent qui disent que “tout demeure comme dès le commencement de la création”(2 Pet. 3:4 NEG).

Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, ainsi qu’une terre tirée de l’eau et formée au moyen de l’eau, 6 et que par ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau (2 Pet. 3:5-6 NEG).

Il existe un Créateur qui s’implique dans sa création. Nous ne pouvons juger l’âge de l’univers par la distance des étoiles ni par la vitesse de la lumière aujourd’hui parce qu’en créant l’univers, Dieu a étendu ou “étirer” les cieux, apparemment à une vitesse largement supérieure à la vitesse de la lumière. Le verbe נטה (natah) peut bien se traduire “étirer” comme les traductions anglaises donnent “stretch out”.

Seul, il étend les cieux, Il marche sur les hauteurs de la mer (Job 9:8 NEG).

Il s’enveloppe de lumière comme d’un manteau ; Il étend les cieux comme un pavillon (Psaume 104:2 NEG).

C’est lui qui est assis au-dessus du cercle de la terre, Et ceux qui l’habitent sont comme des sauterelles ; Il étend les cieux comme une étoffe légère, Il les déploie comme une tente, pour en faire sa demeure (Ésaïe 40:22 NEG).

Ainsi parle Dieu, l’Éternel, Qui a créé les cieux et qui les a déployés, Qui a étendu la terre et ses productions, Qui a donné la respiration à ceux qui la peuplent, Et le souffle à ceux qui y marchent (Ésaïe 42:5 NEG).

Ainsi parle l’Éternel, ton rédempteur, Celui qui t’a formé dès ta naissance : Moi, l’Éternel, j’ai fait toutes choses, Seul j’ai déployé les cieux, Seul j’ai étendu la terre (Ésaïe 44:24 NEG).

C’est moi qui ai fait la terre, Et qui sur elle ai créé l’homme ; C’est moi, ce sont mes mains qui ont déployé les cieux, Et c’est moi qui ai disposé toute leur armée (Ésaïe 45:12 NEG).

Et tu oublierais l’Éternel, qui t’a fait, Qui a étendu les cieux et fondé la terre ! Et tu tremblerais constamment tout le jour Devant la colère de l’oppresseur, Parce qu’il cherche à détruire ! Où donc est la colère de l’oppresseur ? (Ésaïe 51:13 NEG).

Il a créé la terre par sa puissance, Il a fondé le monde par sa sagesse, Il a étendu les cieux par son intelligence (Jérémie 10:12 NEG).

Il a crée la terre par sa puissance, Il a fondé le monde par sa sagesse, Il a étendu les cieux par son intelligence (Jérémie 51:15 NEG).

Oracle, parole de l’Éternel sur Israël. Ainsi parle l’Éternel, qui a étendu les cieux et fondé la terre, Et qui a formé l’esprit de l’homme au-dedans de lui: (Zacharie 12:1 NEG).

Comme Dieu a étiré la lumière en déployant les cieux et en plaçant les étoiles le quatrième jour, une période de 24 heures, la distance des étoiles ne nous aide pas à discerner l’âge de l’univers. Deux jours après leur création, Adam voyait les mêmes étoiles que nous voyons aujourd’hui.

Comment lit-on la Bible ?

Quelle est l’autorité pour ce que nous savons de l’univers ? Les théories toujours changeantes de l’homme ou la Parole de Dieu ? Comment lit-on la Bible ? La lit-on pour l’accorder avec l’hypothèse du jour ou pour discerner l’intention de l’auteur ?

Pendant toute ma jeunesse et jusqu’à l’âge de 26 ans  j’acceptais la théorie d’une brèche entre Genèse 1:1 et Genèse 1:2. J’avais accepté l’idée que les dinosaures avaient vécu des millions d’années avant la création d’Adam et qu’une première création avait été jugée et détruite entre ces deux versets. Pourtant, ce n’est pas ce que dit le texte. Avant le péché d’Adam dans Genèse 3, la mort n’existait pas dans le monde :

C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché… (Rom. 5:12 NEG).

Un ami m’a confronté et m’a montré que j’interprétais la Parole de Dieu de par la parole de l’homme. L’homme a ses théories toujours changeantes qui sont basées sur le présupposé que tout est arrivé par la chance au travers de longues périodes de temps, que tout l’univers dérive du néant, que la vie vient de non vie, que l’ordre vient du chaos et que l’information s’est créée toute seule. Croire que tout cela arrive tout seul ressemble à la magique. Il semble aux autres qu’un Dieu tout sage, tout intelligent et tout puissant a tout fait.

C’est par la foi que nous reconnaissons que l’univers a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. (Hébreux 11:1 NEG).

Nous ne sommes pas obscurantistes et nous voulons donner une réponse à ceux qui nous demandent “raison de l’espérance qui est en vous” (1 Pet. 3:15 NEG). Le Dieu que nous servons et qui s’est révélé dans les Écritures est toujours plus grand que nos petites pensées. Il dépasse l’imagination. C’est pourquoi ce que nous connaissons de lui, nous le connaissons par sa révélation.

Pour ceux qui voudraient en savoir plus, je vous recommande le site suivant qui contient plusieurs articles importants : http://www.answersingenesis.org/fr :

Consulter aussi http://creationwiki.org/fr/Accueil

D’autres articles sur www.Coeurdeberger.org :

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

L'intention de Dieu pour le mariage

Two gold rings - reflected candles

Quel est le plan de Dieu pour le mariage ? Nous devrions nous rendre compte que bien que le mariage soit un sujet important dans la Bible, il n’est pas le sujet principal de la révélation. Nous trouvons des exemples de mariages selon le plan de Dieu et d’autres mariages qui n’ont pas respecté son intention. Tout a été écrit pour notre instruction, mais il faut bien savoir “dispenser droitement la Parole de Dieu” (1 Corinthiens 10:11 ; 2 Timothée 2:15 ; 3:16).

Enraciné dans la création (Genèse 1-3)

C’est dans les premiers chapitres de Genèse que nous trouvons l’intention de Dieu pour le mariage de toute génération. Quand les pharisiens ont questionné Jésus concernant le mariage, il a répondu : “Mais au commencement de la création…” (Marc 10:1 NEG). De même, Paul trouve l’intention de Dieu pour le mariage dans le récit de la création (Éphésiens 5:31 ; cf. 1 Corinthiens 6:16). Si nous voulons comprendre l’intention de Dieu pour le mariage, nous devons regarder non pas à la culture qui nous entoure ni aux exemples multiples et variés que nous trouvons même dans la Bible, mais à son intention révélée à la création.

Créés à l’image de Dieu pour dominer la Terre pour Dieu

Dieu créa l’homme et la femme à l’image de Dieu. Si cette image inclut l’intelligence, une volonté et des émotions, elle inclut surtout le règne représentatif sur la Terre :

Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.  27 Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.  28 Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et assujettissez-la; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre (Gen. 1:26-28 NEG).

Ce règne représentatif inclut et l’homme et la femme (“Dieu les bénit, et Dieu leur dit”). Ensemble comme co-régisseurs ou co-intendants de la Terre, l’homme et la femme devraient assujettir la Terre en partie par la procréation.

L’homme et la femme ne sont qu’intendants ; Dieu est le propriétaire de toute la Création (Psaume 24:1). Ensemble l’homme et la femme sont intendants de la Terre selon la volonté et pour la gloire de Dieu.

Les rôles respectifs de l’homme et de la femme

Genèse 1 note que l’homme et la femme ont été créés à l’image de Dieu. Genèse 2 nous donne plus de détails concernant l’ordre de la création et l’orientation de l’homme et de la femme.

Dans ses commentaires sur Genèse 1-3, l’apôtre Paul souligne la responsabilité primaire de l’homme dans la famille dans le fait que (1) l’homme a été créé premièrement, (2) l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme, et (3) la femme a été tirée de l’homme :

En effet, l’homme n’a pas été tiré de la femme, mais la femme a été tirée de l’homme;  9 et l’homme n’a pas été créé à cause de la femme, mais la femme a été créée à cause de l’homme (1 Co. 11:8-9 NEG).

L’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme (Gen. 2:22 NEG).

En plus, c’est l’homme qui a reçu le commandement (Gen. 2:16-17), à qui la femme a été présentée (Gen. 2:22) et qui a nommé la femme (Gen. 2:23; 3:20) ce qui implique son autorité. Avant la création de la femme, l’homme soumet la création en nommant les animaux (Gen. 2:19-20).

Dieu créa l’homme, lui donna la vie, le plaça dans le jardin (Gen. 2:7-8), et lui donna certains commandements moraux (Gen. 2:16-17), et prend l’initiative de lui faire une “aide qui lui correspondît” (Gen. 2:20 DRB).

Qu’est-ce qu’une “aide qui lui correspondît” ? Elle est femelle. Une femme. L’intention de Dieu pour le mariage est qu’il soit monogame et hétérosexuel.

Une aide qui correspond…

  • est compatible dans un sens qui n’était pas le cas pour les animaux : “os de mes os et chair de ma chair !” (Gen. 2:23, 19-20).
  • est son associée ou assistante.
  • lui fait une compagnie (2:18).
  • est une partenaire qui lui correspond pour la procréation et dans la domestication de la Terre (Gen. 1:28; 2:24).

La responsabilité primaire de l’homme c’est de pourvoir aux besoins de sa femme et de leurs enfants ; la responsabilité primaire de la femme et de prendre soin et de sa famille.

Égalité et complémentarité

Les rôles différents de l’homme et de la femme n’indiquent pas une supériorité ni une infériorité mais une complémentarité. L’homme et la femme sont le complément l’un de l’autre. La soumission de la femme à son mari (Éphésiens 5:22) n’implique nullement une infériorité pas plus que la soumission du Fils de Dieu à la volonté de son Père n’implique son infériorité. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont également Dieu. Tout comme le Fils est égal au Père (Jean 5:18) mais ne peut rien faire de son propre chef (Jean 5:19), ainsi la femme est égale et complémentaire à son mari. Le mari devrait aimer sa femme et se livrer lui-même pour elle et la femme se soumettre à son mari et le respecter (Éphésiens 5:22, 25, 33). Les deux sont un. L’homme et la femme sont égaux.

Source principale : God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 21-26.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le Dieu Créateur

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre (Genèse 1:1 NEG).

La Bible nous dit que Dieu est le Créateur

L’accent du premier chapitre du livre de Genèse est sur le fait que c’est Dieu qui a tout créé. Le nom “Dieu” (אלהים, Elohim) se trouve 32 fois en 26 versets.

  • Dieu créa (3 fois : 1:1, 21, 27 ; plus 2 fois “il créa” : 1:27)
  • Dieu dit (10 fois : 1:3, 6, 9, 11, 14, 20, 24, 26, 28, 29)
  • Dieu vit (7 fois : 1:4, 10, 12, 18, 21, 25, 31 ; dont 6 fois “…que cela était [très] bon”)
  • Dieu sépara (2 fois : 1:4, 7)
  • Dieu appela (3 fois : 1:5, 8, 10 ; plus “il appela” : 1:5, 10)
  • Dieu fit (4 fois en 3 versets : 1:7, 16, 25)
  • Dieu plaça (1 fois : 1:17)
  • Dieu bénit (2 fois : 1:22, 28)

On ne peut pas ne pas reconnaître que Dieu est le Créateur des cieux et de la terre.

En plus, nous trouvons que “l’Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux” (Gen. 1:2 NEG), et que Dieu créa l’homme “à l’image de Dieu” (Gen. 1:27 NEG).

On ne peut pas ne pas reconnaître que Dieu est le Créateur des cieux et de la terre.

La créatio ex nihilo

La Bible enseigne que Dieu a tout créé ex nihilo, c’est-à-dire “du néant”. Selon Walther Eichrodt, Ésaïe fait référence à Genèse 1:1 en parlant d’un commencement absolu de l’ordre créé :

Ne le savez-vous pas ? ne l’avez-vous pas appris ? ne vous l’a-t-on pas fait connaître dès le commencement ? N’avez-vous jamais réfléchi à la fondation de la terre ? (Isa. 40:21 NEG).

Bien que la formule “créatio ex nihilo” ne se trouve pas dans la Bible, il est clair qu’il ne s’agit pas d’une récréation ou d’une réorganisation de la matière comme si Dieu n’était qu’un artisan ou un bâtisseur qui travaillait ce qui existait déjà plutôt que le Créateur de tout ce qui n’est pas Dieu lui-même. Le nom “commencement” fait référence au commencement absolu de tout l’ordre créé. Dit Claus Westermann :

Genèse 1:1 ne fait pas référence à un commencement de quelque chose ; elle fait référence tout simplement Au Commencement. Tout commença par Dieu.”

La phrase “les cieux et la terre” (Gen. 1:1, 21 fois dans la NEG) est une locution qui inclut tout le cosmos. Donc, tout l’univers – tout l’ordre créé – fut créé du néant par le Dieu Tout-Puissant.

Le petit dieu du mormonisme

Joseph Smith, fondateur du mormonisme, a dénoncé vers la fin de sa vie en 1844 la doctrine chrétienne de créatio ex nihilo. Selon Smith,

…le mot créer vient du mot baurau [sic], qui ne veut pas dire créer du néant ; il signifie… organiser le monde du chaos.

Pour Smith, la matière était éternelle. L’existence de Dieu dépendait de la matière et non le contraire. Brigham Young, successeur de Smith, a déclaré :

Affirmer que le Seigneur a fait ce monde du néant est ridicule et impossible. Dieu n’a jamais rien fait du néant.

Parley Pratt, un des premiers apôtres du mormonisme, a dit que “toutes les variétés d’éléments, de propriétés ou de choses” sont “éternelles, non créées et auto-existantes”.

La création n’est qu’une réorganisation pour les mormons. Leur petit dieu dépend des éléments, des lois et des principes qui déterminent les limites de son activité.

Bârâ’  (ברא) et l’argument étymologique

Le mormon B. H. Roberts avoue que le Jewish Encyclopedia indique que “la plupart des philosophes juifs trouve dans Genèse 1:1 que ‘création’ veut dire ‘création du néant’.” Pourtant, il commet le sophisme exégétique en disant que “la signification étymologique du verbe (“créer”) est ‘découper ou façonner’, et présuppose l’emploi de matière.” Il en extrapole que dans la création, Dieu a façonné des matières premières préexistantes.

Est-il valable de faire recours à un argument étymologique ? Par exemple, selon Le Petit Robert, l’adjectif “gentil” vient du latin gentilis et signifiait dans le XIe siècle « de famille, de race » et indiquait ceux qui était noble de naissance. Cela n’est pas sa signification quand on dit à un enfant : “Si tu es gentil, tu auras un bonbon.”

Le savant biblique Moisés Silva dit de manière catégorique :

Les études modernes nous contraignent de rejeter cette attitude [c’est-à-dire faire appel à l’étymologie d’un terme pour trouver sa signification de base ou réelle] et de nous méfier de l’histoire d’un mot.

Le professeur James Barr dit de même :

L’important, c’est que l’étymologie d’un mot n’est pas une déclaration de sa signification mais de son histoire.

Bârâ’ (créer) peut être employé pour la création par Dieu de la nation d’Israël (Ésaïe 43:15) ou pour sa création d’un cœur pur (Psaume 51:12), et nous comprenons qu’il ne s’agit pas d’une création ex nihilo. La question importante est celle-ci : quand nous considérons les passages bibliques qui parlent de la création, quelle signification est le mieux soutenue par les Écritures – celle des mormons et l’interprétation chrétienne ?

Par exemple :

… Dieu… qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient (Rom. 4:17 NEG).

C’est par la foi que nous reconnaissons que l’univers a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles (Héb.. 11:3 NEG).

Ces versets soutiennent une création du néant, non une réorganisation de matières premières.

L’emploi de bârâ’ (ברא)

Comme nous avons constaté, le verbe bârâ’ tout seul n’implique pas forcément une création ex nihilo mais son emploi est important :

  1. Dieu est toujours le sujet du verbe bârâ’. Le verbe n’est jamais employé pour indiquer le travail de l’homme.
  2. Un autre terme, le verbe ‘asah (‘faire’), est employé pour parler de personnes qui fabriquent quelque chose de matières préexistantes.
  3. Quand le verbe bârâ’ est employé, il n’y a jamais mention de matières premières employées par Dieu.
  4. Le verbe bârâ’ est le meilleur terme pour indiquer une création ex nihilo ; nul autre terme hébreu ne conviendrait.
  5. En plus, l’idée de créatio ex nihilo est implicite d
    ans Genèse 1:1 puisque nul commencement de Dieu n’est mentionné.

Quelques citations de savants bibliques

Jürgen Moltmann, théologien allémand :

Dire que Dieu créa le monde indique que Dieu est distinct de ce monde, et souligne que Dieu l’a désiré… C’est le résultat spécifique de sa volonté. Puisqu’ils sont le résultat de l’activité créatrice de Dieu, les cieux et la terre sont… contingents.

John Sailhamer, professeur de l’Ancien Testament :

Les savants bibliques croient depuis fort longtemps que l’idée de ‘création du néant’ peut se trouver dans la phrase d’ouverture de Genèse 1…. Il y a très peu que le texte pourrait signifier autre qu’une ‘création du néant’. La simple notion que le monde a un ‘commencement’ semblerait nécessiter qu’il soit créé ‘du néant’.

Les commentateurs Keil et Delitzsch :

La terre était informe et vide pas avant, mais quand ou après que Dieu l’avait créé.

…il n’y a rien qui appartient à la composition de l’univers, soit en matière ou en forme, qui avait une existence… avant cet acte divin au commencement.

Citations bibliques

Il existe d’abondantes références bibliques à la création par Dieu (par l’agence de Christ) de toutes choses visibles et invisibles. En voici quelques-unes :

C’est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses (Rom. 11:36 NEG).

il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses (1 Co. 8:6 NEG).

Dieu qui a créé toutes choses (Éph. 3:9 NEG).

Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui (Col. 1:16 NEG).

tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées (Apo. 4:11 NEG).

Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle (Jean 1:3 NEG).

La doctrine de création du néant reflète la compréhension des juifs de l’Ancien Testament ainsi que l’enseignement du Nouveau Testament. C’est la doctrine de l’Église depuis deux mille ans. Le Créateur est infiniment plus grand que nous ne pouvons imaginer.

Source : Francis J. Beckwith, et. al., The New Mormon Challenge, Zondervan, 2002, surtout les pages 99-115.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén