25 décembre : La naissance de Jésus

25 La naissance de Jésus

La naissance de Jésus

Lecture de l’Avent : Luc 2:1-20 ; Matthieu 2:1-12; Michée 5:2

Luc et Matthieu nous racontent les histoires bien-aimées de la naissance du Seigneur Jésus-Christ et des circonstances qui l’entourent. Le récit de Luc suit la naissance de Jean-Baptiste et la prophétie de Zacharie concernant le ministère de Jean en tant que précurseur du Seigneur (Luc 1:57-80). Luc se concentre ensuite sur les circonstances immédiates de la naissance du Christ, la circoncision du bébé (brephos) huit jours plus tard, et les prophéties de Siméon et d’Anne.

Matthieu reprend le récit un peu plus tard lorsque Jésus n’est plus appelé un bébé (brephos), mais un enfant (paidion). Matthieu commence par les mots « Or, après que Jésus fut né… » (Matthieu 2:1, DBY). Il parle des mages d’Orient qui sont venus de l’est à Jérusalem à la recherche du « roi des Juifs qui vient de naître » (2:2). Il parle de la rage d’Hérode et le massacre de tous les enfants mâles de Bethléhem de deux ans et au-dessous. Il raconte comment Joseph, suivant les instructions reçues d’un ange en songe, s’enfuit en Égypte avec Marie et l’enfant. Considérons d’abord la naissance à Bethléhem.

LA NAISSANCE À BETHLEHEM

On peut se demander pourquoi Marie était à Bethléhem, à environ 145 km de sa ville natale de Nazareth, lorsqu’elle a donné naissance à l’enfant Jésus. Cette circonstance inhabituelle s’est résulté d’un décret de l’empereur romain « César Auguste que tout le monde soit enregistré » pour les impôts (Luc 2:1). Luc explique,

Luc 2:3–5 (SER)  —  Tous allaient se faire recenser, chacun dans sa propre ville.  Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée dans la ville de David appelée Bethléhem, parce qu’il était de la maison et de la famille de David,  afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte.

Ici, nous apprenons, d’un point de vue naturel et politique, pourquoi Marie et Joseph étaient à Bethléhem avec le rappel important que Joseph « était de la maison et de la lignée de David ». Comme nous l’avons vu, Jésus, adopté par Joseph, était l’héritier légitime du trône de David. Joseph, Marie et Jésus étaient à Bethléhem parce que l’empereur avait publié le décret.

L’IMPORTANCE DE BETHLÉHEM

Bethléhem n’aurait pas été considérée comme importante au moment de la naissance de Jésus. Même si c’était le lieu de naissance de David (1 Samuel 17:12), ce n’était qu’un village quand Jésus est né.[1]

Lorsque les mages d’Orient ont demandé à Hérode, roi de Judée, où ils pouvaient trouver « le roi des Juifs qui vient de naître », Hérode, le roi des Juifs, a commencé sa propre recherche. « Il assembla tous les principaux sacrificateurs et les scribes du peuple, pour leur demander où devait naître le Christ » (Matthieu 2:4). Son but n’était pas d’adorer l’enfant comme il le prétendait, mais de le détruire.

Le roi Hérode demanda aux chefs des prêtres et aux scribes où le Christ devait naître. Ils savaient que 500 ans auparavant, Dieu avait révélé par le prophète Michée le lieu de la naissance du Christ :

Micah 5:2 (SER)  —  Et toi, Bethléhem Éphrata Toi qui es petite parmi les milliers de Juda, De toi sortira pour moi Celui qui dominera sur Israël Et dont l’origine remonte au lointain passé, Aux jours d’éternité.

Bethléhem était « trop petite ». « Ô petite ville de Bethléhem » avait paru si insignifiante. Sauf que Dieu avait choisi Bethléhem comme lieu de naissance de son Fils. Les scribes et les principaux sacrificateurs répondirent à Hérode :

Matthew 2:5–6 (SER)  —  Ils lui dirent : A Bethléhem en Judée, car voici ce qui a été écrit par le prophète :  Et toi, Bethléhem, terre de Juda Tu n’es certes pas la moindre Parmi les principales villes de Juda ; Car de toi sortira un prince, Qui fera paître Israël, mon peuple.

De Bethléhem viendrait un dirigeant en Israël. Michée avait dit que son « origine remonte au lointain passé, Aux jours d’éternité. ». Ce futur dirigeant entrerait dans le temps en venant de l’éternité. Le roi Hérode s’est avéré impuissant face au décret de Dieu.

LES LETTRES DE CRÉANCE DIGNES DE CONFIANCE

Lorsqu’un pays envoie un ambassadeur dans un autre pays, toutes les informations pertinentes identifiant l’ambassadeur sont transmises au pays hôte bien avant son arrivée afin qu’il soit reconnu comme le représentant légitime.

Au cours des siècles, remontant à quatre mille ans, Dieu a parlé de diverses manières aux pères par les prophètes (Hébreux 1:1). Il a révélé des détails spécifiques sur Celui qui représenterait et parlerait pour le Père afin que nous puissions l’identifier comme le seul à avoir les lettres de créance appropriées. Le Messie, le Christ, serait de la postérité de la femme, un descendant d’Abraham, « l’étoile » de Jacob, de la tribu de Juda, un descendant de David, né de la vierge dans le village de Bethléhem. Il serait le Fils de David, le Fils de l’homme et le Fils de Dieu. Il serait Emmanuel, « Dieu avec nous ». Il serait la Branche juste, le Serviteur Souffrant et le Seigneur de Gloire ressuscité.

Celui-ci, né dans la petite Bethléhem, sera le Souverain qui fera paître le peuple de Dieu. Suivons l’exemple des mages venus d’Orient. Prosternons-nous et adorons-le (Matthieu 2:2, 11).


[1] James M. Houston, « Bethlehem », in Baker Encyclopedia of the Bible (Grand Rapids, MI: Baker Book House, 1988), 290.

Voir aussi “Lecture de l’Avent” :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s