L’influence d’une mère fidèle (un sermon)

Bonne fête mamanVoici quelques trajectoires pour un sermon pour la fête des mères.

Introduction

 On a posé les questions suivantes à de jeunes élèves :

Pourquoi Dieu a-t-il fait des mères ?

  • C’est le meilleur moyen pour avoir plus de gens.
  • Parce que ce n’est que ma mère qui sait où se trouve le scotch.

Pourquoi Dieu t’a-t-il donné ta mère et pas une autre mère ?

  • Dieu savait qu’elle m’aime plus que les mères des autres enfants ne m’aiment.
  • Parce que nous sommes apparentés.

Quels sont les ingrédients dont Dieu s’est servi pour faire les mères ?

  • Dieu fait des mères de nuages et des cheveux d’anges et de tout ce qui est gentil dans le monde avec une touche de sévère.
  • Il a commencé avec les os des hommes. Puis il s’est servi de beaucoup de ficelle. Je crois.

Quelle sorte de petite fille était ta mère ?

  • Ma mère a toujours été ma mère et rien d’autre.
  • Je ne sais pas parce que je n’étais pas là, mais j’imagine qu’elle jouait au petit chef.
  • On dit qu’elle était gentille, avant.

Y a-t-il quelque chose de parfait chez ta mère ?

  • Ces dents sont parfaites, mais elle les a achetées chez le dentiste.
  • Que ses enfants !

Si seulement toutes les mères avaient des enfants parfaits !

Dans les livres des Rois et des Chroniques, 25 fois nous trouvons le nom d’un roi et la phrase « Le nom de sa mère était… » Cela est suivi 24 fois par une évaluation. Soit : « Il fit ce qui est mal aux yeux de l’Éternel » ou « Il fit ce qui est droit aux yeux de l’Éternel. » L’implication est que les mères ont une très grande influence sur les enfants, les futurs rois et les nations, soit pour le bien, soit pour le mal.

Je voudrais vous parler aujourd’hui de l’influence d’une mère fidèle. Vous pouvez influencer vos enfants pour Dieu. Nous voulons considérer une femme qui contre toute attente a élevé un garçon qui est devenu utile dans le service de Dieu.

Actes 16:1. Il se rendit ensuite à Derbe et à Lystre. Et voici, il y avait là un disciple nommé Timothée, fils d’une femme juive fidèle et d’un père grec. 2 Les frères de Lystre et d’Icone rendaient de lui un bon témoignage. 3 Paul voulut l’emmener avec lui ; et, l’ayant pris, il le circoncit, à cause des Juifs qui étaient dans ces lieux-là, car tous savaient que son père était grec.

2 Timothée 1:1. Paul, apôtre de Jésus-Christ, par la volonté de Dieu, pour annoncer la promesse de la vie qui est en Jésus-Christ, 2 à Timothée, mon enfant bien-aimé : que la grâce, la miséricorde et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus-Christ notre Seigneur ! 3 Je rends grâces à Dieu, que mes ancêtres ont servi, et que je sers avec une conscience pure, de ce que nuit et jour je me souviens continuellement de toi dans mes prières, 4 me rappelant tes larmes, et désirant te voir afin d’être rempli de joie, 5 gardant le souvenir de la foi sincère qui est en toi, qui habita d’abord dans ton aïeule Loïs et dans ta mère Eunice, et qui, j’en suis persuadé, habite aussi en toi.

2 Timothée 3:14. Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises : 15 dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ.

Quand Paul a fait sa connaissance, Timothée était un jeune homme de peut-être 16 ans. C’était en 48 après J.-C., lors du premier voyage missionnaire de Paul. Paul et Barnabas sont allés à Lystre en Asie Mineure, ce que nous appelons la Turquie aujourd’hui. Nous lisons de cette première visite dans Actes 14:8-20. C’était un voyage mouvementé. Ils venaient de fuir Iconium parce que les gens cherchaient à les lapider. Arrivés aux environs de Lystre, ils se sont mis à prêcher l’Évangile. Lystre était la ville de Timothée.

La réception à Lystre

Timothée n’est pas mentionné lors de la première visite à Lystre, mais jeune homme qu’il était, il est fort possible qu’il soit toujours chez sa mère pour être témoin des événements extraordinaires qui se sont passés. À la vue de la guérison d’un homme boiteux de naissance, la foule cherchait à offrir un sacrifice à Barnabas et à Paul qu’ils croyaient être la manifestation des dieux Zeus et Mercure (Actes 14:8-18). Le verset suivant indique que ces mêmes adorateurs païens ont changé d’avis à l’instigation des Juifs venant d’autres villes, ont lapidé Paul « le traînèrent hors de la ville, pensant qu’il était mort. »

Pourtant, l’équipe missionnaire n’était pas sans amis ni fruit pour leur peine : « les disciples l’ayant entouré » sans doute pour prier pour Paul (Acts 14:20).

Nous pouvons nous demander si ce groupe de disciples incluait Timothée, sa mère et sa grand-mère. En tout cas, avec un courage extraordinaire, Paul rentre dans la ville, repart pour évangéliser la ville de Derbe avant de repasser encore une fois par Lystre lors de ce premier voyage missionnaire.

Juste avant son exécution à Rome, Paul écrit sa dernière lettre à Timothée où il indique que Timothée avait suivi de près non seulement son enseignement, mais aussi ses persécutions et ses souffrances, mêmes à Lystre :

2 Timothée 3:10. Pour toi, tu as suivi de près mon enseignement, ma conduite, mes projets, ma foi, ma douceur, mon amour, ma constance, 11 mes persécutions, mes souffrances. A quelles souffrances n’ai-je pas été exposé à Antioche, à Icone, à Lystre ? Quelles persécutions n’ai-je pas supportées ? Et le Seigneur m’a délivré de toutes.

Paul fait référence aussi à la foi de Eunice, mère de Timothée, et de on aïeule Loïs :

2 Timothée 1:5. …gardant le souvenir de la foi sincère qui est en toi, qui habita d’abord dans ton aïeule Loïs et dans ta mère Eunice, et qui, j’en suis persuadé, habite aussi en toi.

Que Paul et Barnabas aient logé chez Timothée ou non, il est certain que Paul connaissait la famille, surtout au moment de son deuxième voyage missionnaire quand il a pris Timothée comme membre de son équipe.

Le deuxième voyage missionnaire – 51 après J.-C.

Imaginez avec moi l’arrière-plan d’Eunice, mère de Timothée. Eunice était mariée avec un païen. Loïs et Eunice avaient cru aux promesses de ce jeune grec. Il allait se convertir. Il fréquentait la synagogue ; il donnait tous les indices d’une intention sincère. Il était sincère autant qu’il se connaissait. Peut-être qu’il était d’une famille de haut rang. Quoiqu’il en soit, la Juive Eunice et ce Grec s’aimaient et Loïs a donné son approbation pour leur mariage.

Après le mariage, il n’a pas trouvé le temps pour fréquenter la synagogue comme auparavant ; il avait beaucoup de responsabilités. Et l’idée de se faire circoncire ne lui était pas agréable. Bientôt Eunice et ce Grec avaient un fils qu’ils ont nommé Timothée. Elle voulait le faire circoncire le huitième jour comme la loi précisait, mais son mari n’était plus sympathisant ; il semble qu’il l’ait interdit (Actes 16:3).

Combien de fois est-ce que Eunice a regretté son mariage ? Combien de fois a-t-elle regretté pour elle-même… pour son fils ? Combien de fois Loïs a-t-elle regretté d’avoir donné sa permission ?

D’autres femmes auraient laissé tombé les bras. D’autres femmes auraient cédé aux influences de leur mari. Mais Eunice et Loïs n’étaient pas les autres femmes. Une erreur était assez.

Qu’est-ce qu’elles pouvaient faire pour que le jeune Timothée ne grandisse pas comme un païen ? Comment pouvaient-elles l’influencer pour qu’il serve le Seigneur ? Elles avaient à leur disposition le courage et les Écritures.

Comment pouvons-nous influencer nos enfants pour Dieu?

I.    Pour influencer nos enfants pour Dieu, nous devons nous servir des Écritures.

2 Timothée 3:15  « dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ. »

A.    Les Écritures nous donnent de bons modèles à suivre.

Un garçon a besoin d’un modèle à imiter. Le père de Timothée n’était pas un bon modèle. Comment combler ce vide ? Les Écritures pourraient rendre jeune Timothée sage à salut. Les histoires d’Abraham, d’Isaac, de Jacob, de Joseph, de Moïse, de Josué, de Gédéon, de David et des autres…

On peut imaginer Eunice en train de sélectionner un passage. Elle le relit plusieurs fois pour bien saisir le sens. Elle lui prépare un verset à mémoriser…

B.    Les Écritures nous aident à marcher dans la pureté.

Psaume 119:9-11  Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier ? En se dirigeant d’après ta parole. 10 Je te cherche de tout mon cœur : Ne me laisse pas m’égarer loin de tes commandements ! 11 Je serre ta parole dans mon cœur, Afin de ne pas pécher contre toi.

C.    Les Écritures nous rendent sages à salut.

Psaume 119:98 Tes commandements me rendent plus sage que mes ennemis, Car je les ai toujours avec moi. 99 Je suis plus instruit que tous mes maîtres, Car tes préceptes sont l’objet de ma méditation. 100 J’ai plus d’intelligence que les vieillards, Car j’observe tes ordonnances. 101 Je retiens mon pied loin de tout mauvais chemin, Afin de garder ta parole.

Voilà ce que Eunice a assuré : elle a agit de manière que Timothée connaisse les Écritures qui nous rendent sages à salut. Cette mère a fait face à une situation difficile, une situation qu’elle aurait pu éviter, une situation qu’elle aurait dû éviter selon la parole de Dieu, mais elle a déterminé dans son cœur de ne pas lâcher.

Nous devons nous servir de ce moyen divin.

Parfois nous voulons donner à Dieu ce qu’il nous a donné. Nous confions nos enfants à Dieu et nous voulons qu’il fasse tout pour les sauver. Pourtant, Dieu nous a confié nos enfants pour que nous les conduisions à Dieu. Nous devons prier pour nos enfants, mais la prière seul n’est pas suffisante ; nous devons nous servir du moyen divin que Dieu nous a donné.

Deutéronome 6:6-9. Et ces paroles que je te donne aujourd’hui seront dans ton cœur. 7 Tu les inculqueras à tes fils et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. 8 Tu les lieras comme un signe sur ta main, et elles seront comme des fronteaux entre tes yeux. 9 Tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes.

Quand ma sœur et moi grandissions, des gens disaient à mes parents que nous étions exceptionnels… notre comportement, notre engagement au Seigneur, etc. Nous n’étions pas exceptionnels ; nos parents étaient exceptionnels :

Chaque matin avant de quitter la maison, ma mère nous a fait lire ensemble trois chapitres de la Bible ce qui était suivi par la prière. Elle croyait que les Écritures pouvaient nous rendre sages à salut. Je sais que ma mère a prié pour moi, mais ce qui était beaucoup plus important est le fait qu’elle ait lu la Bible et a prié avec moi.

II.   Pour influencer nos enfants pour Dieu, nous devons être fidèles.

Notons dans Actes 16:1 que Timothée était le « fils d’une femme juive fidèle ». Darby rend le mot « croyante ». Paul est allé à Lystre la première fois en 48 après J.-C. A ce temps, il est fort probable qu’il a logé chez Timothée. Il pourra parler quelque 19 ans plus tard dans 2 Timothée 1:5 de « la foi sincère qui est en toi, qui habita d’abord dans ton aïeule Loïs et dans ta mère Eunice, et qui, j’en suis persuadé, habite aussi en toi ». Loïs et Eunice ont été sauvées lors de sa première visite. La foi sincère a habité d’abord dans sa mère et dans sa grand-mère. Mais quand Paul revient en 51 après J.-C., trois ans plus tard, Timothée est un disciple. Paul l’appellera son fils légitime dans la foi, non pas parce qu’il a été sauvé sous son ministère, mais parce que Paul l’a formé pour le ministère. Timothée a été sauvé parce qu’il a vu la fidélité de sa mère et de sa grand-mère.

En parlant de la fidélité, nous pouvons aussi parler de la foi sincère. Si notre foi est sincère, nous sommes fidèles. Notre fidélité est une expression de notre foi sincère. Nous montrons notre foi par notre fidélité. C’est que Jacques disait dans son épître : c’est une chose de dire que nous croyons, c’est une autre chose de montrer notre foi par nos œuvres.

C’était la fidélité de mes parents à la maison de Dieu, la sincérité de leur foi qui m’a montré la réalité de l’Évangile qu’ils m’enseignaient dans la parole de Dieu. Mon père était un homme d’affaires très occupé, mais chaque fois qu’il y avait une réunion à l’église, nous étions là, et avant l’heure. Quand il y avait des croisades qui duraient parfois des semaines, nous étions là chaque soirée. Puisque ma sœur et moi étions élèves, nous avons dû faire nos devoirs dès que nous arrivions à la maison. Nous avons été convaincus de la réalité de l’Évangile par la fidélité de nos parents. Si nous ne sommes pas fidèles en tant que parents, comment attendions-nous à ce que nous enfants soient fidèles ?

Soulignons cette sincérité de foi. Notre sincérité ou son manque se manifeste en tout ce que nous faisons. Vivons-nous selon la parole de Dieu que nous professons ? La Colombe donne une traduction plus littérale : « je garde aussi le souvenir de la foi sans hypocrisie qui est en toi… » Nous devons vivre la foi devant nos enfants si nous voulons les gagner pour Christ. Autrement ils nous trouveront coupables d’hypocrisie.

Paul dit que la foi sans hypocrisie qui était en Timothée, habitait d’abord dans sa grand-mère Loïs et dans sa mère Eunice avant d’habiter en Timothée. Les enfants nous regardent. Ils attendent. Ils veulent voir si c’est authentique.

Mais nous transférons à nos enfants ce qui est en nous, soit l’hypocrisie, soit la fidélité.

Proverbes 22:6. « Élève le jeune garçon selon la règle de sa voie ; même lorsqu’il vieillira, il ne s’en détournera point. »

Conclusion : Vous avez une grande influence

Il ne faut pas sous-estimer votre influence en tant que mère ou grand-mère. Malgré les plus grandes difficultés, Loïs et Eunice ont instruit jeune Timothée dans la parole de Dieu. Elles l’ont arrosé comme une plante de cette parole. Elles l’ont formé. Elles sont restées fidèles à la tâche, et avec le temps, elles ont vu le fruit de leur labeur.

Je voudrais dire aux mères et aux grands-mères aujourd’hui, Dieu vous a donné une grande responsabilité. Dans vos enfants sont toutes les capacités de la création de Dieu. Qui aurait jamais pensé que de cette union malheureuse entre Eunice et le Grec, Dieu tirerait un pasteur et un prédicateur de l’Évangile ? Quelles sont vos espérances pour vos enfants ? Ouvrez les yeux aux possibilités. Ouvrez les yeux à vos responsabilités. Soyez sincères dans votre foi. Soyez fidèles à la tâche.

Appel :

  • Engagement à lire la Bible, des livres avec des histoires bibliques, des leçons bibliques, la Bible en français courant…
  • Engagement à mémoriser des versets bibliques avec les enfants.
  • Engagement à prier avec les enfants chaque matin et soir.

Encore des leçons sur le mariage dans l’Ancien Testament

Voir Aperçus et leçons sur le mariage dans l’Ancien Testament

Samson et Delila

Samson est l’histoire d’un homme qui n’ayant pas gardé son cœur a été séduit par une femme qui lui a dérobé de sa force et finalement de sa vie (Juges 16).

Garde ton cœur plus que toute autre chose, Car de lui viennent les sources de la vie (Proverbes 4:23 NEG).

Samson sert comme avertissement que tout homme devrait veiller sur son cœur car malgré sa force et sa compétence, nul homme n’est immunisé contre les charmes d’une femme séduisante.

Que ton cœur ne se détourne pas vers les voies d’une telle femme, Ne t’égare pas dans ses sentiers. 26 Car elle a fait tomber beaucoup de victimes, Et ils sont nombreux, tous ceux qu’elle a tués. 27 Sa maison, c’est le chemin du séjour des morts ; Il descend vers les demeures de la mort (Proverbes 7:25-27 NEG).

Ruth et Boaz

Le livre de Ruth est une vraie histoire d’amour entre Boaz et une veuve Moabite qui devient l’arrière grand-mère du Roi David (Ruth 4:22). C’est un exemple merveilleux d’une femme qui s’est confiée en Dieu malgré des circonstances adverses.

Anne et Elkana

Le mariage (polygame) d’Anne et d’Elkana était compliqué par la présence d’une rivale qui a donné naissance tandis qu’Anne était toujours stérile. Malgré la présence de Peninna, Elkana aimait Anne pour elle-même : “Est-ce que je ne vaux pas pour toi mieux que dix fils ?” (1 Sam. 1:8 NEG). Il se confie à la sagesse de son épouse : “Fais ce qui te semblera bon” (1 Sam 1:23 NEG). La prière d’Anne (1 Samuel 2:1-10) démontre sa profonde piété.

David et ses femmes

La polygamie de David constitue un violation de la loi pour les rois : “Qu’il n’ait pas un grand nombre de femmes, afin que son cœur ne se détourne point” (Deut. 17:17 NEG). Néanmoins, nous pouvons discerner certaines leçons de la vie de David. Mical a démontré une loyauté et une solidarité avec son mari, même au prix d’aliéner son propre père (1 Samuel 19:11-17).

La sagesse, l’humilité et le respect qu’a manifestés Abigaïl envers David font d’elle un exemple de la femme vertueuse (Proverbes 31:10-31).

L’adultère de David avec Bath-Shéba sert comme avertissement aux hommes de ne pas compromettre leur dévouement à leur femme, et aux femmes comme Bath-Shéba d’être discrète et modeste dans leur tenue et dans leur comportement (2 Samuel 11). L’importance de cette question devant Dieu est soulignée dans deux des dix commandements : “Tu ne commettras point d’adultère” (Exode 20:14 NEG) et “tu ne convoiteras point la femme de ton prochain” (Exode 20:17 NEG).

Les femmes étrangères de Salomon

Malgré sa sagesse, la chute de Salomon a été occasionnée par son amour pour des femmes étrangères : “Le roi Salomon aima beaucoup de femmes étrangères” (1 Rois 11:1 NEG). Dieu avait dit : “Vous n’irez point chez elles, et elles ne viendront point chez vous ; elles tourneraient certainement vos cœurs du côté de leurs dieux” (1 Rois 11:2 NEG). “…ses femmes détournèrent son cœur” (1 Rois 11:3 NEG).

Cette erreur de Salomon sert comme avertissement fort aux hommes de ne pas s’attacher à des femmes non croyantes. Köstenberger dit : “Il est une illusion de penser que nous ne serons pas influés si nous formons un ‘attelage disparate avec les incrédules’ (2 Cor 6:14 TOB).”

Achab et Jézabel

Le mariage d’Achab et de Jézabel est peut-être le plus mauvais exemple de mariage dans l’Ancien Testament. Jézabel mijote un complot pour exécuter Naboth, propriétaire d’une vigne, afin de s’en emparer et de la donner à Achab. Elle domine Achab, lui donne des ordres, et lui, il se conforme à ses désirs, illustrant parfaitement le verdict sur Adam et Ève qu’a prononcé l’Éternel après la Chute (Gen. 3:16).

Esther et Assuérus

La reine Esther a gagné la grâce et la faveur de son mari, le roi Assuérus, et a pu déjouer un complot pour anéantir son peuple, les Juifs (Le Livre d’Esther). Avec Ruth, Abigaïl et d’autres femmes de l’Ancien Testament, Esther est un exemple d’une femme sage et sensible qui mérite la confiance de son mari.

Sommaire

La Chute a touché le mariage et a introduit le péché dans la relation entre mari et épouse. On trouve de beaux exemples d’amour entre Isaac et Rebecca, Jacob et Rachel, et Ruth et Boaz. On constate aussi que les femmes ont pu être une source de tentation, ce qui a conduit à la chute de Samson, David et de Salomon.


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 31-33.

D’autres articles basés sur le même livre

Aperçus et leçons sur le mariage dans l’Ancien Testament

Andreas Köstenberger note que l’Ancien Testament donne quelques aperçus de l’idéale du mariage dans sa littérature sapientiale. Deux bons exemples se trouvent dans les Proverbes (son traitement de la “femme vertueuse”, 31:10-31) et dans Le cantique des cantiques qui parle de la beauté de l’amour sexuel dans le couple. Il donne aussi des leçons que nous pouvons retirer des relations conjugales que dépeigne son histoire.

Adam et Ève

Nous avons déjà considéré l’intention divine pour le mariage comme elle est révélée dans Genèse 1 à 3. Il est clair qu’Ève est allée au-delà son rôle comme “aide semblable” en agissant indépendamment de son mari en cédant à la tentation de Satan. Da sa part, Adam, qui “était auprès d’elle” (Gen 3:6 NEG), n’a pas exercé sa responsabilité de “chef de la femme” (Éphésiens 5:23) pour la protéger et la conduire. Dieu le reprend :

Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras point!  le sol sera maudit à cause de toi… (Gen 3:17 NEG).

C’était à l’homme que Dieu avait donné l’ordre pour qu’il prenne la direction dans son foyer.

La leçon : Le mari est responsable de prendre la direction pour la famille et de la protéger des influences néfastes.

Abraham et Sarah

Abraham a parfois joué le lâche en identifiant sa femme comme sa sœur (Genèse 12:10-20 ; ch. 20) et Sarah en a subi les conséquences.

La leçon pour les femmes : La femme n’est pas obligée de suivre son mari dans le péché. Au contraire, elle devrait faire tout effort pour résister au péché.

Plus tard, Abraham “écouta la voix de Saraï” (Gen 16:2 NEG) et eut un enfant par Agar. Avec le temps, la tension entre Sarah et Agar et entre Isaac et Ismaël est devenue trop aigüe. Dieu instruit Abraham : “Dans tout ce que Sara t’a dit, écoute sa voix : car en Isaac te sera appelée une semence” (Gen 21:12 DRB).

La leçon : Le couple ne devrait pas chercher une solution qui ne nait pas de la foi, sinon les conséquences du péché rendront plus compliquée encore la situation.

Isaac et Rebecca, Jacob et Rachel

Le fils et petit-fils d’Abraham sont tous deux de bons exemples de maris qui ont aimé leur épouse :

[Isaac] prit Rebecca, qui devint sa femme, et il l’aima (Gen 24:67 NEG).

Rachel était belle de taille et belle de figure. Jacob aimait Rachel, et il dit : Je te servirai sept ans pour Rachel, ta fille cadette (Gen 29:17-18 NEG).

Malgré l’amour de Jacob pour Rachel, le couple a vécu des tensions conjugales quand  Rachel n’était pas capable de devenir enceinte :

Lorsque Rachel vit qu’elle ne donnait point d’enfants à Jacob, elle porta envie à sa sœur, et elle dit à Jacob : Donne-moi des enfants, ou je meurs ! 2 La colère de Jacob s’enflamma contre Rachel, et il dit : Suis-je à la place de Dieu, qui t’empêche d’être féconde ? (Genesis 30:1-2 NEG)

La leçon : Le couple devrait faire face ensemble aux difficultés avec une dépendance de Dieu plutôt que de se disputer ou de blâmer.

Je continuerai avec d’autres couples prochainement.


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 31-33.

D’autres articles basés sur le même livre

Violations du mariage-l’homosexualité

Homosexuality_symbols

Outre la polygamie, le divorce et l’adultère, l’homosexualité est une violation de l’intention divine pour le mariage.

L’hétérosexualité est un composant sans équivoque du plan du Créateur pour le mariage.

Pourtant, la Bible révèle que l’hétérosexualité a été souvent violée dans des relations contre la nature, homme avec homme, et femme avec femme (voir Romains 1:26-27).

Voici quelques exemples que nous trouvons dans les Écritures :

  • Les habitants des villes de Sodome et de Gomorrhe (Genèse 19:1-29)
  • Les habitants de Guibea dans les jours des Juges (Juges 19:1-21:25)
  • D’autres malfaiteurs (1 Rois 14:24 ; 15;12 ; 22:46 ; 2 Rois 23:7 ; Job 36:14)

La sévérité de la sentence sur l’homosexualité démontre que l’hétérosexualité reste l’intention de Dieu pour le mariage :

Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux (Lévitique 20:13 NEG).

L’hétérosexualité est clairement la norme.

Que ta source soit bénie, Et fais ta joie de la femme de ta jeunesse,  Biche des amours, gazelle pleine de grâce : Sois en tout temps enivré de ses charmes, Sans cesse épris de son amour (Proverbes 5:18-19 NEG) 

Jouis de la vie avec la femme que tu aimes, pendant tous les jours de ta vie de vanité, que Dieu t’a donnés sous le soleil, pendant tous les jours de ta vanité ; car c’est ta part dans la vie, au milieu de ton travail que tu fais sous le soleil (Ecclésiaste 9:9 NEG).

Le récit de la création donne la loi de Dieu pour le mariage :

C’est pourquoi l’homme [masculin] quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme [féminin], et ils deviendront une seule chair (Genèse 2:24 NEG).

En plus, Dieu ordonne que le couple marié multiplie : “Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre” (Genèse 1:28 NEG), ce qui est impossible pour le couple homosexuel. Tout l’ordre créé a été créé pour remplir la terre (Genèse 1:21, 22, 24, 25, 28). Donc, l’homosexualité viole non seulement l’intention de Dieu pour le mariage, mais aussi son ordre créé.


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 36-37.

D’autres articles basés sur le même livre

Violations du mariage-l’adultère

alg_adultery

Outre la polygamie et le divorce, l’intention de Dieu pour le mariage a été compromise en Israël par l’adultère. Le plan de Dieu pour le mariage était la fidélité : un homme, une femme, jusqu’à ce que la mort les sépare.

C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair (Genèse 2:24 NEG).

Le plan de Dieu pour le mariage était la fidélité :
un homme,
une femme,
jusqu’à ce que la mort les sépare.

L’Ancien Testament nous apprend que plusieurs individus n’ont pas été fidèles à leur époux(se). L’incident d’adultère le mieux connu de l’Ancien Testament, c’est celui de David avec Bath-Schéba suivi par le meurtre de son mari Urie (2 Sam. 11). En plus les exemples de la polygamie qui constitue en effet l’adultère contre la première femme, nous trouvons les cas suivants :

  • L’adultère de Ruben avec Bilha (Genèse 35:22 ; cf. 49:3-4)
  • La concubine du Lévite (Juges 19:1-2)
  • Gomer, femme d’Osée (Osée 3:1)
  • Une foule d’Israélites qui n’ont pas été nommés (Jérémie 3:2 ; 5:7-8 ; 7:9-10 ; 23:10 ; Ézéchiel 22:11 ; 33:26 ; Osée 4:2 ; 7:4)
  • Probablement Galaad, père de Jephthé (Juges 11:1)
  • Probablement Hophni et Phinées, fils d’Éli (1 Samuel 2:22)

Plusieurs personnes ont frôler l’adultère, mais Dieu est intervenu :

  • Abimélec avec Sara (Genèse 20:2-18)
  • Abimélec avec Rebecca (Genèse 26:7-9)
  • Joseph s’est montré fidèle dans le cas de la femme de Potiphar (Genèse 39:7-12).

Malgré les violations du mariage, Dieu veut que le mariage soit caractérisé par la fidélité :

Tu ne commettras point d’adultère (Exode 20:14 NEG).

Tu ne commettras point d’adultère (Deutéronome 5:18 NEG).

Tu n’auras point commerce avec la femme de ton prochain, pour te souiller avec elle (Lévitique 18:20 NEG).

Si un homme commet un adultère avec une femme mariée, s’il commet un adultère avec la femme de son prochain, l’homme et la femme adultères seront punis de mort (Lévitique 20:10 NEG).

Si l’on trouve un homme couché avec une femme mariée, ils mourront tous deux, l’homme qui a couché avec la femme, et la femme aussi. Tu ôteras ainsi le mal du milieu d’Israël (Deutéronome 22:22 NEG).

Les Proverbes classifient l’adultère comme l’action d’un fou :

“Celui qui commet un adultère avec une femme est dépourvu de sens.”

Mais celui qui commet un adultère avec une femme est dépourvu de sens, Celui qui veut se perdre agit de la sorte ;  Il n’aura que plaie et ignominie, Et son opprobre ne s’effacera point (Proverbes 6:32-33 NEG).

La folie est une femme bruyante, Stupide et ne sachant rien.  Elle s’assied à l’entrée de sa maison, Sur un siège, dans les hauteurs de la ville,  Pour crier aux passants, Qui vont droit leur chemin :  Que celui qui est stupide entre ici ! Elle dit à celui qui est dépourvu de sens :  Les eaux dérobées sont douces, Et le pain du mystère est agréable !  Et il ne sait pas que là sont les morts, Et que ses invités sont dans les vallées du séjour des morts. (Proverbes 9:13-18 NEG).

La bouche des étrangères est une fosse profonde ; Celui contre qui l’Éternel est irrité y tombera (Proverbes 22:14 NEG).

Car l’Éternel défendra leur cause, Et il ôtera la vie à ceux qui les auront dépouillés (Proverbes 22:23 NEG).

Si tu n’as pas de quoi payer, Pourquoi voudrais-tu qu’on enlève ton lit de dessous toi?  Ne déplace pas la borne ancienne, Que tes pères ont posée (Proverbes 22:27-28 NEG).

Telle est la voie de la femme adultère : Elle mange, et s’essuie la bouche, Puis elle dit : Je n’ai point fait de mal (Proverbes 30:20 NEG).

Voir aussi Proverbes 5:3-22 et 7:5-23.

L’adultère n’est pas seulement une violation de l’intention divine pour le mariage, c’est également un jugement de Dieu sur ceux qui ne lui sont pas agréables (cf. Romains 1:24, 26, 28) :

L’adultère :
“Celui contre qui l’Éternel est irrité y tombera”
(Proverbes 22:14).

Et j’ai trouvé plus amère que la mort la femme dont le cœur est un piège et un filet, et dont les mains sont des liens ; celui qui est agréable à Dieu lui échappe, mais le pécheur est pris par elle (Ecclésiaste 7:26 NEG).

La bouche des étrangères est une fosse profonde ; Celui contre qui l’Éternel est irrité y tombera (Proverbes 22:14 NEG).

Dieu se sert de l’adultère pour illustrer l’adultère spirituel de la nation d’Israël qui est allé après d’autres dieux (Jérémie 3:8-9 ; Ézéchiel 16:32, 38 ; Osée 1:1-3:5). L’intention de Dieu n’a pas changée ; il s’attend à ce que son peuple soit fidèle et à leur époux(se) et à lui-même.


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 34-35.

D’autres articles basés sur le même livre

Violations du mariage–la polygamie

Polygamie

Nous avons considéré l’intention de Dieu pour le mariage telle qu’il l’a révélée dans la création (Gen. 1-2). Cette intention divine a été violée dans l’histoire d’Israël. Il est important de noter que l’histoire d’Israël est descriptive ; elle n’est pas prescriptive. C’est-à-dire que l’Ancien Testament décrit ce qui s’est passé dans l’histoire d’Israël sans le prescrire ou l’approuver. Nous allons considérer quelques violations du plan de Dieu pour le mariage.

La polygamie

La monogamie fait partie de l’intention de Dieu pour le mariage malgré les cas de polygamie dans l’histoire d’Israël. Le Créateur était certainement capable de créer plus d’une femme pour Adam, mais il n’a fait qu’Ève en disant :

C’est pourquoi l’homme [singulier] quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme [singulier], et ils deviendront une seule chair (Genesis 2:24 NEG).

Le plan de Dieu pour le mariage était simple : un homme et une femme.

Avec plusieurs femmes, Adam aurait pu peupler la terre plus rapidement, mais le plan de Dieu était simple : un homme et une femme. Cette loi du mariage est établi au commencement.

Six générations plus tard, le plan de Dieu a été violé :  “Lémec prit deux femmes” (Gen. 4:19 NEG). Il ne sera pas le dernier : Abraham (Gen. 16:3), Ésaü (Gen. 26:34 ; 28:9), Jacob (Gen. 29:30), Gédéon (Juges 8:30), Elkana (1 Sam. 1:1-2), David (2 Sam. 3:2-5 ; 5:13), Salomon (1 Rois 11:3), Achab (2 Rois 10:1), Jojakin (2 Rois 24:15), Aschchur (1 Chr. 4:5), Roboam (2 Chr. 11:21), Abija (2 Chr. 13:21), Joram (2 Chr. 21:11-14), Joas (2 Chr. 24:1-3) et Belschatsar (Dan. 5:2) ont tous eu plusieurs femmes.

Ils se trompent ceux qui confondent la pratique par des hommes avec l’approbation de Dieu. Les Mormons disent que Joseph Smith voulait rétablir la pratique des patriarches. Pourtant, comme Jésus a démontré dans sa réponse aux pharisiens, nous trouvons la volonté de Dieu pour le mariage non pas dans la pratique des Israélites mais dans ce que Dieu a établi au commencement (Mat. 19:4, 8 ; Marc 10:6).

En fait, certains versets semblent proscrire la polygamie :

Tu ne prendras point la sœur de ta femme, pour exciter une rivalité, en découvrant sa nudité à côté de ta femme pendant sa vie (Lév. 18:18 NEG).

Qu’il n’ait pas un grand nombre de femmes, afin que son cœur ne se détourne point ; et qu’il ne fasse pas de grands amas d’argent et d’or (Deut. 17:17 NEG).

On voit également que le favoritisme perturbait le mariage polygame de Jacob (Gen. 29:30), d’Elkana (1 Sam. 1:4-5) et de Roboam (2 Chr. 11:21). La jalousie était un problème récurrent entre les femmes d’Abraham (Gen. 21:9-10), de Jacob (Gen. 30:14-16) et d’Elkana (1 Sam. 1:6). En plus, les femmes de Salomon “ inclinèrent son cœur vers d’autres dieux” (1 Rois 11:4 NEG). Les mariages multiples de David ont entraîné l’inceste et le meurtre.

La pratique de la polygamie par les patriarches était une violation de l’intention de Dieu pour le mariage comme révélée au commencement.

Bien des passages présentent la monogamie comme l’idéale :

Ta femme est comme une vigne féconde À l’intérieur de ta maison ; Tes fils sont comme des plants d’olivier, Autour de ta table. (Ps. 128:3 NEG).

Une femme vertueuse est la couronne de son mari, Mais celle qui fait honte est comme la carie dans ses os (Prov. 12:4 NEG).

Celui qui trouve une femme trouve le bonheur ; C’est une grâce qu’il obtient de l’Éternel (Prov. 18:22 NEG).

On peut hériter de ses pères une maison et des richesses, Mais une femme intelligente est un don de l’Éternel (Prov. 19:14 NEG).

Je passai près de toi, je te regardai, et voici, ton temps était là, le temps des amours. J’étendis sur toi le pan de ma robe, je couvris ta nudité, je te jurai fidélité, je fis alliance avec toi, dit le Seigneur, l’Éternel, et tu fus à moi (Ezek. 16:8 NEG).

Les polygames de l’histoire d’Israël ont abandonné le plan de Dieu pour le mariage et ce qui a fini par leur porter préjudice.


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 31-33.

D’autres articles basés sur le même livre

La chute de l’homme et les conséquences pour le mariage

Voir L’intention de Dieu pour le mariage

La chute témoigne un renversement des rôles pour l’homme et pour la femme tels que Dieu les avait désignés. Dieu avait délégué à l’homme aidé par son épouse l’autorité pour gérer la création. Maintenant, Satan en forme d’un serpent séduit la femme qui entraîne son mari avec elle dans une rébellion contre le Créateur.

L’intention de Dieu était que l’homme assume la responsabilité ultime pour le couple, prenne la direction et protège son épouse. La femme n’a pas respecté l’ordre divin pour le mariage en ne pas consultant son protecteur. L’homme par son consentement (Gen. 3:6, 17) partage la culpabilité et Dieu lui impute la responsabilité pour l’acte rebelle :

La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea. (Genesis 3:6 NEG).

Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit : Où es-tu ? (Genesis 3:9 NEG).

Il dit à l’homme : Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t‘avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras point! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, (Genesis 3:17 NEG).

C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché…  car jusqu’à la loi le péché était dans le monde. Or, le péché n’est pas imputé, quand il n’y a point de loi.  Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. (Romans 5:12-14 NEG).

Conséquences pour le mariage

  • Dieu “dit à la femme : J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur” (Gen. 3:16 NEG).
  • L’harmonie dans le mariage sera remplacée par le désir de la part de la femme de contrôler son mari :  “tes désirs se porteront vers ton mari” (Gen. 3:16 NEG, cf. 4:7).
  • L’homme répondra en affirmant son autorité, souvent en dominant sur sa femme (Gen. 3:16).
  • Il sera difficile pour l’homme de d’accomplir le mandat divin de subjuguer la terre (Gen. 1:28 ; 3:17-18).
  • Enfin, et l’homme et la femme mourront (Gen. 3:19, 22).

Grâce et jugement

À la fin du troisième chapitre, Dieu fait des habits de peau pour le couple, ce qui pourrait indiquer qu’un sacrifice a été fait (Gen. 3:21). Encore plus important, il promet une semence, un descendant de la femme, le Messie qui triompherait de la puissance de Satan sur l’humanité (Gen. 3:15). C’est le protoevangelion, la première annonce de l’évangile. Entretemps, le couple est chassé du jardin (Gen. 3:24), signe que la rébellion contre le Créateur porte de conséquences sévères qui assombriront leur mariage.


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 31-33.

D’autres articles basés sur le même livre